Changer d'édition

Le virus ne mettra pas Casino 2000 au tapis
Économie 4 min. 05.12.2020 Cet article est archivé

Le virus ne mettra pas Casino 2000 au tapis

Habituellement, le casino accueille en moyenne 520.000 personnes par an.

Le virus ne mettra pas Casino 2000 au tapis

Habituellement, le casino accueille en moyenne 520.000 personnes par an.
Photo : Chris Karaba
Économie 4 min. 05.12.2020 Cet article est archivé

Le virus ne mettra pas Casino 2000 au tapis

Le casino de Mondorf-les-Bains a vécu une année noire. Entre deux fermetures imposées, la crainte des infections et le couvre-feu, pas facile d'attirer autant de joueurs, amateurs de concerts ou gastronomes. Mais le site a plus d'un atout dans son jeu pour l'avenir.

(pj avec Thomas KLEIN)  «Nous allons survivre, ce n'est pas la question.» Ne comptez pas sur Guido Berghmans pour jouer la carte du désespoir quand il parle de ''son" établissement. Le directeur du casino de Mondorf-les-Bains entend garder la main face à ce virus qui lui a joué de vilains tours cette année. Comme cet arrêt inattendu depuis le 26 novembre... Une année 2020 qui aurait dû être celle des records, pour le secteur des jeux notamment. Mais 94 jours de fermeture (imposés par le gouvernement au fil des épisodes covid) ont eu raison des espoirs de gains. Oubliés les 50 millions d'euros de revenus espérés des roulettes, parties de cartes et autres machines à sous.


349.652 euros remportés à Casino 2000
C'est le quatrième plus gros gain gagné par un client des machines à sous de l'établissement de Mondorf-les-Bains. Une somme toutefois bien loin du record distribué en 2007 : 1,6 million d'euros.

Selon que le casino rouvrira ou non après le 15 décembre (comme l'espèrent aussi bars et restaurants), l'objectif pourrait être atteint à 55% seulement. «Soit entre 27 et 28 millions», annonce cash Guido Berghmans. Cela sans oublier les rentrées financières en moins du fait de l'arrêt de l'hôtel, des restaurants de l'établissement et l'annulation de tous les événements et concerts qui participent à la fréquentation du site... 

Pour le responsable de cette entreprise si particulière, reste maintenant à savoir quelles cartes il aura en main pour 2021. Quelles mesures sanitaires s'imposeront, à l'avenir, dans les différents espaces de Casino 2000? Comment le virus circulera après la campagne de vaccination qui se précise? La confiance reviendra-t-elle parmi les joueurs et le grand public pour que la destination de Mondorf reste parmi les lieux les plus fréquentés du pays.

Un retour aux Années folles?

Car il ne faut pas l'oublier : on parle tout de même d'un site accueillant d'ordinaire près de 520.000 visiteurs par an, qui emploie 210 employés, et compte deux hôtels, deux bars, trois restaurants et une activité événementielle importante. Que des secteurs qui payent un lourd tribut à cette crise sanitaire. Alors, positif, Guido Berghmans espère maintenant des jours meilleurs dignes de ceux qui suivirent la Première Guerre mondiale et l'épidémie de grippe espagnole. C'était les Années folles. «Les gens ont ressenti le besoin de rattraper ce qu'ils avaient manqué, de s'amuser pour oublier les problèmes.» 

Mais, même si ce même élan est au rendez-vous dans les semaines (mois?) à venir, le directeur du casino sait qu'il faudra du temps pour retrouver la foule de ces dernières années, et le chiffre d'affaires qui allait avec cette affluence. Au moins quatre ans, estime-t-il aujourd'hui, alors que l'Etat vient de renouveler pour 20 ans la concession du casino aux mêmes exploitants.


Peste, choléra, covid... Le Luxembourg survit toujours
Des épidémies, le Grand-Duché en a vu d'autres par le passé. Et si la maladie change, certains réflexes restent ancrés au fil des siècles. Guy Thewes, historien, peut en témoigner.

Au-delà du virus, Guido Berghmans sait qu'il va lui falloir lutter avec les changements d'habitudes qu'a pu entraîner cette crise. Comment récupérer notamment celles et ceux qui ont pris goût au jeu en ligne. Un des secteurs qui a véritablement le plus bénéficié du lockdown ou des diverses restrictions de mouvements. «Il n'y a pas grand-chose que nous puissions faire pour l'instant. C'est une évolution un peu naturelle, comme les libraires ont dû supporter Amazon». 

La réplique ne tient certainement pas dans le jeu lui-même, mais bien plus dans le «concept casino». On va au casino, on s'habille pour, on se prépare à croiser du monde, à partager un instant de joie, à assister à un spectacle. Rien de comparable qui ne soit offert à quelqu'un qui va jouer au black-jack en ligne. A Casino 2000 donc de montrer plus encore cette facette si attractive à l'avenir.


Lokales - Loterie Nationale, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
La Loterie Nationale mise gros sur internet
Avec des clients confinés et des points de vente fermés, les jeux de hasard ont sérieusement perdu de leur attrait au Luxembourg. Reste la solution des paris en ligne, plus sûrs et tout aussi rémunérateurs.

L'entreprise a déjà entamé ce travail d'ailleurs. En rénovant ses restaurants, en révisant sa carte, en proposant de nouvelles machines ou de nouveaux jeux mais aussi en multipliant les salons et autres spectacles ou concerts. La réputation du casino au Luxembourg et auprès des frontaliers tient aussi à ce côté entertainment. Pas pour rien que les billets pour le show de l'humoriste Gad Elmaleh se sont arrachés en dix minutes à peine. 

L'établissement avait su se mobiliser pour parfaitement répondre aux normes imposées pour la reprise de ses activités au printemps, il saura le faire à nouveau sitôt le confinement levé. Avec toujours cette crainte qui pèse au-dessus de la tête du croupier au cuisinier en passant par Guido Berghmans : à quand la réouverture? Et, surtout, pas avec un couvre-feu comme celui en place actuellement qui équivaudrait à une perte de recettes majeure. La nuit étant propice à l'accueil de plus de joueurs que la journée.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

A l'arrêt forcé depuis le printemps, l'écosystème des spectacles en salle se trouve dans «une situation complexe», reconnaît Olivier Toth, directeur de la Rockhal. Raison pour laquelle ce dernier lance une opération pensée à l'échelle européenne afin d'imaginer le monde d'après.
Les géographes vont devoir revoir leurs cartes du Grand-Duché. Toutes sont devenues ringardes depuis qu'un internaute a publié sa version en n'utilisant que les pictogrammes habituellement réservés aux messages électroniques.