Changer d'édition

Le tabac continue de rapporter beaucoup à l'Etat
Économie 4 min. 24.01.2023
Conjoncture économique

Le tabac continue de rapporter beaucoup à l'Etat

Pour 2023, le Statec annonce un ralentissement de la croissance des recettes.
Conjoncture économique

Le tabac continue de rapporter beaucoup à l'Etat

Pour 2023, le Statec annonce un ralentissement de la croissance des recettes.
Photo: Shutterstock
Économie 4 min. 24.01.2023
Conjoncture économique

Le tabac continue de rapporter beaucoup à l'Etat

Mélodie MOUZON
Mélodie MOUZON
Plus de 21 milliards d'euros de recettes fiscales ont été encaissés l'an dernier. L'augmentation a principalement été alimentée par les effets de l’inflation élevée sur les recettes de TVA, les impôts sur les ménages et les cotisations sociales.

Les recettes fiscales ont augmenté en 2022 au Luxembourg, de 7,2%, pour atteindre un montant de plus de 21 milliards d'euros, selon la dernière note de conjoncture du Statec. Ce montant a été principalement alimenté par les recettes sur la TVA (+12%), les impôts sur les ménages (+10%) et les cotisations sociales (+8%), tous gonflés par la poussée inflationniste. Ainsi, la croissance des salaires – avec deux indexations en octobre 2021 et avril 2022 – et de l’emploi «a fait progresser de 11% sur un an les impôts retenus sur les traitements et salaires», souligne l'institut de statistiques.


Wi , ITV Patrick Dury , Pres. LCGB , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
«Le problème du prix de l'énergie n'est pas écarté»
Le président national du LCGB Patrick Dury répond aux déclarations de l'UEL et de la Fedil sur les perspectives économiques 2023, la problématique de l'énergie et l'index.

Les recettes d'accise sont venues également alimenter le pot commun. Mais pour ce point, c'est principalement dû au tabac, dont les recettes générées par la vente ont encore progressé l'an dernier (+16%). Par contre, celles sur les produits pétroliers ont chuté de 11%. Le repli s'explique par «la forte hausse des prix des carburants qui a mené à des réductions temporaires des droits d’accise au Luxembourg et dans les pays voisins», indique le Statec. 

Rappelez-vous, les différentes remises à la pompe appliquées dans des pays tels que la France ont  temporairement réduit, voire inversé, les écarts de prix à la pompe entre le Luxembourg et les pays voisins. Avec, pour conséquence, une chute des ventes des carburants relativement importante (-10% sur un an pour l’essence et -20% pour le diesel entre juin et octobre 2022). Les prix au Luxembourg sont cependant redevenus plus avantageux dès novembre, permettant un rebond des ventes de carburants et des accises liées à celles-ci.

Pour 2023, le Statec annonce un ralentissement de la croissance des recettes (+5,8% sur un an, selon les dernières prévisions).

Les immatriculations en baisse

En ce qui concerne le marché automobile, alors que l'Autofestival débute ce lundi, une tendance à la baisse des immatriculations de voitures a été constatée pour la 3e année consécutive. «Seulement 42.000 nouvelles immatriculations ont été enregistrées sur l’année écoulée, soit un niveau proche de celui du début des années 2000», commente le Statec. Et ce, alors qu’entretemps la population a augmenté de plus de 40%. La baisse est similaire dans l'ensemble de la zone euro et s'explique par la pénurie mondiale de puces électroniques, nécessaires à l’équipement des véhicules. Celle-ci tend cependant à se résorber.

La croissance de l'immobilier tend à ralentir

Concernant l'immobilier, bien qu'encore historiquement élevée (progression annuelle de 11,1% au 3e trimestre 2022), la croissance des prix tend à ralentir, surtout pour les bien anciens. Le prix du neuf par contre a grimpé en flèche au 3e trimestre et les prix des prestations de la construction devraient maintenir ces prix à un niveau élevé. La forte inflation de ces derniers mois et la hausse des taux d'intérêt et hypothécaires pèsent sur les capacités financières et n'incitent pas à investir dans l'immobilier résidentiel.

Pendant ce temps, le secteur de la construction souffre, avec un net ralentissement de l'emploi l'année passée. Les effectifs du secteur n'ont augmenté que de 2,5% sur un an. Depuis mars 2022, les entrepreneurs en construction signalent «une dégradation continue des commandes» et «des perspectives moins favorables en termes d'emploi».

Accalmie sur le front de l'inflation

La flambée des prix de l'énergie était la préoccupation majeure de la majorité des ménages ces derniers mois. Heureusement, la fin de l'année a montré les premiers signes de modération de l'inflation au Luxembourg. Avec 5,4% sur un an en décembre, il s'agissait du niveau le plus faible depuis janvier 2022. 

Evolution de l'inflation depuis janvier 2021.
Evolution de l'inflation depuis janvier 2021.
Crédit: Statec

Mais cette diminution n'est cependant pas généralisée. Si elle s'applique aux prix de l'énergie, grâce notamment aux mesures tripartites, et des services, ceux de l'alimentation et des biens industriels non énergétiques continuent d'accélérer.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Ils ont flambé au début de l'année 2022, puis n'ont cessé de faire le yo-yo à partir du printemps. Les prix des carburants ont agité comme rarement les usagers de la route cette année. Coup d'oeil dans le rétro.
Tanken ist mit und ohne Subvention inzwischen eine teure Angelegenheit.
Au Luxembourg, le marché du travail est, tout comme en zone euro, lentement, mais graduellement en train de perdre en dynamisme, et ces tendances devraient perdurer sur les prochains trimestres.
ARCHIV - 26.06.2012, Baden-Württemberg, Stuttgart: ILLUSTRATION - Eine ältere Frau zählt Geld. (zu dpa: «Renten steigen voraussichtlich um bis zu 4,2 Prozent») Foto: Marijan Murat/dpa +++ dpa-Bildfunk +++