Changer d'édition

Les «entreprises zombies» menacent le Luxembourg
Économie 5 min. 15.02.2021

Les «entreprises zombies» menacent le Luxembourg

Selon les experts du Groupe des Trente, les ressources «ne doivent pas être gaspillées dans des entreprises qui sont finalement vouées à l'échec».

Les «entreprises zombies» menacent le Luxembourg

Selon les experts du Groupe des Trente, les ressources «ne doivent pas être gaspillées dans des entreprises qui sont finalement vouées à l'échec».
Photo: AFP
Économie 5 min. 15.02.2021

Les «entreprises zombies» menacent le Luxembourg

Selon les experts, une société sur dix ne serait pas viable et la pandémie sanitaire pourrait bien aggraver la situation. Le ministère de l'Economie se veut néanmoins rassurant, estimant le risque «minime» pour la stabilité des marchés financiers.

(ASdN avec Thomas Klein) - Des entreprises non viables maintenues en vie artificiellement ? Au cours des dernières décennies, ce phénomène d'«entreprises zombies» serait de plus en plus fréquent. Plus concrètement, il s'agit de sociétés souvent très endettées qui enregistrent des pertes sur une longue période, mais qui ne font pas faillite en raison «des possibilités de financement favorables dont elles disposent», explique Herbert Eberhard, directeur général de Creditreform Luxembourg à nos confrères du Luxemburger Wort

Les recettes sont alors souvent «à peine suffisantes pour payer les intérêts des dettes», précise Carlo Thelen, directeur général de la Chambre de commerce. En d'autres termes, ces entreprises «ne contribuent guère à la croissance». Selon les experts, la raison principale de ce phénomène en Europe résiderait dans la politique monétaire de la Banque centrale européenne. 


Lokales, Pressekonferenz Stadt Luxemburg “Mon Quartier – Mon Commerce “ / “ Mäi Quartier – Mäi Buttek“  Avenue de la Gare, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
2020 n'aura pas vu flamber les faillites
Alors que la crise économique est bien là, moins d'entreprises auront définitivement fermé durant l'épisode covid qu'en 2019. La construction restant le secteur le plus affecté parmi les 1.206 faillites actées.

«Si les entreprises peuvent emprunter de façon permanente à des taux d'intérêt extrêmement bas, cela perturbe le processus normal d'insolvabilité et empêche un bouleversement du marché», détaille Herbert Eberhard. Mais les banques jouent également un rôle dans cette évolution. Les institutions financières prêtent de plus en plus d'argent aux entreprises surendettées afin qu'elles puissent assurer le service des prêts en cours. De cette manière, la menace de faillite est de plus en plus repoussée. 

Ce n'est pas un phénomène temporaire.

David Capocci, managing partner à KPMG

Selon la Banque des règlements internationaux, une association de 63 banques centrales, la proportion d'entreprises «zombies» est passée de 4% des entreprises en 1980, à 15% en 2017. Au Luxembourg, elles représenteraient 10% des sociétés du pays, estime quant à lui Herbert Eberhard. 

A long terme, le phénomène ne serait néanmoins pas sans conséquence. Pour les économistes, si la proportion de ces entreprises reste élevée, il y a un risque, pour l'économie du pays, que l'innovation et la croissance soient mises de côté. «Le capital est alors immobilisé dans des secteurs et des entreprises dont l'avenir n'est pas nécessairement brillant», explique David Capocci (KPMG). Selon ce managing partner, des études montreraient que ces entreprises restent des zombies dans «80 à 90%» des cas. 


A waitress takes customers' orders in the outdoor seating area of a restaurant on January 28, 2021 in Los Angeles. - California lifted blanket "stay-at-home" orders across the US state on Jaunary 25, paving the way for activities such as outdoor dining to return even in worst-hit regions as the pandemic's strain on hospitals begins to ease. (Photo by VALERIE MACON / AFP)
Un geste fiscal pour aider bars et restaurants
Comme au premier confinement, l'Etat a décidé de permettre aux patrons du secteur Horeca de ne pas payer leurs avances d'impôts pour les deux premiers trimestres 2021.

Dans le contexte actuel, le tableau des faillites est néanmoins faussé par les aides gouvernementales et les prêts-relais destinés à aider les entreprises à traverser la pandémie sanitaire. L'agence de crédit Creditreform estime ainsi que le nombre de faillites en 2020, année de la crise, a en fait diminué de 5% par rapport à l'année précédente. «En ce moment, des sommes très importantes sont versées pour maintenir à flot des entreprises qui, autrement, auraient fait faillite depuis longtemps», déclare Herbert Eberhard. 

Mais s'il estime qu'il s'agit d'une «bonne chose» pour réduire les dommages économiques et le chômage, reste que le problème n'en est que repoussé. «Certaines entreprises auront des difficultés dans un ou deux ans», souligne-t-il. Un constat qui rejoint celui du Groupe des Trente, un think tank financier. Selon ces experts, le problème des entreprises zombies ne ferait que masquer «une réalité plus profonde et plus inquiétante» pour reprendre les termes de l'un d'eux, Mario Draghi. 

Mais toutes les entreprises ne seraient pas en ligne de mire de la même manière. Les hôtels ou les compagnies aériennes, particulièrement fragilisés par la pandémie, sont ainsi «particulièrement menacés à court terme», écrit le groupe d'experts qui appelle les gouvernements à être plus sélectifs dans l'allocation des fonds publics. «Les ressources ne doivent pas être gaspillées dans des entreprises qui sont finalement vouées à l'échec ou qui n'ont pas besoin de soutien public», écrivent les auteurs du document. 

Un risque minime pour le pays

Dans la pratique, la mise en pratique de cette théorie est bien plus délicate. «Il est extrêmement difficile pour l'État de faire une distinction et de n'aider réellement que ceux qui sont viables à long terme», note Carlo Thelen. D'autant plus que les causes de ces entreprises zombies sont bien différentes de celles du passé. «Souvent, à l'heure actuelle, il ne s'agit que d'une pénurie de liquidités à court terme», rappelle David Capocci, donnant l'exemple des compagnies de voyages et des hôtels.

A en croire le ministère de l'Economie, le risque serait par ailleurs minime pour la stabilité des marchés financiers. Les aides accordées lors de la crise financière de 2008 n'auraient ainsi conduit à aucune augmentation de l'émergence d'entreprises zombies. 

Pour rappel, un total de 1.206 faillites a été enregistré en 2020, contre 1.239 un an auparavant. Parmi les secteurs les plus touchés se trouvent la construction - avec un tiers des dossiers de faillites validés - les services non financiers et l'Horeca, dont l'activité est forcée à l'arrêt jusqu'à la mi-mars au moins.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Commerce et artisanat attendent plus que le rebond
Surtout de la prévisibilité dans les décisions du gouvernement. Michel Reckinger, président de la Fédération des artisans (et nouveau «patron des patrons» à la tête de l'UEL) et Tom Oberweis, président de la Chambre des métiers relaient les espoirs de leur secteur.
Meisterbrief, Chantier Electricité, Elektriker, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
2020 n'aura pas vu flamber les faillites
Alors que la crise économique est bien là, moins d'entreprises auront définitivement fermé durant l'épisode covid qu'en 2019. La construction restant le secteur le plus affecté parmi les 1.206 faillites actées.
Lokales, Pressekonferenz Stadt Luxemburg “Mon Quartier – Mon Commerce “ / “ Mäi Quartier – Mäi Buttek“  Avenue de la Gare, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
«La crise a rendu les faiblesses plus visibles»
Pour le président de la Fedil, la pandémie n'a finalement fait qu'accélérer les restructurations. Mais si pour René Winkin, l'horeca et le commerce de détail seront touchés de plein fouet, l'industrie ne devrait pas non plus échapper au phénomène. Explications.
4.3. Wi / PK Fedil nach GV /  Rene Winkin Foto:Guy Jallay
Le chômage monte timidement, mais monte
Depuis septembre, le nombre de demandeurs d'emploi ne cesse d'augmenter petit à petit, jusqu'à atteindre le chiffre de 18.159 inscrits à l'Adem pour le mois de novembre.
16.09.13 illustration emploi adem, adem esch esch alzette,  chomage, arbeitslose arbeitslos, , photo: Marc Wilwert