Changer d'édition

Les consommateurs reprennent (un peu) confiance
Économie 2 min. 29.09.2020

Les consommateurs reprennent (un peu) confiance

L'indice de confiance des consommateurs est deux fois plus positif en septembre qu'en avril dernier.

Les consommateurs reprennent (un peu) confiance

L'indice de confiance des consommateurs est deux fois plus positif en septembre qu'en avril dernier.
Photo : Pierre Matgé
Économie 2 min. 29.09.2020

Les consommateurs reprennent (un peu) confiance

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Les ménages ont une image plus positive de l'économie du Grand-Duché pour les mois à venir. Mais une enquête de la Banque centrale du Luxembourg met aussi en avant les doutes des familles sur leur propre situation financière

Oui, les Luxembourgeois croient bien au redressement économique du pays. Et l'étude menée par la Banque centrale du Luxembourg le démontre. Si l'optimisme de rigueur par le passé n'est certes pas revenu, la perception qu'ont les ménages pour les douze mois à venir est deux fois plus positive en septembre que celle mesurée en août. A croire qu'après plusieurs semaines de reprise de l'activité du pays et les vacances, les perspectives s'éclaircissent aux yeux de la population. 

Et ce regard positif pèse sur l'indicateur de confiance que scrute la BCL, mois après mois. Les foyers luxembourgeois sont ainsi doublement plus confiants qu'en avril dernier, au cœur même de la première vague de covid et du confinement. La diminution du nombre de personnes inscrites à l'Adem (phénomène constaté depuis mai) ou encore la chute du nombre de bénéficiaires du chômage partiel sont autant d'indicateurs qui, certainement, participent à cette meilleure perception de l'avenir du pays.

Mais d'autres signaux négatifs ont aussi un impact sur le moral des consommateurs. Les 600.000 Luxembourgeois, constatant la multiplication des plans sociaux (ArcelorMittal, Guardian, Luxemburger Wort...), le nombre croissant de faillites, ou les difficultés de certains secteurs d'activité (commerces, Horesca, aviation, événementiel...) portent à l'heure de la rentrée un regard plus sombre sur leur propre situation financière, pointe la BCL. Ainsi, les sondés sont deux fois moins confiants sur leur avenir personnel qu'ils ne l'étaient en août dernier.


Politik, Itv Xavier Bettel, Sechs Monate Covid-19 Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
«Personne n'a été épargné» par la crise du covid-19
Six mois après l'arrivée de la pandémie au Grand-Duché et ses conséquences sur la société, l'économie et le monde politique, Xavier Bettel revient sur une période qu'il qualifie de «plus difficile» de son mandat de Premier ministre.

Au regard des statisticiens de la Banque centrale, cela se traduit par une stabilisation des intentions d'achats importants. Celles-ci restent au même stade que le mois dernier, et toujours aussi peu encourageantes. Mais, au final, la moyenne pondérée des quatre indicateurs pris en compte pour l'étude mensuelle traduit avant tout cette reprise de confiance à l'échelle de l'activité économique nationale. Méthode Coué ou tendance de fond: l'avenir le dira.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

2019, «année réussie» pour les assureurs
Malgré la tornade qui s'est abattue en août sur le sud du pays, le commissariat aux assurances annonce des bénéfices qui ont doublé en un an. Le Brexit et «l'achèvement de l'internationalisation du marché luxembourgeois» ont donné un coup de boost à tout le secteur.
CdP Commissariat aux assurances:présentation du rapport. Foto:Gerry Huberty
«La crise actuelle ne constitue pas un alibi»
Jean-Paul Olinger, directeur de l'Union des entreprises luxembourgeoises (UEL), estime que le chômage partiel devrait se poursuivre pendant une bonne partie de 2021 et devrait constituer une réponse aux conséquences de la crise. A l'image de ce qui se passe ailleurs en Europe.
Wirtschaft, Interview mit Jean-Paul Olinger, UEL, Unions des Entreprises Luxembourgeoise, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
«Le télétravail doit rester une option»
Le Conseil économique et social a livré mardi son avis sur le statut à accorder à l'avenir au travail à domicile. Pour les experts du CES, «un règlement doit accompagner ce mouvement de manière constructive pour les salariés concernés».