Changer d'édition

Les banques de la Place continuent de prendre du poids
Économie 2 min. 04.12.2020 Cet article est archivé

Les banques de la Place continuent de prendre du poids

Les banques de la Place continuent de prendre du poids

Photo: Gerry Huberty/archive
Économie 2 min. 04.12.2020 Cet article est archivé

Les banques de la Place continuent de prendre du poids

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Avec 86 milliards d'euros d'actifs sous gestion, les établissements de détail ont connu une hausse de 7,5% des dépôts en 2019, selon les données du Retail Banking Survey publié jeudi par l'ABBL et la CSSF. Et ce, malgré un environnement réglementaire plus contraignant.

La première réunion de négociation de la future convention collective du secteur bancaire, prévue jeudi prochain, verra des partenaires sociaux dans des situations bien différentes. Alors que les syndicats de la Place se déchirent, les représentants des directions de banque apparaissent dans une situation sereine. Car selon le Retail Banking Survey 2019, les banques de la Place bénéficient d'une bonne situation.


WI. Classement des banques . Banken,Finanzplatz Luxemburg , Arendt,.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
La représentativité de l'Aleba remise en question
Les tensions entre syndicats du secteur financier risquent de monter encore d'un cran après la demande officielle de l'OGBL et du LCGB de regarder à nouveau les résultats des élections sociales de 2019. Objectif: annuler l'accord de principe trouvé entre représentants patronaux de la Place et l'Aleba.

Avec 86 milliards d'euros d'actifs sous gestion, les banques de détail ont enregistré une progression de 7,5% des dépôts l'an passé. Des fonds venus à plus de 80% de personnes physiques, essentiellement gérés au travers de comptes courants ou de comptes épargne. «Même dans le contexte actuel de taux d'intérêt bas, les clients continuent d'avoir moins de 20 % de leurs actifs investis dans un portefeuille de titres ou d'autres produits d'investissement», précise le rapport de l'ABBL, publié jeudi.

Sur un an, l'activité générale de prêts s'est accrue de 7% et était destinée très majoritairement à financer l'acquisition d'un bien immobilier. Si le crédit immobilier représente 85% du total du volume de prêts accordés à tous les clients des banques, ce chiffre atteint 92% pour les particuliers. Avec les risques de surendettement et de bulle spéculative que cela entraîne. Raison pour laquelle les banques seront priées, à compter du 1er janvier prochain, d'être moins généreuses sur les conditions de prêt.


Construction or repair of the rural house
Les banques devront limiter les crédits immobiliers
L'Etat veut protéger les particuliers du surendettement lié à l'achat d'un bien, et les banques de l'effondrement de la bulle spéculative. A compter du 1er janvier 2021, serrage de ceinture concernant le montant des emprunts possibles.

«La bonne nouvelle est que les banques continuent à prêter de l'argent, même dans un contexte de taux d'intérêt très bas. C'est essentiel pour continuer à stimuler l'économie», assure de son côté l'ABBL. Si le rapport se concentrait sur l'année 2019, l'impact de la pandémie sur le secteur a également été évoqué puisque l'association patronale du secteur bancaire assure que «des chiffres récents montrent que le nombre d'entreprises profitant d'un moratoire sur le remboursement des prêts a considérablement diminué», passant de 3,6 milliards d'euros en mai/juin à 800 millions d'euros à l'heure actuelle.

A noter enfin que la digitalisation dans le secteur se poursuit avec une baisse de 11% des retraits en espèces enregistrée entre 2018 et 2019, alors que le nombre de transactions via l'e-banking suit la tendance inverse avec une progression de 8% sur la même période. Selon les données de la CSSF, les banques de détail employaient, au 31 décembre 2019, 7.635 salariés, contre 7.689 un an plus tôt.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Fin 2020, l'argent sous gestion pour le secteur de la banque de détail dépassait les 92,4 milliards d'euros au Luxembourg. Une progression de plus de 9% sur un an à laquelle le covid n'est pas étranger.
Illustration,  banque de Luxembourg, Finanzen, Finanzsektor, Finanzplatz, Bank, Bankenplatz, Finanzzentrum,  Finanzkonnektivität, Foto: Luxemburger Wort/Anouk Antony
Entre mars et juillet 2020, les ménages et les entreprises ont continué à avoir recours à l'endettement pour affronter les conséquences de la crise. Mais dans une proportion limitée, à en croire le ministre des Finances.
Wi, Classement des banques .Finanzplatz,BCEE Spuerkees. Luxemburg.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
L'Etat veut protéger les particuliers du surendettement lié à l'achat d'un bien, et les banques de l'effondrement de la bulle spéculative. A compter du 1er janvier 2021, serrage de ceinture concernant le montant des emprunts possibles.
Construction or repair of the rural house
Dressant mercredi l'état des lieux et les perspectives du secteur financier au Luxembourg, l'Association des banques craint une année 2020 tourmentée. Par contre, l'ABBL parle d'une «contribution stable et importante des banques pour l'économie luxembourgeoise» en 2019.
WI. Classement des banques . Banken,Finanzplatz Luxemburg ,BGL BNP Paribas.Kirchberg.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Taux d'intérêt très faibles, augmentation des frais, bourses mondiales instables : les 130 banques du Luxembourg ont été impactées différemment à ces changements. Les banques de détail s'en tirent le mieux au final, estime le Statec.
A board displays the closing numbers after the closing bell of the Dow Industrial Average at the New York Stock Exchange on January 2, 2018 in New York. 
Wall Street opened 2018 on a winning note Tuesday, bidding Nasdaq to its first-ever close above 7,000 points following a rally in technology shares. At the closing bell, the tech-rich Nasdaq Composite Index had jumped 1.5 percent to end the first session of the year at 7,006.90. The S&P 500 also notched a fresh record, gaining 0.8 percent to close at 2,695.79, while the Dow Jones Industrial Average rose 0.4 percent to 24,824.01, about 13 points below its all-time record.
 / AFP PHOTO / Bryan R. Smith
L'Association des banques et banquiers du Luxembourg sort d'une tourmente dans laquelle elle a dû changer de responsable. Serge de Cillia a été remplacé par Yves Maas, mais ce choix n'est que temporaire assure l'intéressé.
Wirtschaft, Interview mit ABBL-Interims-Präsident Yves Maas, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort