Changer d'édition

Le SnT, partenaire de choix pour l'industrie
Économie 9 3 min. 06.06.2018 Cet article est archivé

Le SnT, partenaire de choix pour l'industrie

La septième édition de la journée des partenaires a permis de montrer les 40 projets dans lesquels le SnT est impliqué pour le compte de l'industrie

Le SnT, partenaire de choix pour l'industrie

La septième édition de la journée des partenaires a permis de montrer les 40 projets dans lesquels le SnT est impliqué pour le compte de l'industrie
Anouk Antony
Économie 9 3 min. 06.06.2018 Cet article est archivé

Le SnT, partenaire de choix pour l'industrie

Thierry LABRO
Thierry LABRO
La septième journée des partenariats, organisée mardi par le SnT au Casino 2000 à Mondorf, a montré combien l'industrie s'approprie le centre de recherche pour résoudre ses problèmes.

«Quelle intuition!» Avant de prononcer son discours, à l'ouverture de la septième journée des partenariats du SnT, au Casino 2000 à Mondorf, le nouveau recteur de l'Université, Stéphane Pallage, a les yeux qui brillent. 

Comme cela existe dans les plus grandes universités au monde, au MIT ou à Stanford, le partenariat imaginé entre l'Université de Luxembourg, par le SnT, et l'industrie, n'en finit pas de séduire de nouveaux acteurs. 

Plus de 100 millions d'euros d'investissements 

En 2017, Clearstream et Escent, le Luxembourg Stock Exchange, la Luxembourg House of FinTech, Cebi, Intel, Le Foyer – qui a signé ses deux contrats hier – ou même les Canadiens de QRA se sont engagés dans de nouveaux partenariats sur des projets de recherche dont ils pourraient tirer un bénéfice immédiat dans leurs secteurs d'activité respectifs. 

A ces sept partenariats en 2017 s'en sont ajouté huit nouveaux au premier semestre, soit plus de 40 pour les neuf groupes de recherche du centre interdisciplinaire pour la sécurité et la confiance (SnT). 

A côté du financement de l'Etat, en hausse de 30% pour les années à venir, ces partenariats ont amené 4,7 millions d'euros de fonds privés l'an dernier. En ce début d'année, le montant apporté par l'industrie a même dépassé les 100 millions d'euros en sept ans. 


Wie Roboter singen lernten
Künstliche Intelligenz soll die Pop-Musik revolutionieren. Das erste vollständig von Computern komponierte Musikalbum wurde Mitte Januar in Paris vorgestellt. Eine Software analysiert Bestandteile alter Songs und kreiert daraus neue. Doch können Algorithmen kreativ sein?

«Nous avons signé des contrats pour 21,5 millions d'euros l'an dernier», explique le directeur du SnT, Björn Ottersten. «Il faut comprendre que ce montant n'est pas dépensé en une année, mais sur la durée du projet de recherche, de trois à cinq ans en général.» 

42% des chercheurs restent au Luxembourg

«Ces chercheurs ne sont plus dans le 'blue sky'», commente Marc Lemmer, qui travaille aussi à établir ce pont entre sociétés privées et l'université, «mais ont pour objectif de répondre aux besoins de l'industrie.» 

Cela fonctionne si bien que 42% de ces chercheurs de haut niveau restent au Luxembourg. «Dans le temps», explique le recteur, «les doctorants devenaient enseignants. Aujourd'hui, ils trouvent des débouchés qui les passionnent dans l'industrie.» Car deux tiers de ceux qui restent se retrouvent dans l'industrie luxembourgeoise. 


19.9. Esch/alzette / Belval / Rentre Academique Uni.lu / Uni / Studenten Foto:Guy Jallay
L’Autonomie à l’Université du Luxembourg
La European University Association a publié en 2017 son troisième rapport «University Autonomy in Europe. The Scorecard ». L’Université du Luxembourg est encore une fois très bien classée au niveau de l’autonomie financière, mais très mal située en ce qui concerne l’autonomie organisationnelle...

Mais plus seulement. Le partenariat avec les Canadiens de QRA est inédit: la société n'est pas présente au Luxembourg. Spécialisée dans la détection de problèmes de programmation dans les logiciels qui gèrent l'aviation, le transport, l'espace ou des applications militaires, avec une dose d'intelligence artificielle, elle est capable de demander des correctifs... et songe à s'établir au coeur de l'Europe. «Mais travailler avec des sociétés de premier plan comme Martin Lockheed permet aussi d'attirer l'attention de ces sociétés sur ce dispositif luxembourgeois», explique un de ses représentants. 

Quatre spin-offs et de discrets VC intéressés 

Sans parler des 59 accords sur la propriété intellectuelle dont 28 brevets, des 16 «proofs of concept», des 90 publications dans des magazines scientifiques ou des quatre spin-offs – ces start-ups scientifiques qui ont déjà fait tout le travail vers le marché et qui n'attendent que des investisseurs pour croître. 

La bonne nouvelle de la septième journée de mardi - à laquelle le Grand-Duc Héritier et son épouse ont pris part le matin - , réside peut-être justement dans la présence de plus en plus remarquée des investisseurs, au milieu de ces geeks scientifiques qui «s'amusent» avec des robots, des drones, des voitures autonomes ou des outils de calcul au service de projets concrets. Des chercheurs modernes. Auprès de la société qui a besoin d'eux.






Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Forte affluence sur le pavillon luxembourgeois à Cannes
Le marché international des professionnels de l’immobilier, plus connu sous l’abréviation "MIPIM", se tient du 12 au 15 mars au Palais des festivals et aux alentours. Plus de 200 participants se pressaient ce mercredi sur le pavillon national.
Knauf: Schneider ne décolère pas
Le ministre de l'Economie, Etienne Schneider, est en colère de voir l'usine Knauf partir de l'autre côté de la frontière. "C'est plus une question d'image qu'un cas particulier qui me fâche", dit-il.
Pour Etienne Schneider, la multiplication des problèmes sur les dossiers industriels torpille l'image de marque du Luxembourg
Construire l’avenir avec l’Université
Quinze ans après la loi fondatrice de l’Université, une nouvelle loi doit être votée à la Chambre. Cet acte parlementaire est d’une très grande importance, et ce à double titre...