Changer d'édition

Les 150 ans de la saga Paul Wurth

Les 150 ans de la saga Paul Wurth

Les 150 ans de la saga Paul Wurth

Les 150 ans de la saga Paul Wurth


par Marco MENG/ 19.08.2020

1920, la fabrique déjà basée à Hollerich devient les "Etablissements Paul Wurth", dans lesquels le groupe sidérurgiste Arbed prendra une participation décisive.Photo: Paul Wurth

Tout a commencé par une fabrique de chaudières, en 1870. Depuis la société n'a pas quitté son quartier natal, Hollerich, mais a pris une ampleur internationale. L'aide à la production d'«acier vert» est devenue son créneau pour l'avenir.

(pj avec Marco MENG) En 1870, Eugène Muller-Buck installe le «Kesselfabrek» à Hollerich. Vingt ans plus tard, après la mort du fondateur, le jeune ingénieur luxembourgeois Paul Wurth reprend la fabrique de chaudières. Depuis? Que de chemin parcouru avec déjà un siècle et demi de parcouru. Entre le premier pas (qui fut le rachat d'une fonderie) et, aujourd'hui, le statut de leader mondial dans la conception et la fourniture de technologies et d'équipements pour la production de fonte brute. 

Paul Wurth fait désormais aussi figure de pionnier dans le développement de nouvelles technologies. Ses équipes le prouvant encore récemment dans les hauts-fourneaux de l'aciérie allemande de Dillingen, où le gaz de cokerie à très haute teneur en hydrogène est maintenant utilisé pour la cuisson de l'acier. Mais à l'origine, Paul Wurth construisait des ponts en acier et des pièces pour les hauts-fourneaux. 

L'ingénieur luxembourgeois Paul Wurth (1863-1945) ne se doutait pas de l'ampleur qu'allait prendre sa société.
L'ingénieur luxembourgeois Paul Wurth (1863-1945) ne se doutait pas de l'ampleur qu'allait prendre sa société.
Photo: Paul Wurth

A compter des années 1950, la firme Paul Wurth a également été liée à la construction de hauts-fourneaux entiers et n'a cessé de développer sa propre technologie. Il n'y a guère de haut-fourneau ou de cokerie du Brésil à la Russie en passant par l'Inde dans lesquels Paul Wurth n'ait pas été impliqué. La société est même active en Chine depuis 1909.

1926 voit Paul Wurth céder ses parts dans l'entreprise au groupe sidérurgique ARBED. Depuis la fin des années 1970, l'entreprise est devenue le leader mondial de la production de fonte brute, le produit primaire de l'acier.

À cette époque, Paul Wurth a également fondé ses premières filiales au Brésil et s'est mué en une pure société d'ingénierie. Comme cela signifiait la fin de la production au Luxembourg, l'entreprise dispose aujourd'hui d'une grande surface de terrains à Hollerich (à deux pas de la gare centrale). Autant de m2 qui, associés aux terrains appartenant au fabricant de cigarettes Landewyck, font maintenant partie d'un même projet immobilier.

Georges Rassel, PDG de Paul Wurth, a fait toute sa carrière dans l'entreprise.
Georges Rassel, PDG de Paul Wurth, a fait toute sa carrière dans l'entreprise.
Photo: Gerry Huberty

En 2009, Paul Wurth a racheté CTI Systems, société fournissant des solutions de logistique industrielle. En outre, le groupe, par l'intermédiaire de sa filiale Geprolux, est spécialisé dans la conception de grands projets de construction et d'infrastructure. Enfin, en 2012, ArcelorMittal (successeur de l'Arbed) et sa société associée Luxempart ont vendu leur participation combinée de 59,1 % dans Paul Wurth au fabricant d'installations allemand. L'actionnaire majoritaire devenant donc SMS Group.

Très tôt, Paul Wurth a étendu ses activités au-delà de l'industrie sidérurgique et a clairement reconnu l'importance de la production d'énergie renouvelable. Ainsi, le groupe avait créé une filiale italienne (Paul Wurth Energy), qui conçoit de petites installations décentralisées d'énergie de biomasse et d'incinération des déchets.

Paul Wurth conçoit des installations comme celles-ci dans le monde entier. Ses marchés majeurs se situant au Brésil, en Russie, Inde et en Europe.
Paul Wurth conçoit des installations comme celles-ci dans le monde entier. Ses marchés majeurs se situant au Brésil, en Russie, Inde et en Europe.
Photo: Paul Wurth

En 2019, l'entreprise a poursuivi ses initiatives visant à développer des solutions climatiquement neutres pour l'industrie sidérurgique en acquérant une participation de 20% dans Sunfire, compagnie de «technologies propres» basée à Dresde, en Allemagne. Celle-ci utilise notamment ses propres procédés d'électrolyse pour produire de l'hydrogène et des carburants synthétiques. Un savoir-faire utile dans l'industrie aéronautique ou pour la production d'acier, très gourmande en énergie.

Produire de l'acier vert : voilà la ligne suivie pour l'avenir par les équipes de Paul Wurth. A charge pour Georges Rassel, directeur de l'entreprise, de la mener vers cette nouvelle étape cent cinquante ans après que la saga a débuté.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'Etat met la main à la poche pour l'apprentissage
Les jeunes en formation professionnelle auraient pu devenir des victimes collatérales de la crise économique liée au covid. Pour éviter qu'il en soit ainsi, le ministre de l'Education vient d'annoncer une série de primes pour les entreprises qui joueront le jeu.
«Les collaborateurs Post peuvent être fiers»
Mission accomplie. Après six mois de crise covid, le directeur des ressources humaines estime que le plus gros employeur du pays a tenu son rang pour assurer les missions essentielles qui lui ont été confiées. Mieux: les employés ont gagné en estime de leur travail et de l'entreprise.
Comment le 1er employeur du pays a géré ses RH pdt la pandémie; Interview et portraits de Claude Olinger / Foto: Julian PIERROT
201 emplois suspendus au sort de Guardian
Des coupes sombres parmi les personnels des deux sites luxembourgeois seraient envisagées. Le syndicat OGBL vient de tirer la sonnette d'alarme alors que des négociations devraient débuter le 2 septembre.
illustration  hight tech hightech guardian ,   arbeit, industrie, arbeiter, , photo: Marc Wilwert
SES poursuit sa restructuration
Le premier fournisseur de services de télécommunications par satellites au monde continue sa mue. L'entreprise qui dispose de plus de 70 satellites reformate ses équipes, dont celle basée au Luxembourg, et réfléchit toujours à scinder ses activités.
SES CEO Steve Collar, Foto Lex Kleren
L'industrie prête à franchir le pas du télétravail
Elle l'a pratiqué en tant que cheffe d'entreprise, mais c'est comme présidente de la Fédération des industriels luxembourgeois que Michèle Detaille presse l'Etat d'agir pour organiser au mieux l'activité professionnelle à distance.
online.fr, FEDIL, Präsidentin Michèle Detaille,   Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort