Changer d'édition

«Le télétravail doit rester une option»
Économie 3 min. 16.09.2020

«Le télétravail doit rester une option»

Le président du CES, Jean-Jacques Rommes pense qu'«il faut limiter l'ingérence des entreprises dans la vie privée des travailleurs en supprimant les points pertinents du règlement actuel»

«Le télétravail doit rester une option»

Le président du CES, Jean-Jacques Rommes pense qu'«il faut limiter l'ingérence des entreprises dans la vie privée des travailleurs en supprimant les points pertinents du règlement actuel»
Photo: Lex Kleren
Économie 3 min. 16.09.2020

«Le télétravail doit rester une option»

Le Conseil économique et social a livré mardi son avis sur le statut à accorder à l'avenir au travail à domicile. Pour les experts du CES, «un règlement doit accompagner ce mouvement de manière constructive pour les salariés concernés».

(JFC, avec Nadia Di Pillo) - Si la crise sanitaire a incité les employeurs à généraliser de plus en plus le travail à domicile depuis six mois, il n'en demeure pas moins qu'aucun cadre légal strictement lié au télétravail n'existe au Luxembourg. Selon le Conseil économique et social (CES), «il est urgent de revoir l'accord-cadre signé en 2006 - et renouvelé en 2011 et 2015 - entre l'Union des entreprises luxembourgeoises (UEL) et les syndicats OGBL et LCGB». Dans un rapport dédié à cette thématique brûlante et publié mardi, l'organe consultatif du gouvernement défend le principe selon lequel le télétravail doit continuer à se pratiquer sur une base volontaire.

«L'introduction du télétravail nécessite un accord bilatéral entre l'employeur et le salarié sur une double base volontaire», écrit en effet le CES dans son rapport. «Cet accord entre les parties doit s'appliquer à la fois à la transition vers le télétravail, mais aussi au retour au modèle de travail traditionnel dans l'entreprise».


«Le télétravail doit se faire sur une base volontaire»
Le Conseil économique et social planche actuellement sur la thématique du travail à distance. Pour son président, Jean-Jacques Rommes, «la réglementation rigide doit être simplifiée» mais la question reste «extrêmement complexe», en particulier concernant les frontaliers.

Le CES part du principe qu'à l'avenir, de plus en plus de salariés souhaiteront travailler à domicile. Parallèlement, le nombre d'employeurs qui proposent du télétravail est également en augmentation. «Il n'est donc pas nécessaire de forcer la voie au télétravail, mais le règlement doit accompagner ce mouvement de manière constructive pour les professions et les salariés concernés», estime l'institution consultative.

Dans son avis, le CES propose une définition précise du télétravail, ainsi qu'un champ d'application plus large que celui en vigueur jusqu'à présent. Selon lui, deux catégories de télétravail doivent être réglementées: «le travail à domicile plutôt récurrent» et «le télétravail plutôt occasionnel ou spontané» - la réglementation actuelle ne prévoyant que l'utilisation régulière du «home office». Les partenaires sociaux sont arrivés à la conclusion que le travail à domicile est considéré comme «occasionnel» s'il est effectué pour «faire face à des événements imprévus» ou s'il représente en moyenne moins de 10% du temps de travail annuel normal du travailleur à domicile.


Politik, Partei DP, Pressekonferenz, Gilles Baum und Fraktion,   Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
«Promouvoir davantage le télétravail»
Gilles Baum, le chef de fraction du DP s'est prêté lundi à l'exercice de style du bilan annuel. Un retour forcément marqué par la pandémie qui démontre la nécessité de s'adapter à de nouveaux enjeux notamment par le travail à domicile et par l'amélioration des services de santé.

Jean-Jacques Rommes, le président du CES souligne l'importance de concilier la santé et la sécurité au travail avec le respect de la vie privée des travailleurs à domicile. «Nous pensons qu'il faut limiter l'ingérence des entreprises dans la vie privée des travailleurs en supprimant les points pertinents du règlement actuel, qui prévoient, entre autres, qu'un employeur peut avoir accès au lieu de télétravail». Dans le cas des 200.000 travailleurs frontaliers, les représentants du CES souhaitent que la limite de tolérance soit portée à 55 jours par an dans les trois pays voisins.

Selon Christophe Knebeler du syndicat LCGB et rapporteur du groupe de travail, «50% des emplois au Luxembourg sont adaptés au télétravail». Contrairement à une opinion répandue, le travail à domicile ne contribue pas de manière significative à soulager l'environnement. «Le trafic n'est pas réduit de manière drastique, mais les trajets sont déplacés. L'avantage du travail à domicile va donc davantage dans le sens du bien-être des employés que dans celui de la protection de l'environnement», ajoute-t-il.


Coronavirus Home office - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Le télétravail, le vrai-faux ami de l'environnement?
Travailler à domicile n'a pas que des avantages. Car s'il est vrai que la pratique permet de réduire le trafic routier, la communication numérique n'est pas non plus sans conséquences pour la planète.

Et le rapport du CES de conclure que «la bonne nouvelle est que tous les partenaires sociaux sont d'accord sur ce que nous voulons réaliser. Suite à notre avis, nous avons donc joint une proposition de texte qui pourrait remplacer l'accord actuel».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le commerce en overdose de télétravail
Le recours au télétravail a permis de contenir l'épidémie de covid au Luxembourg. Mais l'éloignement persistant de milliers de salariés pénalise durement des commerçants et restaurateurs pour qui l'absence physique de clients devient un virus fatal.
L'accord sur le télétravail prolongé côté belge
A défaut de recevoir la Première ministre belge mercredi (visite annulée), le Luxembourg a reçu confirmation de Bruxelles que le gouvernement belge renouvelait l'accord sur le home-working jusqu'au 31 décembre. A la France de suivre maintenant, l'Allemagne poursuivant elle aussi le dispositif.
«Les feux sont au vert pour le télétravail des frontaliers»
Le ministre du Travail est confiant : les pourparlers entre le Luxembourg et les Etats voisins sur la prolongation de dérogation fiscale des télétravailleurs au-delà du 31 août avancent bien. Au-delà, Dan Kersch explique sa vision sur le juste encadrement du home-office.
ITW Dan Kersch, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
A chacun sa responsabilité dans le télétravail
Qui fournit l'ordinateur? Qui veille à la connexion internet ou aux branchements électriques? Qui assure les réparations éventuelles? Autant de questions auxquelles le ministre du Travail, Dan Kersch, vient de répondre.
Coronavirus Home office - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Le télétravailleur est-il bien assuré ?
Le travail à distance a modifié le quotidien de milliers de salariés, résidents comme frontaliers. Mais loin de son entreprise, un salarié dispose-t-il toujours de la même couverture en cas d'accident du travail? L'AAA a toutes les réponses.
Les bureaux sonnent drôlement vide
Entre départs en congés et télétravail, les espaces de travail des grandes sociétés restent encore loin de leur occupation habituelle. Et rien ne dit que chaque place retrouvera, demain, celui ou celle qui venait y assurer sa mission.
«Le télétravail doit se faire sur une base volontaire»
Le Conseil économique et social planche actuellement sur la thématique du travail à distance. Pour son président, Jean-Jacques Rommes, «la réglementation rigide doit être simplifiée» mais la question reste «extrêmement complexe», en particulier concernant les frontaliers.
«Promouvoir davantage le télétravail»
Gilles Baum, le chef de fraction du DP s'est prêté lundi à l'exercice de style du bilan annuel. Un retour forcément marqué par la pandémie qui démontre la nécessité de s'adapter à de nouveaux enjeux notamment par le travail à domicile et par l'amélioration des services de santé.
Politik, Partei DP, Pressekonferenz, Gilles Baum und Fraktion,   Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Le télétravail objet de nouveaux pourparlers
Alors qu’un certain flou entoure encore le télétravail des frontaliers après le 31 août, le gouvernement assure garder le contact avec la France, la Belgique et l'Allemagne pour faciliter le travail à domicile.
«Un équilibre à trouver dans le télétravail»
Franz Fayot (LSAP) revient sur sa mise en quarantaine et la gestion de la pandémie par le gouvernement. Satisfait du bilan du chômage partiel, le ministre de l'Économie évoque aussi les conditions d'un retour à l'activité normale et se projette sur les enseignements à tirer de la crise.
Le télétravail rallonge les journées
Les salariés en télétravail prestent, en moyenne, quatre heures de plus par semaine que leurs collègues. Une activité supplémentaire qui empiète sur les soirées et les week-ends, révèle la dernière étude du Statec.
Le télétravail encore utile à la bonne santé du pays
Dans sa dernière publication, le Liser souligne combien le lockdown et la mise en place du travail à distance a permis (et permet encore) au Luxembourg de contenir l'infection au covid-19. Sans oublier son impact pour atténuer la chute de l'activité économique.