Changer d'édition

Les banques devront limiter les crédits immobiliers
Économie 3 min. 18.11.2020

Les banques devront limiter les crédits immobiliers

Le poids des crédits immobiliers fragilise trop les ménages luxembourgeois.

Les banques devront limiter les crédits immobiliers

Le poids des crédits immobiliers fragilise trop les ménages luxembourgeois.
Photo : AFP
Économie 3 min. 18.11.2020

Les banques devront limiter les crédits immobiliers

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
L'Etat veut protéger les particuliers du surendettement lié à l'achat d'un bien, et les banques de l'effondrement de la bulle spéculative. A compter du 1er janvier 2021, serrage de ceinture concernant le montant des emprunts possibles.

Préoccupation n°1 des Luxembourgeois, selon le dernier sondage Politmonitor, la question du logement est aussi un souci pour le gouvernement. D'abord pour permettre la création de plus d'habitats à tarif accessible, mais aussi pour éviter que l'achat d'un bien ne se transforme en un risque de vulnérabilité pour les ménages du pays et... le système bancaire. Aussi, le ministre Pierre Gramegna (DP) vient-il de convaincre la commission des Finances qu'il était temps d'agir.


Sozialalmanach, Wohnungsbau, Wohnung, Gasperich, Wohnungsmarkt, Mieten, Residenz, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
L'immobilier donne des sueurs froides à la CSSF
Avec des emprunts qui représentent, en moyenne, trois quarts du prix global d'une acquisition, les ménages du Grand-Duché se retrouvent exposés à toute fluctuation du marché, selon le gendarme de la Place. Des données qui ne concernent que 2019, et qui excluent donc les effets de la pandémie.

Président de ladite commission, André Bauler ne cache pas lui non plus que l'urgence est là, en matière de réglementation du niveau des crédits immobiliers accordés particulièrement. «Il faut savoir que l'endettement moyen des ménages luxembourgeois approche les 178% de leur revenu macroéconomique disponible. Cela alors que la moyenne européenne n'est que de 104%», souligne le député libéral. Au moindre revers, certaines familles se retrouvent sans moyen suffisant pour non seulement éponger l'emprunt effectué pour se loger ou investir dans l'immobilier, mais même vivre décemment.

Voilà pourquoi les élus ont souscrit à la décision du Comité du risque systématique de sommer les banques de se montrer beaucoup moins généreuses (ou prudentes, selon le terme que l'on souhaitera) en matière de crédit pour l'achat d'une maison ou d'un appartement. Et de définir des recommandations pour qu'à compter du 1er janvier 2021, les établissements bancaires adoptent des plafonds tels que désormais définis. «Trois paliers qui peuvent protéger l'acheteur mais aussi, freiner la spéculation ou sauvegarder la place de toute explosion de la bulle immobilière».

Ainsi, trois cas de figure ont été déterminés pour servir de cadre aux banquiers (ou autres organismes de crédit). A charge pour la Commission de surveillance du secteur financier (CSSF) de veiller à la bonne application de cette recommandation 

  • Pour un propriétaire qui souhaite étendre son patrimoine immobilier par un achat : le crédit accordé ne pourra dépasser les 80% du montant de l'investissement (et pour 800.000€ d'emprunt maximum);
  • Pour un primo-acquérant : 100% du montant du bien visé pourra être accordé, en fonction bien entendu des ressources disponibles pour assurer les mensualités;
  • Pour un achat lié à un déménagement (avec vente du bien précédent) : la barre est fixée à 80% du prix d'achat.

Pour la Commission du risque systémique, cette triple mesure «ne vise nullement à priver les jeunes ménages de la possibilité d’acquérir une résidence principale». Et Pierre Gramegna de souligner que la fixation des nouveaux standards permettra de limiter l’émergence d’un endettement excessif des ménages, «lequel demeure un facteur de baisse de la consommation et de l’épargne nécessaire à une croissance économique robuste».


Seules les maisons seront ouvertes à la visite, les appartements nécessitant encore des travaux d'aménagement intérieur.
«La crise va obliger certains à revoir leur ambition»
Six semaines après le début des visites sur le site d'Elmen, 25 des 30 maisons mises en vente ont d'ores et déjà trouvé preneur, indique lundi la SNHBM. Et cet engouement devrait se poursuivre, notamment avec l'arrivée attendue de ménages ne pouvant plus financer leur projet sur le marché privé.

Au passage, on retiendra que la CSSF a pour mission d'informer les pays limitrophes du Grand-Duché de ces  plafonds en vigueur nationalement. Cela afin de prévenir l’évitement des limites prévues à travers un recours à des établissements prêteurs dans les Etats voisins. De quoi éviter une distorsion du marché de crédit et/ou l’installation d’une concurrence déloyale de la part d’acteurs externes à l’économie domestique.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le logement inquiète bien plus que le covid-19
Si les esprits restent tournés vers l'évolution de la pandémie, les électeurs sondés pour le Politmonitor de novembre 2020 gardent en tête d'autres réalités. Celles liées à l'immobilier, aux embouteillages ou aux perspectives d'avenir des futures générations.
TC,Wohnungsbau,Logement.hier:Kirchberg.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Le «logement abordable» s'offre un lifting complet
Nouvelle appellation, nouvelle méthode de calcul, les députés ont évoqué ce jeudi la refonte des loyers accessibles. L'objectif de ce remodelage est de mettre en place un système unique pour l'ensemble des acteurs du secteur.
Fonds du Logement, Differdingen, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Le logement sort-il gagnant du budget 2021?
Avec un budget gonflé de 11% pour le ministère du Logement et un paquet de mesures annoncées, le gouvernement se donne plus de moyens pour faire face à la pénurie d'habitats abordables. «De l'affichage», gronde l'opposition.
Picture shows an empty construction area in Burgos on March 30, 2020, on the day that all non-essential activities were ordered to halt trying to contain the coronavirus spread. - Spain, already struggling with high unemployment and debt, is bracing for the impact of the government's decision to put the country's economy into "hibernation" to fight the spread of coronavirus. Grappling with Europe's second-worst outbreak of the disease after Italy, the government on March 14 imposed a lockdown and yesterday it went even further, banning all non-essential work for two weeks in the nation of around 47 million people. (Photo by CESAR MANSO / AFP)
Le taux fixe gagne les faveurs des acheteurs
Les taux d'intérêt particulièrement bas poussent nombre de futurs propriétaires à repousser les offres de crédit à taux variable. Un changement d'attitude qui pousse le secteur bancaire à s'adapter.
ACHAT AU LUXEMBOURG
Obtenir un prêt immobilier
Les éléments du dossier
shutterstock
La subvention de loyer revue à la hausse
Pour répondre aux conséquences de la crise du covid-19, le ministère du Logement indique jeudi non seulement que les procédures d'expulsion ont été suspendues pour la durée de l'état de crise, mais aussi que l'aide accordée aux ménages à faibles revenus a été revalorisée.
Logement - Photo : Pierre Matgé
L'octroi des crédits immobiliers sous bonne garde
La course folle vers l'acquisition de logements, toujours plus chers, n'est pas sans risque sur l'économie des ménages et des entreprises. Aussi, les députés viennent-ils d'adopter une loi offrant à la CSSF de nouveaux outils de contrôle.
Près de 10,4 milliards d'euros de prêts immobiliers ont été octroyés en 2018 au Luxembourg.