Changer d'édition

Les Etats-Unis face à une récession historique
Économie 3 min. 29.04.2020

Les Etats-Unis face à une récession historique

En cinq semaines, plus de 26 millions de personnes se sont inscrites au chômage, du jamais-vu aux Etats-Unis.

Les Etats-Unis face à une récession historique

En cinq semaines, plus de 26 millions de personnes se sont inscrites au chômage, du jamais-vu aux Etats-Unis.
Photo: AFP
Économie 3 min. 29.04.2020

Les Etats-Unis face à une récession historique

Après dix années de croissance ininterrompue, les USA vont connaître en 2020 une récession jamais vue, provoquée par l'impact du coronavirus. La publication ce mercredi du PIB du premier trimestre et des prévisions de la banque centrale est très attendue.

(AFP) - Les analystes tablent sur un recul de 4,3% en rythme annuel du produit intérieur brut (PIB) lors des trois premiers mois de l'année. Les services du budget du Congrès, CBO, une agence indépendante, sont eux moins pessimistes. Ils s'attendent plutôt à un recul de 0,9% sur les trois premiers mois de l'année.

Quoi qu'il en soit, ce recul «sera la partie émergée de l'iceberg», a averti Kevin Hassett, le conseiller économique de Donald Trump, mardi matin sur CNN. Les mois à venir vont connaître des chutes «telles qu'elles ne ressembleront à rien de ce que vous avez déjà vu», a-t-il ajouté. Car c'est à partir d'avril que sera visible l'étendue des dégâts provoqués sur l'économie américaine par la crise du Covid-19. 


LOS ANGELES, CALIFORNIA - APRIL 21: Maestro the Vocalinist performs while wearing a face mask at an intersection at dusk amidst the coronavirus pandemic on April 21, 2020 in Los Angeles, California. He said he performs there three to four times per week.   Mario Tama/Getty Images/AFP
== FOR NEWSPAPERS, INTERNET, TELCOS & TELEVISION USE ONLY ==
Le virus menace le monde d'une «catastrophe humanitaire»
En raison de ses répercussions économiques dévastatrices, la pandémie risque de provoquer, un doublement du nombre des personnes menacées par la famine dans le monde, prévient le Programme alimentaire mondial.

Les mesures massives de confinement pour éviter la propagation du virus ont en effet été prises dans la deuxième partie du mois de mars. Les écoles, bars, restaurants, ainsi que tous les commerces et activités jugés non indispensables, ont alors progressivement dû mettre leur activité en pause. En cinq semaines, plus de 26 millions de personnes se sont inscrites au chômage, du jamais-vu. Au deuxième trimestre, le PIB pourrait chuter de 11,8% par rapport au premier trimestre, ce qui représenterait une baisse de 39,6% par rapport au deuxième trimestre 2019, selon le CBO. La vitesse et l'ampleur de la reprise de l'activité économique sont encore incertaines. 

L'assouplissement du confinement se fera Etat par Etat, et certains comme la Géorgie ou le Texas ont déjà autorisé la réouverture des commerces. Pour certains secteurs particulièrement affectés par la paralysie de l'économie, à l'instar du transport aérien, le retour au niveau de 2019 pourrait prendre plusieurs années. La dernière plus forte chute du PIB remonte au quatrième trimestre 2008, lorsqu'il avait dégringolé de 8,4%. Après un an et demi de récession, la croissance était revenue fin 2009. 

Perspectives incertaines 

La Réserve fédérale américaine pourrait mercredi, à l'issue de son comité monétaire, donner ses prévisions pour la première économie mondiale, très attendues par les marchés. «Je pense qu'ils diront: l'économie se dégrade à une vitesse folle et les perspectives sont très incertaines», estime Michael Feroli, chef économiste de JP Morgan. Il craint que les membres du comité monétaire ne s'aventurent pas «à prendre une position ferme sur les perspectives économiques, en partie conditionnées par des éléments de santé publique hors de leur contrôle». 

La banque centrale américaine, qui réunit son comité monétaire toutes les six semaines, ne devrait cette fois pas toucher à ses taux d'intérêt. Elle les avait abaissés jusqu'à zéro mi-mars, devant la progression du virus dans le pays, une mesure à laquelle elle n'avait pas eu recours depuis la dernière récession, en 2009. 

La Fed a également lancé une avalanche de mesures, qu'il s'agisse d'outils habituels ou de nouveautés, afin de rassurer les marchés et de donner une bouffée d'air aux entreprises et aux ménages. Pour l'année 2020, le recul du PIB pourrait être de 5,6%, à la faveur d'une timide reprise à partir de l'été, selon les estimations du CBO. Le Fonds monétaire international table de son côté sur une contraction de 5,9%. 


Sur le même sujet

Trump veut demander des comptes à la Chine
Le président américain a évoqué la possibilité de demander à Pékin de payer des milliards de dollars de réparations pour les dommages causés par le nouveau coronavirus, apparu dans la ville chinoise de Wuhan.
US President Donald Trump speaks during a news conference on the novel coronavirus, COVID-19, in the Rose Garden of the White House in Washington, DC on April 27, 2020. (Photo by MANDEL NGAN / AFP)
L'Europe s'engage vers une sortie prudente du confinement
En ordre dispersé et parfois dans la polémique, les Européens ont amorcé un déconfinement qui s'annonce particulièrement complexe, alors que la pandémie a fait à ce jour plus de 206.000 morts pour près de trois millions de contaminés dans le monde.
Jose, 45, pushes her son Pol's stroller past a mural depicting a person wearing a face mask, on April 26, 2020, in Barcelona, during a national lockdown to prevent the spread of the COVID-19 disease. - After six weeks stuck at home, Spain's children were being allowed out today to run, play or go for a walk as the government eased one of the world's toughest coronavirus lockdowns. Spain is one of the hardest hit countries, with a death toll running a more than 23,000 to put it behind only the United States and Italy despite stringent restrictions imposed from March 14, including keeping all children indoors. Today, with their scooters, tricycles or in prams, the children accompanied by their parents came out onto largely deserted streets. (Photo by Josep LAGO / AFP)
Johnson appelle les Britanniques à la patience
Le Premier ministre britannique, de retour aux affaires, a appelé lundi ses compatriotes à continuer à respecter le confinement qui a permis au Royaume-Uni de «commencer à inverser» la courbe de la pandémie.
TOPSHOT - Britain's Prime Minister Boris Johnson gives a statement in Downing Street in central London on April 27, 2020 after returning to work following more than three weeks off after being hospitalised with the COVID-19 illness. - British Prime Minister Boris Johnson returns to work on Monday more than three weeks after being hospitalised with the novel coronavirus and spending three days in intensive care. Johnson, one of the highest-profile people to have contracted the virus, returned to 10 Downing Street on Sunday evening. (Photo by DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP)
L'Europe divisée avant un sommet sur l'après-crise
Les dirigeants européens s'apprêtent à débattre jeudi des solutions pour sortir l'Union européenne de la récession due à la pandémie de coronavirus, mais la désunion règne entre les pays membres. Ce qui devrait les contraindre à reporter toute décision d'envergure.