Changer d'édition

Les diplômés particulièrement touchés par le chômage
Économie 18.12.2019 Cet article est archivé

Les diplômés particulièrement touchés par le chômage

Les demandeurs d'emploi sont plus féminins et diplômés qu'en 2018.

Les diplômés particulièrement touchés par le chômage

Les demandeurs d'emploi sont plus féminins et diplômés qu'en 2018.
Photo : Pierre Matgé
Économie 18.12.2019 Cet article est archivé

Les diplômés particulièrement touchés par le chômage

Alexander ABDELILAH
Alexander ABDELILAH
Les derniers chiffres de l'ADEM montrent un rebond de 6,5% du nombre de demandeurs d'emploi inscrits sur un an, atteignant ainsi 5,4%. Un phénomène malgré tout en repli depuis 2014.

Près de 1.000 demandeurs d'emploi de plus depuis novembre 2018. C'est la conclusion de la dernière étude de l'ADEM sur le chômage au Grand-Duché, qui atteint 5,4%, avec plus de 15.000 inscrits. Une tendance négative qui s'inscrit dans un contexte de croissance soutenue mais menacée par un ralentissement en 2020. Si le taux est plus élevé que fin 2018, il reste nettement inférieur à son pic de sept pourcents enregistré en 2014 et n'épargne ni les diplômés ni les femmes. 

Dans les détails, les diplômés du supérieur subissent la hausse de plein fouet. Avec une augmentation de près de 25% de leur effectif au sein des demandeurs d'emploi par rapport à 2018, ils contrastent avec la légère amélioration des chiffres chez les moins diplômés. En effet, les détenteurs d'un diplôme du secondaire inférieur restent moins touchés par le chômage que l'année passée. 


ADEM - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Le master réduit la durée possible du chômage
22% des demandeurs d'emploi sont diplômés de l'enseignement supérieur. Mais si une qualification de bon niveau reste toujours le sésame pour s'ouvrir le marché de l'emploi, plus le diplôme est élevé moins l'inscription à l'ADEM dure longtemps.

Autre ombre au tableau : le chômage touche de plus en plus les femmes. Elles sont près de 8.000 à être inscrites à l'ADEM en novembre 2019, soit dix pourcents de plus qu'un an auparavant. Les hommes, eux, sont concernés par la perte d'emploi dans les mêmes proportions que l'année passée.

Peu importe le sexe, plus l'inscription à l'ADEM est ancienne, plus la réintégration sur le marché de l'emploi a été bonne, en 2019. Ainsi, le nombre des demandeurs d'emploi signalés depuis plus d'un an est en baisse, comparé à 2018. Le phénomène inverse est visible chez les inscrits depuis moins d'un an, dont le nombre est supérieur de près de 15% à ce qu'il était en novembre 2018.

D'un point de vue historique, malgré le léger rebond de 2019, le taux de chômage grand-ducal poursuit sa baisse amorcée en 2014. 



Sur le même sujet

Le chômage reste stable à 5%
En octobre, la part de la population active sans emploi au Luxembourg reste identique à celle du mois de septembre, à savoir 5,3% de la population active. Sur un an, la hausse apparaît minime, à 1,8%.
ADEM - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Statu quo pour le chômage en septembre
Une très faible baisse du nombre de personnes à la recherche d'un emploi a été enregistrée pour le neuvième mois de l'année. Par contre le nombre de dossiers de nouveaux demandeurs ouverts par l'ADEM a augmenté de 25% par rapport à septembre 2019.
Plus de la moitié des demandeurs d'emploi diplômés de l'enseignement supérieur possèdent un master ou un doctorat.
Le master réduit la durée possible du chômage
22% des demandeurs d'emploi sont diplômés de l'enseignement supérieur. Mais si une qualification de bon niveau reste toujours le sésame pour s'ouvrir le marché de l'emploi, plus le diplôme est élevé moins l'inscription à l'ADEM dure longtemps.
ADEM - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Le taux de chômage reste stable
Fin août, 5,4% de la population active se trouvait sans emploi, selon les données publiées vendredi par le Statec. Un chiffre quasiment identique à celui du mois de juillet (5,5%). Sur un an, ce taux a progressé de 2,9%.
ADEM - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort