Changer d'édition

Les banques européennes vacillent fortement
Économie 4 min. 23.09.2019

Les banques européennes vacillent fortement

En France, la Société Générale a prévu de supprimer plus de 3.400 postes sur une durée de quatre ans.

Les banques européennes vacillent fortement

En France, la Société Générale a prévu de supprimer plus de 3.400 postes sur une durée de quatre ans.
ARCHIVES LW
Économie 4 min. 23.09.2019

Les banques européennes vacillent fortement

Le secteur bancaire vit à nouveau des heures difficiles suite aux annonces de la Société Générale et de Commerzbank. Plus de 44.000 postes passeront à la trappe dans les établissements du Vieux Continent d'ici 2022. Le Luxembourg, pour l'heure, n'est pas encore concerné.

(ER avec AFP) - Plus de dix ans après la crise financière de 2008, le secteur bancaire vit à nouveau des heures difficiles. Depuis le début de l'année, au moins dix banques européennes ont annoncé la suppression de nombreux postes, plus de 44.000 pertes d'emploi sont évoquées à l'horizon 2022.      

Face à la baisse de fréquentation des agences et au virage du numérique, la Société Générale avait été l'un des premiers en 2015 à annoncer la refonte de son réseau de détail en France. Entre 2016 et 2020, le groupe français, qui emploie plus de 147.000 personnes à travers le monde, a programmé la suppression de 3.450 postes. Vendredi, le groupe français a précisé que plus de 2.000 emplois allaient être supprimés à travers le monde. 

Dans le même temps, une autre annonce est intervenue mais du côté de la Commerzbank, elle a aussi annoncé la suppression de 4.300 emplois dans le monde et de 200 agences. En crise depuis plusieurs années, la deuxième banque allemande, avait déjà réduit son personnel de 9.600 postes à l'horizon 2020, un plan de réduction qui a déjà été bouclé.


06.07.2019, Hessen, Frankfurt/Main: Die Zentrale der Deutschen Bank spiegelt sich in einer Glasfassade. Am 07.07.2019 kommt der Aufsichtsrat des Kreditinstituts zu einer Sitzung zusammen. Finanzmarktexperten rechnen mit einem radikalen Umbau des Konzerns. Foto: Boris Roessler/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Deutsche Bank supprime 18.000 emplois
La banque a annoncé dimanche le plus grand plan de restructuration de son histoire, qui clôt définitivement les rêves de grandeur internationale de la première banque allemande en pleine crise.

Commerzbank, dont l'Etat allemand est actionnaire à hauteur de quelque 15%, entend également se séparer de sa filiale polonaise mBank. Toujours en Allemagne, le géant Deutsche Bank avait déjà annoncé début juillet le plus grand plan de restructuration de son histoire avec la suppression de 18.000 emplois d'ici à 2022. 

La crise touche également les plus petits établissements à l'image de la banque régionale HSH Nordbank qui compte supprimer 700 emplois sur un total de 1.700, une mesure intervenant peu de temps après son rachat par des investisseurs privés.  

Incertitude et restructuration

Ce coup de mou n'a pas de frontière. D'autres géants bancaires sont également dans la tourmente. HSBC a annoncé début août le départ surprise de son patron John Flint, moins de deux ans après son arrivée, et la suppression de 4.000 emplois. La banque britannique, établie à Londres mais active à travers le monde et surtout en Asie, est très vulnérable à la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis. Autre défi de taille: le Brexit et le caractère «hautement incertain» de la nature et de l'impact de la sortie de l'UE.

Après plusieurs années de résultats en dents de scie, Barclays, qui est pourtant revenue dans le vert en 2018, a pourtant indiqué début août qu'elle comptait supprimer 3.000 postes lors du deuxième trimestre 2019 et augmenter la réduction de ses coûts.

La banque espagnole Santander a annoncé en juin la suppression de 3.200 emplois, soit 10% de ses effectifs. Une restructuration qui est la conséquence de l'absorption en 2017 de sa rivale Banco Popular alors que la troisième banque espagnole CaixaBank a négocié avec les syndicats un plan de départs volontaires prévoyant la suppression de plus de 2.000 postes d'ici à la fin 2020.     

«Des choses se préparent»  

Fin août, BNP Paribas annonçait envisager la suppression d'environ 20% des effectifs, soit une réduction de 446 à 546 postes d'ici à 2021. La filiale belge BNP Paribas Fortis, avait confirmé en mars réduire de 40% son nombre d'agences et supprimer quelque 2.200 emplois d'ici trois ans. En Italie, la banque a lancé cet été un plan de départs anticipés à la retraite, réduisant ses effectifs de 1.500 postes à horizon 20201.  

Le bancassureur belge KBC compte lui supprimer 1.400 emplois en Belgique d'ici à 2022 afin d'améliorer son «efficacité opérationnelle».


Wi , 100 Jahre Banque Generale , BGL-BNP-Paribas , Siege Kirchberg Foto: Guy Jallay/Luxemburger Wort
L'activité des banques de la Place en un clin d’œil
Quels sont les établissements bancaires qui affichent les meilleurs résultats ? Quelles sont les banques qui continuent de recruter et celles qui réduisent leurs effectifs ? Autant de questions auxquelles répond le classement des banques 2019 du «Luxemburger Wort».

Au Luxembourg, aucune information n'a filtré à propos d'éventuelles suppressions de poste ou de possibles restructurations même si «des choses se préparent», avance l'Aleba, principal syndicat du secteur financier. 

«Nos délégués sont sur le coup et nous transmettent les informations mais il n'y a rien de concret à l'heure actuelle», estime Sandra Carvalho, porte-parole de l'Aleba. Contactée ce lundi matin, l'ABBL (Association des banques et banquiers) n'a pas encore communiqué sur ce sujet. 


Sur le même sujet

HSBC va supprimer 10.000 emplois supplémentaires
Le géant bancaire britannique va annoncer de nouvelles suppressions de postes, selon le Financial Times, deux mois après le départ surprise de son patron et une première annonce de 4.000 licenciements. Guerre commerciale, Brexit et taux bas: voilà les causes.
A Swiss International aircraft flies past the HSBC headquarters building in the Canary Wharf financial district in east London February 15, 2015. HSBC apologised to customers and investors on Sunday for past practices at its Swiss private bank after allegations that it helped hundreds of clients to dodge taxes. REUTERS/Peter Nicholls (BRITAIN - Tags: BUSINESS CRIME LAW TRANSPORT TPX IMAGES OF THE DAY)
Deutsche Bank supprime 18.000 emplois
La banque a annoncé dimanche le plus grand plan de restructuration de son histoire, qui clôt définitivement les rêves de grandeur internationale de la première banque allemande en pleine crise.
06.07.2019, Hessen, Frankfurt/Main: Die Zentrale der Deutschen Bank spiegelt sich in einer Glasfassade. Am 07.07.2019 kommt der Aufsichtsrat des Kreditinstituts zu einer Sitzung zusammen. Finanzmarktexperten rechnen mit einem radikalen Umbau des Konzerns. Foto: Boris Roessler/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
L'activité des banques de la Place en un clin d’œil
Quels sont les établissements bancaires qui affichent les meilleurs résultats ? Quelles sont les banques qui continuent de recruter et celles qui réduisent leurs effectifs ? Autant de questions auxquelles répond le classement des banques 2019 du «Luxemburger Wort».
Wi , 100 Jahre Banque Generale , BGL-BNP-Paribas , Siege Kirchberg Foto: Guy Jallay/Luxemburger Wort
Société Générale sabrera 1.600 emplois dans le monde
La banque française a annoncé lundi soir aux organisations syndicales vouloir mettre en place un nouveau plan d'économies, à l'échelle mondiale. La banque de financement et d'investissement (BFI) du groupe devrait être particulièrement touchée.
The logo of French bank Societe Generale is pictured at the entrance of the bank's headquarters in La Defense near Paris February 12, 2015. French bank Societe Generale said on Thursday it would cut its exposure to Russia in the face of mounting loan loss provisions as it posted a nearly three-fold increase in fourth-quarter net profit.  REUTERS/Philippe Wojazer  (FRANCE - Tags: BUSINESS LOGO)
David Shirreff: «Un Brexit, une chance pour le Luxembourg»
Le journaliste britannique ayant travaillé pour The Economist participait cette semaine à une conférence pour l'association Tigfi prônant l'intégrité financière. En marge de l'événement, il a livré son point de vue sur une nécessaire réforme bancaire, mais aussi sur un scénario en cas de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.
David Shirreff entouré de Jacques Santer et David Clark au 40ème lunch Tigfi ce jeudi.