Changer d'édition

Les baisses d'effectifs reprennent dans les banques
Économie 3 min. 20.11.2020

Les baisses d'effectifs reprennent dans les banques

Si, à ce jour, aucune suppression de postes n'est annoncée sur la Place, ce pourrait ne pas être le cas en 2021, selon les syndicats.

Les baisses d'effectifs reprennent dans les banques

Si, à ce jour, aucune suppression de postes n'est annoncée sur la Place, ce pourrait ne pas être le cas en 2021, selon les syndicats.
Photo: Gerry Huberty/archive
Économie 3 min. 20.11.2020

Les baisses d'effectifs reprennent dans les banques

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Si 2020 apparaît comme une parenthèse, 2021 s'annonce comme une année mouvementée dans le secteur bancaire. Preuve en est les mouvements entamés au niveau mondial et européen des principaux acteurs. Le Luxembourg ne devrait pas échapper à la tendance.

Reportée en raison de la pandémie, la suppression de dizaines de milliers d'emplois dans le secteur bancaire à travers le monde va reprendre. Preuve en est les annonces effectuées ces dernières semaines au sein des douze principales banques d'investissement au niveau mondial. Des coupes effectuées d'ailleurs principalement en Europe, puisqu'au troisième trimestre 2020, 5% des effectifs de «front office» ont été supprimés sur l'ensemble du Vieux continent, selon Les Echos


Wi, Classement des banques .Finanzplatz Luxemburg.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
«Perturbations majeures» à prévoir sur la Place
Interrogés par Luxembourg for Finance (LFF), les cadres du secteur financier et des assurances estiment que la crise sanitaire actuelle va engendrer «un environnement opérationnel plus volatile». Ce qui devrait se traduire par une baisse des budgets de fonctionnement en 2021.

Et les perspectives pour les prochains mois ne s'annoncent pas spécialement réjouissantes puisque l'épée de Damoclès qui avait été levée depuis le mois de mars fait son retour. Que ce soit chez HSBC qui avait annoncé, en février, la suppression de 35.000 emplois sur trois ans et la réduction de son activité aux Etats-Unis et en Europe, chez Unicredit et ses 8.000 suppressions envisagées d'ici 2023 ou bien encore chez Deutsche Bank avec un allègement envisagé de 18.000 emplois d'ici 2022. 

Au total, ce sont pas moins de 88.000 emplois en Europe qui devraient être supprimés, selon les annonces réalisées par une dizaine de banques au cours des mois qui ont précédé l'arrivée du covid-19. Des annonces justifiées aussi bien par les conséquences de la digitalisation, le maintien des taux bas ou encore l'émergence de nouveaux acteurs, plus agiles que les établissements bancaires traditionnels.


WI. Classement des banques . Banken,Finanzplatz Luxemburg , Arendt,.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
2019 marque la fin d'un cycle pour la Place
A l'heure des bilans annuels, le «Luxemburger Wort» s'est prêté au jeu de la compilation de données des acteurs du secteur bancaire. Un classement des banques qui démontre les transformations en cours au sein du principal pilier de l'économie luxembourgeoise, avant même l'impact du covid-19.

«Pour le Luxembourg, à ce jour, nous n'avons pas d'informations concrètes sur une baisse des effectifs dans les établissements de la Place», indique vendredi Laurent Mertz, secrétaire général de l'Aleba. Même son de cloche du côté de l'OGBL où Véronique Eischen assure «ne pas avoir eu vent de quoi que ce soit pour le moment». Si les deux syndicats concèdent tous deux que le contexte international est «compliqué» et que son impact devrait se concrétiser en 2021, leur analyse des solutions à apporter diverge profondément

L'Aleba mettant en avant l'accord de principe trouvé avec l'ABBL et l'ACA pour permettre aux salariés de la Place de «bénéficier d'une stabilité», l'OGBL soutenu par le LCGB souhaite «négocier dans la convention collective des mesures de maintien dans l'emploi, justement à cause des incertitudes actuelles». Une fois n'est pas coutume, les inquiétudes des syndicats se trouvent partagées par Luxembourg for Finance, l'agence de promotion de la Place, qui évoque des «perturbations majeures» à prévoir dès l'an prochain.


Le front syndical sur la Place vole en éclats
Dix jours après l'annonce d'un accord de principe entre l'Aleba et les représentants patronaux des banques et des assurances, l'OGBL et le LCGB dénoncent «un cavalier seul» inédit. Le tout, sur fond de remise en question de la représentativité sectorielle.

En cause, selon les cadres dirigeants actifs dans de grandes banques, des gestionnaires d'actifs ou d'assureurs, la baisse du chiffre d'affaires pour 2020 par rapport aux prévisions et le gel des investissements internationaux en 2021. Au niveau national, les dernières prévisions du Statec tablaient sur une croissance de 7% du PIB en 2021. Des prévisions qui seront revues à la baisse dans une note de conjoncture qui doit être publiée «fin novembre, voire un peu plus tôt car certaines choses sont en train de se faire», selon Serge Allegrezza, directeur du Statec. 

Selon la Commission européenne, la croissance au Grand-Duché en 2021 devrait atteindre 3,9%, contre 3,5% en Allemagne, 4,1% en Belgique et 5,8% en France.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le front syndical sur la Place vole en éclats
Dix jours après l'annonce d'un accord de principe entre l'Aleba et les représentants patronaux des banques et des assurances, l'OGBL et le LCGB dénoncent «un cavalier seul» inédit. Le tout, sur fond de remise en question de la représentativité sectorielle.
Les banques devront limiter les crédits immobiliers
L'Etat veut protéger les particuliers du surendettement lié à l'achat d'un bien, et les banques de l'effondrement de la bulle spéculative. A compter du 1er janvier 2021, serrage de ceinture concernant le montant des emprunts possibles.
Construction or repair of the rural house
«Perturbations majeures» à prévoir sur la Place
Interrogés par Luxembourg for Finance (LFF), les cadres du secteur financier et des assurances estiment que la crise sanitaire actuelle va engendrer «un environnement opérationnel plus volatile». Ce qui devrait se traduire par une baisse des budgets de fonctionnement en 2021.
Wi, Classement des banques .Finanzplatz Luxemburg.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
L'Aleba «craint d'autres plans sociaux» sur la Place
Ayant obtenu «des conditions de départ acceptables» chez Kneip, le principal syndicat du secteur financier ne cache pas, mercredi, son pessimisme pour les mois à venir. «Des entreprises réfléchissent à sabrer dans leurs coûts», avance le président, Robert Mendolia.
WI. Classement des banques . Banken,Finanzplatz Luxemburg , Arendt,.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
HSBC va supprimer 10.000 emplois supplémentaires
Le géant bancaire britannique va annoncer de nouvelles suppressions de postes, selon le Financial Times, deux mois après le départ surprise de son patron et une première annonce de 4.000 licenciements. Guerre commerciale, Brexit et taux bas: voilà les causes.
A Swiss International aircraft flies past the HSBC headquarters building in the Canary Wharf financial district in east London February 15, 2015. HSBC apologised to customers and investors on Sunday for past practices at its Swiss private bank after allegations that it helped hundreds of clients to dodge taxes. REUTERS/Peter Nicholls (BRITAIN - Tags: BUSINESS CRIME LAW TRANSPORT TPX IMAGES OF THE DAY)
Les banques européennes vacillent fortement
Le secteur bancaire vit à nouveau des heures difficiles suite aux annonces de la Société Générale et de Commerzbank. Plus de 44.000 postes passeront à la trappe dans les établissements du Vieux Continent d'ici 2022. Le Luxembourg, pour l'heure, n'est pas encore concerné.
Société Générale Bank and Trust, Panama Papers, le 05 Avril 2016. Photo: Chris Karaba