Changer d'édition

Le Tyvek produit à Contern fait barrage au covid
Économie 5 5 min. 28.08.2020 Cet article est archivé

Le Tyvek produit à Contern fait barrage au covid

Translucide, fin mais terriblement résistant : le Tyvek est le textile le plus réputé pour servir de barrière sanitaire. Une formule inégalée depuis 1952.

Le Tyvek produit à Contern fait barrage au covid

Translucide, fin mais terriblement résistant : le Tyvek est le textile le plus réputé pour servir de barrière sanitaire. Une formule inégalée depuis 1952.
Photo : Guy Jallay
Économie 5 5 min. 28.08.2020 Cet article est archivé

Le Tyvek produit à Contern fait barrage au covid

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
L'usine de Contern a assuré la fabrication de milliers de bobines de matière synthétique indispensable à la fabrication de blouses de protection sanitaire. De quoi conforter le groupe DuPont à investir dans l'ouverture d'une 8ème chaîne de production.

La vague covid, Paul Meyers et ses équipes l'ont vue arriver bien avant tout le monde au Luxembourg. Dès novembre 2019 quand la Chine s'est réveillée avec ce coronavirus paralysant la vie de millions de citoyens. «C'est simple, à la première semaine de crise là-bas, la demande en Tyvek a été multipliée par 30. Trois semaines plus tard, c'était multiplié par 100...» Et depuis, l'usine DuPont de Contern qu'il dirige et sa jumelle américaine n'ont pas cessé de produire le fameux textile. «C'est même notre fierté: avoir pu maximiser la fabrication alors que le monde entier était demandeur».

Il est vrai qu'à chaque crise sanitaire (Ebola, Sars) ou gros accident industriel, c'est bien vers le Tyvek que la planète se tourne. Plus léger que du papier, étanche à l'eau, quasi indéchirable, résistant à la plupart des poussières, solvants, acides et à la pénétration virale, le matériau est l’élément de base à toute bonne tenue de protection. Que ce soit pour les soignants ou des personnels exposés à un risque bactériologique, chimique voire nucléaire. 

«Pour nous, il n'était donc plus question de produire des matériaux pour dossards ou bracelets pour coureurs comme nous savons aussi le faire», commente le directeur du site. Sauf que le virus, lui, a poursuivi sa course jusqu'à arriver au Grand-Duché, en février dernier. «La priorité alors a été de tout faire pour protéger le personnel qui allait faire tourner l'usine. Même si notre activité ne faisait pas partie de la liste des secteurs essentiels au pays, pas question de stopper.» 

Si environ la moitié des 1.250 salariés a été invitée à télétravailler, les équipes de production ont, elles, dû surveiller les machines 24h/24 avec masques FFP2 sur le visage». Un bonus financier a d'ailleurs été accordé aux ouvriers en poste pour les remercier de cet effort. 


Tyvek eignet sich vorzüglich für Schutzanzüge.
Le covid-19 fait tourner les chaînes chez DuPont
Alors que la demande en combinaisons de protection face au virus explose, la filiale luxembourgeoise doit revoir à la hausse son planning de production. Le site de Contern fonctionne désormais 24h/24.

Les mesures se sont, depuis, adaptées aux nouvelles connaissances sur le virus et aux recommandations nationales. Mais DuPont Contern continue de sortir bobines sur bobines de Tyvek, les stocker avant de les exporter. Une belle aubaine donc pour le fabricant? «Pas forcément, assure le responsable de l'usine luxembourgeoise. Si les prix de la matière ont augmenté, ce n'est pas  parce que nous avons accru nos marges. Plutôt en raison du bond des coûts de production et de logistique.»

Pas simple en effet, en plein lockdown mondial, d'assurer tant l'approvisionnement en matières premières (polymère plastique) que la livraison des précieux rouleaux à l'autre bout de la planète quand le transport routier s'avère trop lent, et que le trafic aérien se réduit. «Et puis, poursuit Paul Meyers, nous ne produisons que le matériau brut ici. Avant qu'il ne devienne une blouse, il faut encore bien des étapes.» Un travail jusque-là assumé en Asie, et qu'il a fallu relocaliser pour partie en Europe centrale. Conséquence : les frais de main-d'oeuvre ont augmenté, et la facture finale des protections avec. 

Bon exemple de l'utilisation du Tyvek : cette tenue portée par une ambulancière du CGDIS.
Bon exemple de l'utilisation du Tyvek : cette tenue portée par une ambulancière du CGDIS.
Photo : Lex Kleren

Sachant que dans le même temps aussi, le producteur luxembourgeois a subi un sérieux rétrécissement de son carnet de commandes pour tout ce qui est matériau destiné au secteur automobile. Les granulés plastiques, habituellement fournis, pour la fabrication de conduits moteur, étant nettement moins demandés. 

«Mais le Tyvek nous permet d'assurer l'activité, et le fait que nos personnels se soient montrés disponibles durant tout ce dernier semestre a été un atout pour Contern. Je crois que l'on peut être fier d'avoir vraiment eu un taux d'absentéisme marginal durant cette période cruciale», salue le manager.

Ouverture en 2023

Si les effets de la crise se font toujours ressentir, ici et partout, le site luxembourgeois relève la tête de l'urgence covid. C'est qu'il faut penser à l'avenir de l'entreprise. Et ce futur, Paul Meyers sait qu'il passe par l'ouverture d'une huitième ligne de production. Un investissement lourd de 340 millions d'euros qui, déjà, transforme le paysage au sein même de l'usine. Si tout va bien, le chantier devrait s'achever pour début 2023. 

«Pourquoi le groupe choisit d'agrandir ici plutôt que de créer une fabrique ailleurs? Parce que le process de production du Tyvek notamment demande un savoir-faire bien particulier dont nous sommes porteurs au Luxembourg. Pourquoi changer dans ces conditions?» 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

De nombreux infectiologues craignent que la combinaison des épidémies de covid à celle attendue de la grippe ne provoque un engorgement des services de soins. Pour parer à ce risque, le ministère de la Santé luxembourgeois tente d'acheter 110.000 doses de sérum.
asdf
Le président de la fédération des hôpitaux, Paul Junck, se dit confiant en la capacité du secteur hospitalier à encaisser la vague de patients infectés au covid-19. Il regrette toutefois les méthodes peu orthodoxes activées sur le marché notamment pour s’approvisionner en respirateurs.
An undated handout image released by University College London (UCL) in London and received on March 30, 2020, shows a volunteer patient posing whilst wearing the Continuous Positive Airway Pressure (CPAP) breathing aid, developed in less than a week by mechanical engineers, doctors and the Mercedes Formula 1 team in conjunction with UCL. - Medical researchers and engineers at UCL have teamed up with Formula One outfit Mercedes to adapt a breathing aid for mass production that could keep coronavirus patients off much-needed ventilators. 
University College London said UK regulators had approved its adaptation of the continuous positive airway pressure device (CPAP), which helps patients with breathing difficulties. A version of the equipment, which increases air and oxygen flow into the lungs, has already been used in hospitals in Italy and China to help COVID-19 patients with serious lung infections. (Photo by James Tye / University College London (UCL) / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / James Tye/ UCL / Handout " - NO MARKETING - NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS