Changer d'édition

Le Statec table sur trois tranches d'indexation en 2023
Économie 2 min. 07.11.2022
Selon le scénario le plus probable

Le Statec table sur trois tranches d'indexation en 2023

Le prix des produits alimentaires continue de s'envoler: c'est la plus forte hausse mensuelle depuis 15 ans.
Selon le scénario le plus probable

Le Statec table sur trois tranches d'indexation en 2023

Le prix des produits alimentaires continue de s'envoler: c'est la plus forte hausse mensuelle depuis 15 ans.
Photo: Shutterstock
Économie 2 min. 07.11.2022
Selon le scénario le plus probable

Le Statec table sur trois tranches d'indexation en 2023

Mélodie MOUZON
Mélodie MOUZON
Selon les dernières prévisions de l'Institut national de la statistique, les salaires pourraient être indexés trois fois l'année prochaine.

Trois tranches d'indexation en 2023. Le scénario semble de plus en plus probable, selon les dernières prévisions du Statec publiées ce lundi. Deux étaient déjà acquises: celle du 1er trimestre 2023 et celle de juillet 2022 qui a été reportée à avril 2023. A ces deux tranches indiciaires vient s'ajouter une troisième à la fin de l'année prochaine, dans deux des trois scénarios élaborés par l'Institut national de la statistique.


Le Luxembourg se dirige tout droit vers la récession
Entre des bonnes et des mauvaises nouvelles, le Statec prévoit également une nouvelle tranche d'indexation pour le premier trimestre 2023.

Dans le scénario haut, qui prévoit une envolée des prix du Brent, cette troisième tranche d'indexation pourrait même tomber au troisième trimestre 2023. Dans le scénario bas, seules deux indexations tomberaient en 2023.

Le Statec se montre tout de même prudent et estime qu'il est aujourd'hui difficile d'établir des prévisions à l'horizon d'un an, au vu des nombreuses incertitudes actuelles.

Une inflation à 3,4% en 2023

L'institut national de la statistique a par ailleurs revu ses prévisions à la hausse en ce qui concerne l'inflation, suite à la tripartite de septembre dernier. Il fixe le taux pour 2022 à 6,4% et à 3,4% pour 2023. Les augmentations inattendues des prix des carburants et de l'énergie en octobre, qui ont eu une répercussion sur tous les autres prix dont ceux de l'alimentation, et «une dépréciation supposée plus persistante de l'euro vis-à-vis du dollar» font que la pression haussière continue de peser sur l'inflation.

L'Institut national de la statistique souligne que depuis le pic de 7,4% au mois de juin, «l'inflation au Luxembourg s'est stabilisée en dessous de 7%». Ce qui ne doit cependant pas occulter la forte hausse des prix de certains produits, et notamment de l'alimentation. Les prix alimentaires ont connu en octobre «la plus forte progression mensuelle observée depuis 15 ans» (+1,7%). Par rapport à l'an dernier à la même époque, les produits alimentaires ont augmenté de 10,9%.

Les prix alimentaires se sont envolés

Les légumes frais (+5%), le pain et céréales (+2,7%) ainsi que les produits laitiers (+1,9%) sont les denrées qui ont le plus augmenté. Les fruits de mer surgelés (-5,3%) et l'huile d'olive (-1,6%) sont ceux qui ont le plus baissé. 


En zone euro, les plus récentes prévisions des institutions internationales tablent sur une inflation de 7,2%.
Prix à la consommation : encore une légère augmentation
Les prix à la consommation ont légèrement progressé entre août et septembre, de 0,3%. Cela est notamment dû aux prix des produits pétroliers qui sont repartis à la hausse, analyse le Statec. Sur un an, la hausse est de près de 7%.

Les prix du diesel et du mazout de chauffage ne sont pas en reste, puisqu'ils «ont fait un saut allant jusqu'à 20 centimes d'euros». Le diesel a pris 7% en un mois, et l'essence 5,1%. Le prix du mazout de chauffage est plus cher de 8,6% et celui du gaz de ville de 13,6%. Les produits pétroliers ont enregistré une hausse de 35,2% par rapport à octobre 2021.

Au niveau mondial, il est désormais certain que l'économie va connaître un ralentissement alors que l'inflation restera élevée l'an prochain. Le taux d'inflation en zone euro a dès lors été revu à la hausse. Ce taux devrait se stabiliser à 8,2% en 2022 et à 6% en 2023.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Au vu de l'évolution de l'inflation, le Statec a révisé la date possible d'une prochaine réévaluation automatique des salaires. Ainsi, les fiches de paie pourraient gonfler de 2,5% d'ici la fin de l'année.
Worker poses the gaskets prior installs a skyroof of a motorhome made from a Fiat "Ducato" van, in the factory of the Pilote group, in Longuenee-en-Anjou, western France, on May 05, 2021. - With its 680 employees, two production sites in France and one in Germany, the Pilote Group, which builds 5,800 campervans and converted vans each year, became in 2020 the number 1 in France in terms of registration, in a boosted sector by the health crisis, which plunges the holidays under the sign of uncertainty (Photo by JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)