Changer d'édition

Les inégalités de revenus baissent dans le monde
Économie 09.07.2019

Les inégalités de revenus baissent dans le monde

Les inégalités de revenus baissent dans le monde

Économie 09.07.2019

Les inégalités de revenus baissent dans le monde

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Sur la planète, la moitié des travailleurs les moins bien rémunérés ne touchent que 6% des revenus.

L’Organisation internationale du travail (OIT) a publié un rapport sur la répartition des rémunérations dans le monde. Bonne nouvelle: les nouvelles données montrent que les inégalités globales des revenus du travail ont reculé, depuis 2004.

Ce recul s’explique plutôt par la prospérité grandissante dans les vastes économies émergentes, à savoir la Chine et l’Inde.

 Des inégalités toujours criantes

De manière générale, on constate que les inégalités de revenu demeurent généralisées dans le monde du travail. Exemple le plus criant : les 20% des travailleurs ayant les plus faibles revenus – soit 650 millions de travailleurs – gagnent moins d’1% des revenus du travail à l’échelle mondiale.

Roger Gomis, économiste de l’OIT, observe : «La majorité des travailleurs dans le monde souffre d’une rémunération étonnamment basse. Pour beaucoup d’entre eux, avoir un emploi ne veut pas dire gagner suffisamment pour vivre. 

Gagner en 300 ans ce que d'autres sont payés en 1 jour

Les 10% les plus pauvres devraient travailler plus de trois siècles pour gagner la même chose que les 10% les plus riches en un an... Si l’on s’intéresse à la distribution du salaire moyen dans les pays, on constate que la part allant à la classe moyenne a reculé entre 2004 et 2017.

Dans le même temps, la part gagnée par les 20% des personnes les mieux rémunérées a augmenté.

Les pays dans lesquels ces hauts salaires ont vu leur part dans les salaires nationaux augmenter d’au moins 1% sont l’Allemagne, l’Indonésie, l’Italie, la Pakistan, le Royaume-Uni et les Etats-Unis.


14% des salariés exposés à la pauvreté
La Chambre des Salariés du Luxembourg publie ce mardi son «panorama social 2019». Le bilan annuel constate des inégalités sociales et salariales toujours croissantes entre salariés, apprentis et retraités.

Au Benelux, l'étude constate une augmentation de la part du revenu du travail allant à la classe moyenne. En Belgique et au Luxembourg, cette augmentation s’élève à 3,3% entre 2004 et 2017. Cela avant même la réforme fiscale de 2017 au Grand-Duché dont on sait que l’impact a été favorable aux moyens salaires.

Sur cette même période, la part gagnée par les 10% des personnes les mieux rémunérées dans les pays du Benelux a, elle, diminué.


Sur le même sujet

La discrimination autour de la fiche de paye perdure
«A travail égal, salaire égal.» Cette revendication est loin d’être une réalité comme le démontre la dernière étude de l'Institut européen pour l'égalité entre les hommes et les femmes (EIGE) publiée cet été.
Les tristes chiffres records de la Stëmm vun der Strooss
En vingt-trois ans d'existence, jamais la Stëmm vun der strooss n'a présenté au sortir de l'hiver, des chiffres aussi alarmants. Jamais elle n'a comptabilisé autant de sans-abri ou de travailleurs pauvres et distribué autant de repas qu'en 2018.
Fort risque de pauvreté chez les jeunes Luxembourgeois
Un jeune sur cinq, qui est âgé de 18 à 24 ans et qui travaille, risque de tomber dans la pauvreté au Luxembourg. Le Grand-Duché est le 2e pays de l'Union européenne où ce risque de pauvreté chez les jeunes est le plus élevé.
Rapport de l'OCDE: L'écart entre riches et pauvres augmente au Luxembourg
L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a présenté ce matin son nouveau rapport sur les inégalités de revenu. D'après ce document, l'écart entre riches et pauvres a encore progressé au Luxembourg. Notre pays est aujourd'hui le seizième pays le plus égalitaire, en termes de revenus, des pays de l'OCDE.
La croissance luxembourgeoise des inégalités demeure inférieure à celle de la moyenne des pays de l'OCDE.  (Photo: Shutterstock)