Changer d'édition

Les 60 heures/semaine limitées à 13 secteurs
Économie 3 min. 18.05.2020

Les 60 heures/semaine limitées à 13 secteurs

Les enseignes de bricolage-jardinage ne sont plus concernées par la possibilité d'allongement du temps de travail.

Les 60 heures/semaine limitées à 13 secteurs

Les enseignes de bricolage-jardinage ne sont plus concernées par la possibilité d'allongement du temps de travail.
Photo : Anouk Antony
Économie 3 min. 18.05.2020

Les 60 heures/semaine limitées à 13 secteurs

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Décidément, la possibilité pour l'employeur de solliciter un allongement de la durée du temps de travail de ses employés ne cesse d'avancer et reculer. Cette fois, le dispositif s'éloigne de certaines professions à la demande des syndicats.

Un pas en avant, un pas en arrière, un pas sur le côté. Le gouvernement suivrait-il la cadence de la procession d'Echternach quand il s'agit d'allonger la durée de temps de travail. Tout le laisse croire sur la question des 60h/semaine. Une mesure qui, discrètement, avait vu son champ d'action s'élargir et qui vient -après protestations syndicales- d'être réduite à quelques domaines d'activité. A l'image de ce qui avait été décidé fin mars alors que la crise épidémique menaçait de décimer la population active.

Vendredi 15 mai, le conseil de gouvernement a donc choisi de retirer certains des secteurs en quasi-catimini le 11 mai, il avait autorisé à pouvoir travailler 12 heures par jour à raison de cinq jours par semaine. Exit certaines activités commerciales et artisanales, qui figuraient dans la liste initiale ou celle élargie. Ne sont plus concernés que 13 secteurs jugés essentiels à la bonne marche du pays. Les métiers de la construction (principal point de friction avec les syndicats), les opticiens, les activités de pressing, les enseignes de bricolage ou jardinage sortant, comme par magie, de ce dispositif sur lequel le ministre socialiste Dan Kersch n'a dit mot ces dernières semaines.

A la veille de rencontrer à nouveau le Premier ministre, Xavier Bettel (DP) pour évoquer les mesures d'après-crise, l'OGBL se satisfait à moitié de cette mise au point. Le syndicat, rejoint par le LCGB, avait fait connaitre sa colère au chef de gouvernement vendredi au cours d'une réunion ardemment réclamée

Cependant, l'organisation présidée par Nora Back s'interroge encore sur la chorégraphie du gouvernement dans ce dossier. Et sur le maintien de cette mesure d'exception. «Il ne faut pas perdre de vue que les salariés des entreprises concernées travaillent depuis fin mars à des cadences élevées et jusqu’à l’épuisement, sans pouvoir utiliser le temps de repos nécessaire normalement dû. Avec la prolongation de la dérogation aux heures maximales jusqu’à la fin de l’état de crise (NDLR: 24 juin), cette situation pourra donc perdurer pendant près de trois mois. Il est à craindre que cela pourra aussi avoir des conséquences négatives pour la santé et la sécurité des salariés concernés.»


Wiedereröffnung Baustellen - COVID-19 - Tram Baustelle - Avenue de la Liberté - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Pas d'accord pour supprimer le congé collectif
Alors que le secteur de la construction a été le premier à reprendre son activité, syndicats et patronat devaient discuter de la possible annulation du repos obligatoire de cet été 2020. Pour l'heure, c'est niet.

Il est à noter que le gouvernement n’a pas reconduit la possibilité prévue pour les secteurs «essentiels» de refuser tout congé et même d’annuler des congés déjà accordés, et cela malgré des pressions patronales réclamant le maintien de cette disposition. «Les salariés de ces secteurs peuvent donc de nouveau prendre leur congé selon les règles normales prévues par le Code du travail», insiste l'OGBL.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La Chambre des salariés redessine la reprise
En proposant 17 mesures, l'instance entend ouvrir des pistes au gouvernement pour de futures réformes. Des gestes permettant non seulement la relance économique du pays mais aussi un renforcement du pouvoir d'achat des ménages.
Lokales,  Illustration, Covid 19, Corona- Krise, Lycée technique arts et métiers, Schulanfang mit Regeln,  Lockerung der Ausgangsbeschränkung, Einschränkung, Kontaktbeschränkung, Ateliers Schweisser und electro Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
La sécurité devra se payer dans la construction
Les nouvelles mesures imposées aux personnels sur les chantiers se payent cash par les entrepreneurs qui n'avaient pas prévu ces frais dans leur devis. Mais au-delà de cette difficulté, le secteur craint pour les délais à tenir et la chute des commandes.
Wirtschaft, Baustellen offen nach Krise, Corona, Covis-19, Stadium, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Le Luxembourg placé sous monitoring
La fondation Idea a présenté vendredi son nouveau tableau de bord économique et social. Un suivi mensuel détaillé et adapté à la crise actuelle, visant d'une part à comprendre les conséquences du covid-19 et d'autre part, à aider les décideurs dans leurs décisions.
Lokales, Politik, Wirtschaft, Illustration, Lockerung der Ausgangsbeschränkung, Einschränkung, Kontaktbeschränkung, Corona  Krise  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
«Nous ne devons pas refaire les mêmes erreurs»
Pour son premier discours du 1er Mai, Nora Back, présidente de l'OGBL, s'est voulue offensive en affichant une intransigeance quant au retour supposé d'une politique d'austérité une fois la pandémie passée.
OGBL, 1.-Mai-Rede N-Back - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
«Nous avons besoin de plus de justice sociale»
Dans son discours du 1er Mai, Patrick Dury, président du syndicat chrétien-social, appelle à de nouvelles mesures destinées à protéger les salariés des conséquences négatives de la crise sanitaire et économique actuelle.
LCGB, virtuelle 1.-Mai-Kundgebung mit Rede P-Dury  - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Qui veut travailler 60 heures par semaine?
Déjà 19 entreprises ont déposé une demande auprès du ministère du Travail pour que leurs salariés puissent allonger leur temps de travail hebdomadaire. Une mesure temporaire durant l'état de crise.