Changer d'édition

Les informations fiscales circulent comme jamais
Économie 3 min. 11.02.2021

Les informations fiscales circulent comme jamais

Pierre Gramegna rappelle que le Luxembourg réclame lui aussi des informations fiscales sur ses citoyens ayant d'éventuelles affaires à l'étranger. 18 demandes ont ainsi été adressées par l'ACD.

Les informations fiscales circulent comme jamais

Pierre Gramegna rappelle que le Luxembourg réclame lui aussi des informations fiscales sur ses citoyens ayant d'éventuelles affaires à l'étranger. 18 demandes ont ainsi été adressées par l'ACD.
Photo : Anouk Antony
Économie 3 min. 11.02.2021

Les informations fiscales circulent comme jamais

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
L'administration luxembourgeoise a répondu à 100% des demandes de renseignements fiscaux issues d'autres Etats. Sur les 5.683 interrogations réceptionnées en six ans, plus de la moitié provenaient du fisc français.

David Wagner a posé la question en janvier. Et la réponse au député Déi Lénk sur les échanges d'informations financières entre le Luxembourg et le reste du monde ne pouvait pas mieux tomber. Pile au moment où l'enquête OpenLux vient jeter le discrédit sur la volonté des autorités à faire le ménage sur des pratiques financières douteuses ou des tolérances fiscales accordées. Aussi, était-il opportun pour le ministre des Finances d'indiquer que jamais l'Administration des contributions n'avait été autant sollicitée par ses partenaires, mais surtout qu'elle avait répondu à tous.


Bettel botte en touche sur le flicage du fisc belge
Interrogé ce mardi sur la méthode utilisée par les services du ministère belge des Finances pour suivre les déplacements des frontaliers, le Premier ministre n'a pas souhaité commenter cette démarche ni sur la forme, ni sur le fond.

Et des chiffres prouvant cette transparence, cette bonne foi, Pierre Gramegna n'a pas manqué d'en délivrer, jeudi, dans sa réponse au parlementaire. L'argentier du gouvernement signalant par exemple que, depuis 2015, tout juste 39 demandes de renseignements s'étaient vu retoquer par l'ACD. 39 sur 5.683 demandes, soit un tout petit 0,69% de réponses négatives donc. 

Et le ministre d'indiquer que la plupart de ces fins de non-recevoir s'appuyait surtout sur la qualité même du demandeur. Celui-ci ne disposant pas forcément de la «qualité d'autorité compétente» ou qu' «il n'existait pas de base légale pour l'échange des renseignements requis». Bref, pas question d'opacité dans la transmission d'informations aux Etats qui viendraient à s'interroger sur les activités luxembourgeoises d'un de leurs ressortissants : voilà le message.

Et si 2020 n'a pas marqué un pic dans le nombre de sollicitations reçues, l'année aura tout de même permis à l'ACD de valider 883 demandes, dont 349 provenant des services français. Car, depuis six ans, c'est bien depuis l'Hexagone qu'est lancé le plus grand nombre de questionnements sur la situation fiscale de citoyens. Sur six ans, Paris a ainsi constitué 53% des requêtes (et donc 47% pour le reste du monde...).

Les services luxembourgeois ont également reçu des éléments sur la situation de certains nationaux de la part d'administrations étrangères. Soit 89 échanges spontanés l'an dernier qui émanaient principalement de trois pays : l'Allemagne (pour moitié), l'Italie et la Suisse. 

En 2020, l'Administration des contributions directes aura, elle aussi, sollicité ses homologues pour recevoir des informations sur les actifs de ses propres nationaux en dehors du territoire. 18 demandes ont ainsi été formulées (contre 10 en 2019). La majeure partie étant orientée vers l'Allemagne. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Traditionnellement fixée au 31 mars, la date butoir pour faire sa déclaration a été repoussée en raison de la pandémie. Résidents et frontaliers ont donc jusqu'à mardi. Tour d'horizon de quelques déductions fiscales dont peuvent bénéficier les contribuables.
L'impôt sur le revenu, la TVA et les cotisations sociales qui ne sont pas versés à temps par les contribuables sont ensuite dus avec des intérêts. En dix ans, l'Etat luxembourgeois a ainsi encaissé 234 millions d'euros.