Changer d'édition

Les intentions d'ArcelorMittal restent floues
Économie 2 min. 13.09.2019

Les intentions d'ArcelorMittal restent floues

Une des questions en suspens reste de savoir si les 216 suppressions de postes se feront toutes via des «départs naturels».

Les intentions d'ArcelorMittal restent floues

Une des questions en suspens reste de savoir si les 216 suppressions de postes se feront toutes via des «départs naturels».
Photo: Chris Karaba
Économie 2 min. 13.09.2019

Les intentions d'ArcelorMittal restent floues

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Les syndicats sont sortis déçus, jeudi, de la réunion d'explication du groupe sidérurgique qui compte se séparer de 216 postes d'ici 2024 sur les sites de Belval et Differdange.

Le 28 août, la direction d’ArcelorMittal présentait aux syndicats en détail son plan de transformation, nommé projet «SCORE». Jeudi, chacun s'est retrouvé pour évoquer les modalités de cette réorganisation qui devrait aboutir à une diminution de 216 personnels sur cinq ans. Mais ni OGBL ni LCGB n'ont été satisfaits par cette rencontre.


Stahlwerk von Arcelor-Mittal in Differdingen
Les sites de Differdange et Belval perdront 216 salariés
ArcelorMittal a annoncé, jeudi, la baisse des effectifs prévue d'ici 2024 sur ces deux unités de production majeures au Luxembourg. Les syndicats attendent plus de clarification sur ce «plan de transformation».

L'OGBL a d'ailleurs décidé de quitter la rencontre au bout d'un quart d'heure. Pour Jean-Claude Bernardini, secrétaire central du syndicat, ce coup de colère s'explique: «La Direction devait nous donner des éléments de travail pour discuter. Nous avons reçu cinq pages alors que ce qui nous avait été présenté il y a trois semaines tenait sur 84 slides.»

A défaut d'avoir tous les éléments sur «SCORE», le syndicat n'a pu préparer correctement ce rendez-vous. «Nous comptons donc sur les responsables pour nous fournir l'ensemble du dossier avant de nous exprimer», invite le syndicaliste prêt à se rasseoir à la table des négociations.

Cela mérite que le ministère du Travail nous accompagne

Pour le LCGB, la situation évoquée ce 12 septembre reste suffisamment «préoccupante et indécise» pour justifier un appel à la tenue d’un comité de suivi tripartite. «Oui, il faut que l'État vienne assister à ces réunions», insiste Robert Fornieri, secrétaire général adjoint.

Le syndicat reste en effet persuadé que l'accompagnement du plan doit se faire sous le contrôle de l'autorité publique. «Cette réorganisation a une incidence considérable sur l’avenir des emplois de la sidérurgie luxembourgeoise. 216 emplois sont ciblés, cela mérite que le ministère du Travail nous accompagne». 

Fidèle au dialogue social 

Pour l'heure, il n'est pas question de licenciements dans le projet «SCORE». La réduction annoncée pour les sites de Belval et Differdange s'effectuerait, d'ici 2024, uniquement via des «départs naturels», donc sans mesures d’accompagnement. Mais le LCGB veut plus de clarté : «Selon la présentation de la direction, le plan atteindrait 154 emplois. Qu’adviendra-t-il des 62 autres?»

La question est restée sans réponse cette fois. D'où l'insistance du syndicat à réclamer que l'État pèse et s'implique en vue d'un accord tripartite «fidèle au dialogue social luxembourgeois» et «en faisant respecter tous les dispositifs légaux». 

Débat à reprendre

Cette tripartite, l'OGBL la juge encore prématurée. «Il ne faut pas crier au secours pour l'instant. Si la direction d'ArcelorMittal se fait plus transparente sur ses intentions et plus claire sur l'application des mesures de réduction de postes, nous pourrons dialoguer sereinement», tempère Jean-Claude Bernardini, prêt à reprendre le débat.

Aucun nouveau rendez-vous entre le 6e employeur du pays et les syndicats n'a pour l'heure été fixé.


Sur le même sujet

ArcelorMittal en pleine zone de turbulences
Une baisse générale des prix et une forte dépréciation des cours de l'acier ont fortement impacté financièrement le plus grand producteur mondial au deuxième trimestre. Ce dernier affiche une perte nette de 404 millions d'euros.
ArcelorMittal Rodange se positionne pour le deuxième appel d’offres pour les rails du tram, Laminage, Laminoir, Foto Lex Kleren
«Pas de changement» pour les 300 ouvriers de Dudelange
ArcelorMittal a officiellement vendu son site de Dudelange au groupe britannique Liberty House, à la fin du mois de juin. Un rachat qui n'inquiète pas outre mesure les syndicats, qui vont tout de même engager des discussions pour éclaircir certains détails.
Das ArcelorMittal-Werk in Bissen zählt mehr als 350 Mitarbeiter.
ArcelorMittal supprimera 260 postes
Le géant mondial de l'acier prévoit un plan de restructuration pour les sites de Belval et de Differdange. Selon le ministre du Travail Dan Kersch, il s'agit de départs naturels ou de préretraites.
ArcelorMittal bietet Werk Dudelange zum Verkauf, Foto Lex Kleren