Changer d'édition

«Les collaborateurs Post peuvent être fiers»
Économie 7 min. 14.08.2020 Cet article est archivé

«Les collaborateurs Post peuvent être fiers»

«A ce jour, nous avons distribué 230.000 masques à nos personnels», note Claude Olinger directeur RH de Post.

«Les collaborateurs Post peuvent être fiers»

«A ce jour, nous avons distribué 230.000 masques à nos personnels», note Claude Olinger directeur RH de Post.
Photo : Julian Pierrot
Économie 7 min. 14.08.2020 Cet article est archivé

«Les collaborateurs Post peuvent être fiers»

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Mission accomplie. Après six mois de crise covid, le directeur des ressources humaines estime que le plus gros employeur du pays a tenu son rang pour assurer les missions essentielles qui lui ont été confiées. Mieux: les employés ont gagné en estime de leur travail et de l'entreprise.

Comment mesurer la bonne santé du Group Post? A ses résultats annuels? Les derniers étaient bons. A ses projets? La construction de son nouveau siège, un rôle comme acteur 5G ou le déploiement du réseau fibre assurent le pouls de l'entreprise. Mais l'on peut aussi se fier au visage de Claude Olinger. Et bonne nouvelle : le directeur des personnels du 1er employeur du pays a le sourire. Pourtant, faire traverser le premier épisode covid-19 à quelque 4.650 collaborateurs n'a pas dû être simple. 

Quand on doit veiller à la santé d'autant d'employés, cela représente une pression inédite que de combattre un ennemi invisible comme ce virus?

Claude Olinger : «Je ne l'ai jamais vécu comme une pression; le terme est trop fort. Plutôt comme un travail différent. Mais depuis le début de la crise, j'étais persuadé que nous avions pris les bonnes décisions non seulement pour assurer la protection des employés mais aussi poursuivre le travail durant cette période de crise. Le gouvernement a intégré l'activité du Group Post comme essentielle à la nation, nous avons assumé ce rôle.


Centre de tri Bettembourg Amazon, Post, Bettembourg, le 11 Juillet 2017. Photo: Chris Karaba
La Poste submergée par les commandes en ligne
Depuis le début des mesures de confinement imposées par le gouvernement, les consommateurs se ruent sur les sites de e-commerce. Face à la multiplication du nombre de colis, la compagnie publique doit s'adapter.

La première mesure covid que nous ayons prise a été d'annuler la Postlaf. Cette course a d'ailleurs été un des premiers événements du pays à être victime du covid. Ensuite, il a fallu tout mettre en oeuvre pour assurer la continuité du service en toute sécurité. 

Et vous ne parlez pas seulement du service du courrier...

«Non, il a aussi fallu maintenir ouvert les shops, un maximum d'agences dans le pays mais aussi assurer la bonne tenue du réseau internet. Dans cette période où chacun restait et travaillait depuis chez lui, il était primordial que le réseau ne connaisse pas de faiblesse. Ce fut le cas. Au passage, cette période a été extraordinaire pour le trafic colis. Nous avons atteint un nombre de réceptions digne des périodes de Noël

Et puis, Post s'est aussi vu confier l'envoi des masques dans une première distribution générale. Pour cette mission aussi, les Luxembourgeois ont pu compter sur nous. Donc, j'estime que les collaborateurs peuvent être fiers.

Comment Post s'est adapté aux conditions sanitaires exigées pour ses agents et le public?

«En y mettant les moyens. Les chiffres sont impressionnants d'ailleurs. A ce jour, nous avons employé 850 litres de gel hydroalcoolique, distribué plus de 20.000 paires de gants, installé plus d'une centaine de distributeurs de gel, mis en place près de 350 plaques de plexiglas soit à nos guichets, soit dans les bureaux où les postes de travail étaient trop rapprochés... Chacun de nos personnels a aussi reçu un buff et une dizaine de masques dans un premier temps. Aujourd'hui, nous en avons distribué plus de 230.000 et avons pu constituer un stock.

Je dirai que c'est là une partie visible. Mais il a aussi fallu repenser nos organisations du travail. Je pense notamment aux centres de distribution qui n'ont pas obligatoirement été pensés pour assurer la distanciation demandée maintenant. Mais ça fonctionne. Comme toutes les entreprises, nous nous sommes beaucoup appuyés sur le télétravail, et nous continuons.

Quel est votre retour d'expérience sur le home-office justement?

«D'abord que le télétravail n'est pas fait pour tout le monde. D'abord en fonction de la mission. Le facteur qui travaille à domicile, c'est inconcevable. Nous avons fait le décompte en interne, il y a 1.750 postes de travail qui sont ''non télétravaillables''. Ensuite, cela ne correspond pas à toutes les natures de salariés. Certains se montrent plus autonomes, d'autres ont besoin d'un soutien proche et immédiat pour bien faire. Il faut tenir compte du caractère individuel donc.

De toute façon, Post entendait développer cette pratique; la crise va accélérer les choses. Il faudra se pencher sur des procédures claires de télétravail, mais aussi assurer des formations sur le management à distance et sur le rôle de chacun quand il n'agit pas dans le cadre de l'entreprise. Je suis membre du Conseil économique et social qui travaille bien le sujet.

Vous dites que les salariés du groupe ont gagné en estime d'eux-mêmes et ont changé de regard sur leur employeur...

«Tous les messages de remerciements de la population ou des autorités ont été appréciés par les personnels effectivement. Travailler pour Post était valorisant durant cette période où le pays était quasiment à l'arrêt et comptait sur nous. Ils étaient en première ligne, au même titre que les soignants. Individuellement, cela a été gratifiant. 

Post n'a pas eu à pâtir d'un taux d'absentéisme supérieur durant la crise (en moyenne 5%), «signe d'un vrai engagement de nos agents au service de la population», estime Claude Olinger.
Post n'a pas eu à pâtir d'un taux d'absentéisme supérieur durant la crise (en moyenne 5%), «signe d'un vrai engagement de nos agents au service de la population», estime Claude Olinger.
Photo : Gerry Huberty

Les personnels ont aussi vu que la maison prenait soin d'eux. Par une information régulière sur les attitudes à adopter face à la maladie, avec la mise en action d'une hotline en cas de problème, avec les protections toujours disponibles. Nous avons aussi pris soin d'éloigner de leur poste toutes les personnes vulnérables, et les femmes enceintes (sans même qu'elles aient à produire un certificat médical).

Alors à quand la prime pour ces agents?

«Elle n'a pas été réclamée aussi franchement. Et Post a été généreux en accordant à tous le Vendredi saint comme jour de repos, le 4 juin dernier.C'était de la propre initiative de la direction, et cela a permis à beaucoup de s'offrir un break de quatre jours qui a été apprécié. Mais nos collaborateurs ne sont pas aveugles: prime ou pas, ils savent que leur emploi est assuré et par ces temps difficiles, ce soulagement n'a pas de prix. Si le groupe doit faire face à des coûts additionnels inattendus, cela ne pèsera pas sur les effectifs.

Au final, quel a été le pire jour de cette crise?

«Celui où l'Allemagne a choisi de fermer ses frontières. Bon nombre de nos personnels passent la frontière, qu'allait-il se passer. Et comment la situation allait évoluer pour la France ou la Belgique? Là, je dois dire qu'il y a eu un peu de stress. Notre service à lui seul ne pouvait pas imprimer et distribuer les laissez-passer exigés, c'était un moment délicat.


Le télétravail objet de nouveaux pourparlers
Alors qu’un certain flou entoure encore le télétravail des frontaliers après le 31 août, le gouvernement assure garder le contact avec la France, la Belgique et l'Allemagne pour faciliter le travail à domicile.

Maintenant, il serait urgent qu'à l'échelle des Etats de la Grande Région, la question de l'harmonisation des règles de prolongation du télétravail (hors cadre fiscal habituel) soit réglée. Au 31 août, ni nous, ni nos télétravailleurs belges, français ou allemands ne savent sous quel statut ils pourront poursuivre leur home-office. Il faut vite régler cette situation. 

Ensuite, en tant que responsable RH, je reste attentif à toute reprise du virus et à l'application de notre «Plan Pandémie». Il a bien fonctionné jusqu'à présent. D'ailleurs même avec les nouvelles mesures sanitaires, nous pourrions être en mesure de recevoir à un poste de travail les trois quarts de nos salariés dans des conditions 100% safe.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Pas de temps perdu pour le futur siège de Post
Quatre niveaux en sous-sol et deux étages en aérien ont déjà pu être réalisés sur le site dont l'achèvement reste prévu pour l'automne 2022. A ce stade, l'arrêt des chantiers pour cause de covid n'influencera pas le calendrier des travaux.
online.fr, Post, neues Gebaüde in rue du commerce, Gespräch mit Tom  Weier und Holger Beinig, Bauarbeiten Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
«Le télétravail doit se faire sur une base volontaire»
Le Conseil économique et social planche actuellement sur la thématique du travail à distance. Pour son président, Jean-Jacques Rommes, «la réglementation rigide doit être simplifiée» mais la question reste «extrêmement complexe», en particulier concernant les frontaliers.
A 110 ans, l'Hôtel des Postes se relooke
D'ici 2023, le siège historique du groupe Post au cœur de la capitale abritera boutiques, hôtel, restaurant, salle de fitness et espaces de coworking. Le projet sera cofinancé puis exploité par Artea. Mais pour les aménagement pas question de nuire à ce fleuron du patrimoine.
Surtout, il ne sera pas question de toucher à la façade style Renaissance dont les pierres proviennent de deux carrières luxembourgeoises.
Post Luxembourg affiche des résultats «remarquables»
Le premier employeur du pays a enregistré en 2019 une augmentation de 4,2% de son chiffre d'affaires, atteignant 862 millions d'euros. La division postale et celle des télécommunications sont florissantes, ce, grâce à la numérisation.
Wirtschaft, Post Luxembourg: présentation résultats financiers 2019 Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort