Changer d'édition

Les devoirs de rentrée du «patron des patrons»

  • «Prêts à vacciner»
  • «Tripartite, pour quoi faire?»
  • «L'Etat fait perdre des salariés au privé»
  • «Fiscalement, il faut bouger»
  • «Un entrepreneur n'aime pas être aidé»
  • «Prêts à vacciner» 1/5
  • «Tripartite, pour quoi faire?» 2/5
  • «L'Etat fait perdre des salariés au privé» 3/5
  • «Fiscalement, il faut bouger» 4/5
  • «Un entrepreneur n'aime pas être aidé» 5/5

Les devoirs de rentrée du «patron des patrons»

Les devoirs de rentrée du «patron des patrons»
Social

Les devoirs de rentrée du «patron des patrons»


par Patrick JACQUEMOT/ 21.09.2021

Neuf mois que Michel Reckinger est à la tête de l'Union des entreprises. Mais en ce mois de septembre, le représentant des entrepreneurs entend recentrer le débat sur la reprise plutôt que d'évoquer la crise encore et encore.

Sept ans de présidence de la Fédération des artisans lui ont tanné le cuir. Et c'est endurci de cette expérience que Michel Reckinger a pris la présidence de l'UEL en janvier dernier. Une succession à Nicolas Buck au milieu de la crise que ne regrette pas le quinquagénaire. «Qu'on se le dise : je n'ai pas pris la fonction pour partir au bout d'un mandat», prévient-il. Voilà donc ses partenaires de dialogue social prévenus.

1

«Prêts à vacciner»
Copier le lien

Photo : AFP

Premier dossier à régler en cette rentrée toujours sous le signe du covid : la vaccination en entreprise. «On n'attend que cela!», lance le représentant du patronat. Et s'il a laissé la nouvelle loi covid jouer le statu quo sur les règles s'imposant au travail pour les premières semaines de rentrée, «à partir du 15 octobre, il faudra qu'il y ait des changements». 

Conscient que la question n'est pas simple à résoudre si l'on tient compte des arguments sanitaires, de la protection des données et de la liberté de chacun, le ''patron des patrons'' tranche : «La responsabilité d'un chef d'entreprise, c'est de prendre soin de la santé de ses personnels. Donc leur proposer la vaccination -je n'ai pas dit obligation- va bien dans ce sens.»


Businesswoman showing her mobile phone with corona tracking app on display. Female professional showing she is safe from corona infection.
La pétition qui vient bousculer les choix sanitaires
En deux jours à peine, la pétition publique demandant à ce que la vaccination anti-covid obligatoire soit proscrite et les restrictions quotidiennes levées pour les non-vaccinés a dépassé les 5.800 soutiens. Il y aura donc débat à la Chambre.

Et si maintenant il ne faut plus tarder à mettre en place cette mesure, en discussion depuis plusieurs semaines avec le ministère de la Santé, c'est que la situation devient ubuesque : «On se retrouve avec des bureaux qui se remplissent de gens vaccinés à qui l'on exige le port du masque pendant huit heures par jour, de se tenir à deux mètres les uns des autres alors qu'ils ont pris soin de se faire vacciner. 

Au final, la minorité qui repousse la vaccination impose plus de contraintes à la majorité des gens.» Alors Covidcheck ou autre chose à la porte des ateliers, sur les chantiers ou en bureaux, l'UEL veut que la situation soit vite clarifiée.

2

«Tripartite, pour quoi faire?»
Copier le lien

Photo : Chris Karaba

Contrairement à l'OGBL, LCGB ou la CGFP qui martèlent qu'il est temps d'organiser à nouveau une tripartite, l'UEL n'en trouve toujours pas l'utilité aujourd'hui. «La question n'est pas quand doit se tenir cette rencontre, mais pourquoi on la tiendrait là?», questionne Michel Reckinger. «Si c'est pour entendre les syndicats demander ce que le gouvernement ne voudra pas leur offrir, et nous de freiner avec, ça ne fera pas avancer le débat.»


Le covid booste le recours à l'intérim
La pandémie a provoqué un autre changement que le télétravail sur le marché de l'emploi : les recruteurs signent plus facilement des contrats intérimaires que des CDI, selon le ministère du Travail. De quoi peser sur la précarité.

Pour le président de l'Union des entreprises, le dialogue social est d'ailleurs loin d'être rompu. Au contraire, il se félicite de ce que peuvent dire les partenaires aussi bien à la table du Conseil économique et social, du comité de conjoncture ou dans les instances de la Sécurité sociale. «C'est sans tripartite que l'on a réussi à trouver de belles avancées sur le droit à la déconnexion ou les responsabilités dans le télétravail. Il faut continuer ainsi», plaide-t-il. 

D'ailleurs, après dix-huit mois de crise covid, le président de l'UEL tire une leçon positive des échanges entre partenaires : «Si notre emploi a mieux résisté, si notre économie a moins chuté que chez certains de nos voisins, si les écoles sont restées plus longtemps ouvertes qu'ailleurs, c'est justement parce que tous ensemble (patronat, syndicats et gouvernement) nous avons compris que l'ennemi à combattre était au-dehors et pas entre nous. Voilà l'état d'esprit qui doit perdurer.»

3

«L'Etat fait perdre des salariés au privé»
Copier le lien

Photo : iStockphoto

Cet Etat (providentiel) dont il juge qu'«il a globalement bien géré la crise», Michel Reckinger et l'UEL ont quelques reproches à lui faire. Un vieux cheval de bataille : l'administration d'Etat et communale prend trop d'importance en termes de fonctionnaires recrutés et constitue même un aspirateur de profils trop puissant. «Rien que l'an dernier, les administrations ont embauché 2.000 personnes! En termes d'effectif, c'est autant que de postes occupés à la BIL... Sur quatre ans, la masse de fonctionnaires a grossi de 20%, c'est considérable.»

Considérable car il faut assurer traitements (et pensions demain) de ces agents, mais aussi considérable car ce sont autant de recrues potentielles que le privé n'a pu retenir ou faire entrer dans les sociétés. Pour un peu, au vu de certaines rémunérations, Michel Reckinger parlerait presque d'une concurrence déloyale... «Je pense que ce pays pourrait faire plus avec moins d'administration, c'est clair.»


Illustration Fonction Publique -  Staatsbeamten - Photo : Pierre Matge
La fonction publique continue de s'étoffer
Alors que leur nombre n'atteignait pas les 25.000 en 2013, les agents de l'Etat dépassent le seuil des 30.000 en 2020, indique vendredi le ministère de la Fonction publique. Une tendance à la hausse malgré les difficultés du secteur à recruter.

Et le patron des patrons de regretter d'autant plus la situation qu'elle nuit encore un peu plus à une volonté de se lancer dans l'entrepreneuriat déjà bien timide au Luxembourg. «Pourtant c'est de cet esprit de construire par soi-même, de cette indépendance que naît le dynamisme d'un pays.»

4

«Fiscalement, il faut bouger»
Copier le lien

Photo : Guy Jallay

Que le ministre des Finances ait annoncé que la coalition renonçait à mener à bien sa grande réforme fiscale d'ici 2023 ne constitue pas en soi une bonne nouvelle pour l'UEL. Certes, voilà qui permettra d'éviter l'éventuel «impôt corona» qu'a pu défendre le vice-Premier ministre Dan Kersch (LSAP). «Pierre Gramegna  dit qu'il n'y a plus de marges pour faire des cadeaux fiscaux et nous le croyons volontiers. Sauf qu'en dehors du pays, les autres Etats ajustent leur fiscalité pour sortir de la crise. Allemagne,  France, Angleterre ou Irlande ne nous attendent pas. Donc le risque est de perdre le caractère concurrentiel de notre économie si rien ne bouge.»


Politik, Chambre des Députés - Débat Budget, Pierre Gramegna. Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Gramegna repousse la réforme fiscale
Plus question pour le gouvernement d'engager le toilettage des impôts. Le projet annoncé dans l'accord de coalition se voit repoussé à 2023 en raison de l'impact de la crise covid, vient d'indiquer le ministre des Finances.

Et Michel Reckinger de clarifier : «Il faut 19 milliards de recettes au budget de l'Etat, réfléchissons sur le meilleur moyen de trouver cette somme. Quel impôt il faut maintenir, quel autre alléger pour s'assurer une relance forte qui rapportera aux caisses de l'Etat.» 

Cela doit se discuter sans faire une croix sur le nécessaire débat sur la redistribution de l'argent public. Si le gouvernement investit, cela doit servir de levier à l'économie nationale. «Il serait donc intéressant de réviser l'accompagnement des entreprises dans la transition digitale, écologique ou dans la formation ou en matière de logement. Que cela soit plus incitatif pour les sociétés privées de suivre ces voies.»

5

«Un entrepreneur n'aime pas être aidé»
Copier le lien

Des aides publiques, il en a plu comme jamais sur les entreprises depuis dix-huit mois. «Et merci pour cela.» Rien que la couverture étendue du chômage partiel pour maintenir en situation d'emploi des milliers de salariés -et donc préserver des sociétés de la fermeture- aura coûté 1,1 milliard d'euros à l'Etat. Sans oublier les quelque 170 millions d'euros d'avances (remboursables), la prise en charge des coûts non couverts (82 millions), les 73 millions du fonds de relance ou les 33 millions d'indemnités d'urgence versés aux indépendants... Et maintenant?


ARCHIV - Zum Themendienst-Bericht vom 21. Juli 2021: Auf immer mehr Hausdächern finden sich Photovoltaik-Anlagen. Die Sorge, dass damit ein erhöhtes Brandrisiko verbunden ist, ist laut Experten unbegründet. Foto: Patrick Pleul/dpa-Zentralbild/dpa-tmn - Honorarfrei nur für Bezieher des dpa-Themendienstes +++ dpa-Themendienst +++
Le chômage au plus bas depuis janvier
En un mois, le nombre de demandeurs d'emploi a encore fondu au Luxembourg, pour s'établir à 16.123 inscrits à l'ADEM. Une agence dont les listings témoignent de 9.914 postes restant à pourvoir dans le pays.

«Je suis d'accord qu'il faille couper certains robinets, mais tout en gardant un œil sur les secteurs les plus en difficulté.» Pour Reckinger, «un suivi mois par mois» doit encore être maintenu. Car si «octobre sera décisif en raison de l'arrêt de l'aide aux coûts non couverts (dans la restauration ou l'événementiel), il est d'autres secteurs qui voient arriver des nuages noirs». 

A l'UEL, on craint par exemple pour les entreprises du bâtiment encore impactées par un manque préoccupant de matières premières pour mener à bien les chantiers. Dans les mois à venir, l'industrie va aussi souffrir de l'augmentation des coûts de l'énergie. Et l'Horesca ne s'en sortira pas si un télétravail trop conséquent prive toujours les tables des restaurants de leur clientèle de cols bleus et cols blancs. 

«C'est pourquoi je demande au gouvernement de continuer à nous écouter, insiste Michel Reckinger. Avec les chambres et les fédérations, nous ressentons le pouls du pays, de l'économie et ensemble on peut voir comment garder toutes nos activités en bonne santé.» 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'actuel vice-Premier ministre socialiste annonce, lundi, qu'il ne sera pas candidat pour être tête de liste pour les prochaines élections législatives. Il laisse même planer le doute quant à sa présence au gouvernement jusqu'en 2023.
Politik, Covid-19, Dan Kersch und Fränz Bausch auf dem Weg zum Pressebriefing, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
Depuis les crues du mois de juillet, le Comité de conjoncture continue de traiter les demandes d'aide indirecte pour «cas de force majeure pour inondations». Si le nombre de requêtes tend à diminuer chaque mois, la mesure a toutefois été prolongée pour octobre.
17/07/2021 , Heischwasser, Inondation , Jardin Gourmand, Hesperange , Hesperange , © Laurent Blum
Mais au-delà de proposer des injections anti-covid aux salariés non vaccinés, l'Union des entreprises aimerait aussi s'entendre avec l'Etat sur les moyens d'assurer la santé de l'ensemble des employés dans un contexte sanitaire encore indécis.
Comme pour le reste de la population active, le chômage des moins de 30 ans recule ces derniers mois. Si les aides de l'Etat ont permis de limiter la casse, la formation joue également un rôle dans leur insertion sur le marché du travail.
Lok , Sueden , Esch/Alzette , Centre Formida , Arcus , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Une pétition publique demandant la fin des impôts sur le 13e mois (et autres bonus) a obtenu suffisamment de soutiens pour qu'un débat public ait lieu à la Chambre des députés sur le sujet.