Changer d'édition

Les grandes étapes de l'affaire Carlos Ghosn
Carlos Ghosn en 2014

Les grandes étapes de l'affaire Carlos Ghosn

Photo: Daniel Karmann/dpa
Carlos Ghosn en 2014
Économie 3 min. 07.02.2019

Les grandes étapes de l'affaire Carlos Ghosn

Les principaux événements survenus depuis l'arrestation au Japon de Carlos Ghosn, patron déchu de Renault, Nissan et Mitsubishi, soupçonné de malversations financières qu'il nie.
  • Arrestation

Le 19 novembre 2018, Carlos Ghosn est arrêté alors qu'il vient d'atterrir à Tokyo. Son bras droit Greg Kelly est lui aussi interpellé. Tous deux sont placés en garde à vue dans une prison du nord de Tokyo.

Des perquisitions ont lieu au siège de Nissan à Yokohama, dans la banlieue de Tokyo, et dans le luxueux appartement tokyoïte de M. Ghosn.

Le dirigeant franco-libano-brésilien, 64 ans, est soupçonné d'avoir omis de déclarer une grande partie de ses revenus aux autorités boursières pendant cinq ans, entre 2010 et 2015.

Dans la soirée, le président exécutif de Nissan, Hiroto Saikawa, affirme que M. Ghosn est soupçonné «de nombreuses autres malversations». «C'est un problème que tant d'autorité ait été accordée à une seule personne», déclare-t-il.

  • Révoqué chez Nissan et Mitsubishi

Le lendemain, le conseil d'administration (CA) de Renault confie «à titre provisoire» la direction exécutive du groupe à son numéro deux Thierry Bolloré. Carlos Ghosn demeure PDG mais est révoqué de la présidence du CA de Nissan deux jours plus tard.

Les gouvernements français et japonais réaffirment leur soutien à l'alliance.

Le 26, le CA de Mitsubishi Motors limoge à son tour M. Ghosn.

  • Première inculpation

Le 10 décembre, MM. Ghosn et Kelly sont inculpés pour dissimulation de revenus entre 2010 et 2015. Leur garde à vue est prolongée, pour le même motif mais concernant la période 2015-2018.

Le 13, le CA de Renault confirme Carlos Ghosn à son poste de PDG, jugeant sa rémunération française conforme à la loi.

Le 17, le CA de Nissan échoue à désigner un remplaçant à Carlos Ghosn.

  • Nouveau mandat d'arrêt

Le 21, M. Ghosn est mis en garde à vue sur de nouvelles charges, d'abus de confiance: il est accusé d'avoir tenté de faire couvrir par Nissan des pertes sur des investissements personnels au moment de la crise économique de 2008, ce qu'il dément. Il est aussi soupçonné d'avoir effectué des virements d'un compte de la compagnie au bénéfice d'un ami saoudien.

Greg Kelly est libéré sous caution le 25 décembre.

  • Comparution au tribunal

Le 8 janvier 2019, Carlos Ghosn comparaît pour la première fois devant le tribunal de Tokyo. Amaigri et menotté, il affirme avoir été «faussement accusé et détenu de manière injuste».

Le juge justifie sa garde à vue prolongée par un risque de fuite et d'altération des preuves.

Le 10, un CA extraordinaire de Renault le maintient à sa tête.

  • Nouvelles inculpations, libération rejetée

Le lendemain, M. Ghosn est mis en examen pour abus de confiance et pour avoir minoré ses revenus dans des rapports boursiers de Nissan entre 2015 et 2018. Débute une nouvelle période de détention provisoire.

Le 16, prenant acte des décisions de la justice japonaise, l'État français demande la désignation d'un successeur à Carlos Ghosn.

  • Départ de Renault

Le 22, une requête de libération sous caution de M. Ghosn est rejetée. Le lendemain, celui-ci démissionne officiellement de la présidence de Renault.

Le CA du constructeur français intronise un tandem pour le remplacer: le patron de Michelin, Jean-Dominique Senard, prend la présidence du groupe, et Thierry Bolloré la direction générale.

  • «bénéfice personnel» à Versailles

Le 7 février, Renault annonce signaler à la justice française que son ancien patron a reçu pour son «bénéfice personnel» un avantage en nature d'une valeur de 50.000 euros dans le cadre d'une convention de mécénat signée avec le Château de Versailles en 2016. Cette affaire serait liée, selon le Figaro, à la célébration du mariage de M. Ghosn dans le château le 8 octobre 2016.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Renault: Carlos Ghosn a démissionné
Le PDG du constructeur automobile français Renault, Carlos Ghosn, incarcéré au Japon depuis plus de deux mois, a démissionné, a annoncé jeudi le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, à l'AFP.
Carlos Ghosn lors d'une conférence de presse en février 2016.
Nissan réclame son dû à Carlos Ghosn
Nissan, à l'origine de l'enquête qui a fait tomber le tout-puissant Carlos Ghosn, veut récupérer ce qui lui a été «volé», à commencer par plusieurs millions d'euros qui ont été, selon le constructeur japonais, indûment versés à son ex-patron via une filiale néerlandaise.
Nissan affirme que Carlos Ghosn «a reçu une rémunération totale de 7.822.206 d'euros.
Carlos Ghosn visé par deux nouvelles inculpations
L'avenir judiciaire de Carlos Ghosn s'est encore assombri vendredi: le bâtisseur de l'alliance Renault-Nissan a fait l'objet de deux nouvelles inculpations par la justice japonaise, mais ses avocats ont aussitôt déposé une demande de libération sous caution.
(FILES) This file photo taken on May 11, 2012 shows the-president and CEO of Japanese auto giant Nissan, Carlos Ghosn, gesturing as he answers questions during a press conference at their headquarters in Yokohama, suburban Tokyo. - Former Nissan boss Carlos Ghosn said on January 8, 2019 he had been "wrongly accused and unfairly detained" at a high-profile court hearing in Japan, his first appearance since his arrest in November rocked the business world. (Photo by TORU YAMANAKA / AFP)
Carlos Ghosn détenu 10 jours de plus
Carlos Ghosn, arrêté lundi au Japon à la descente de son jet privé pour des malversations financières présumées, séjourne maintenant dans un centre de détention de Tokyo. Qu'est-ce qui l'attend dans les prochains jours? Dans quelles conditions est-il détenu?
Le patron de Renault-Nissan, Carlos Ghosn, arrêté au Japon
Carlos Ghosn, PDG de Renault et un des plus grands patrons d'industrie au monde, a été arrêté à Tokyo selon les médias, accusé de malversations par la justice après une enquête interne de Nissan, qui veut le démettre de son poste au plus vite.
Carlos Ghosn, PDG de Renault depuis 2009, gagne plus de 7 millions d'euros par an. Au titre de PDG de Nissan, il avait touché pour la période d'avril 2016 à mars 2017, 8,8 millions d'euros.