Changer d'édition

Le secteur de l'automobile à la croisée des chemins
Économie 4 min. 20.01.2020

Le secteur de l'automobile à la croisée des chemins

L'Autofestival pourrait donner les premières tendances de la décennie.

Le secteur de l'automobile à la croisée des chemins

L'Autofestival pourrait donner les premières tendances de la décennie.
Photo: Lex Kleren
Économie 4 min. 20.01.2020

Le secteur de l'automobile à la croisée des chemins

Didier HIEGEL
Didier HIEGEL
Dans un marché en pleine mutation, marqué par les innovations et le renforcement des normes antipollution, le comportement des consommateurs luxembourgeois reste au beau fixe. Etat des lieux à cinq jours de l'ouverture de l'Autofestival.

La prochaine gratuité des transports en commun, la priorité donnée à la mobilité douce dans les villes, les nouvelles normes de pollution, tout comme les hausses répétées des tarifs à la pompe n'ont pas freiné l'engouement des résidents luxembourgeois pour les voitures en 2019.  

C'est ainsi qu'avec 740 véhicules motorisés pour 1.000 habitants, d'après Eurostat, le ratio au Grand-Duché est le plus élevé de l'Union européenne où la moyenne est proche de 600. Et au jeu de la concurrence, c'est le groupe VW qui se positionne le mieux en 2019. 

Même si le coût des transports pèse de plus en plus sur le budget des ménages, le récent record d'immatriculations établi en fin d'année dernière - 55.000 véhicules soit 4% de plus qu'en 2018 – témoigne à nouveau de cette cote de popularité. De quoi réjouir les professionnels du secteur avant l'ouverture de l'Autofestival (25 janvier – 3 février).

«2019 a été une bonne année. Après trois années de progression continue, nous en sommes à 16% d'augmentation depuis 2015», se félicite Philippe Mersch, le président de la Fédération des distributeurs automobiles et de la mobilité (Fedamo). 

Pour ce dernier, la belle santé du secteur s'explique en premier lieu «par le dynamisme démographique et économique du Luxembourg», mais  aussi par deux autres facteurs qui sont «l'augmentation du nombre de frontaliers qui ont le profil à utiliser des voitures de société» et «l'arrivée sur le marché de nouvelles technologies». 

Ce dynamisme est confirmé par d'autres chiffres puisque, selon KPMG, ces deux dernières années 33 nouvelles voitures, en moyenne, ont été mises en circulation chaque jour. Toujours d'après le cabinet d'audit, le chiffre de 500.000 voitures particulières et à usage mixte sera atteint en 2026. Pour l'heure, au 1er janvier, 426.206 véhicules particuliers ou à usage mixte étaient immatriculés au Luxembourg, soit deux fois plus qu'il y a 20 ans.

En attendant que l'année 2020 ouvre «une décennie de mutation du secteur», selon certains experts, la grande majorité des véhicules sillonnant les routes du Grand-Duché restent propulsés par un moteur thermique, essence ou diesel. Malgré les aides de l'Etat, l'électrique n'a pas encore réalisé de percée significative.

Le diesel, malgré une baisse au niveau européen, garde la cote chez les «avaleurs de kilomètres» luxembourgeois et ce malgré les hausses constantes des prix à la pompe. Pourtant, les mesures annoncées dernièrement par le gouvernement avec l'entrée en vigueur, en mars de nouvelles normes WLTP (World Harmonised Light Vehicle Procedure) et une révision de l'imposition des voitures pourraient inverser la donne et booster l'électrique. 

A la suite du vote de l'Union européenne, au début de 2019, de réduire drastiquement les émissions de CO₂, d'ici dix ans, 70% des véhicules neufs ne devront plus fonctionner avec un moteur thermique. Le cabinet KPMG estime ainsi que le parc auto sera ainsi composé d'un quart de véhicules électriques à batteries, un quart d'électrique hybride, un quart de voitures à hydrogène et un quart de voitures diesel ou essence. L'édition 2020 de l'Autofestival devrait nous apporter les premières tendances. 


Sur le même sujet

Le «cadeau ministériel» de Bausch au secteur automobile
«Consterné» et «choqué» par les critiques émises par la House of Automobile sur la mise en œuvre des nouvelles normes de pollution, le ministre de la Mobilité contre-attaque et justifie sa décision qui entrera en vigueur le 1er mars.
«Consterné» et «choqué» par les critiques émises par la HOA, François Bausch parle de «cadeau ministériel»
«Le gouvernement prend les usagers en otage»
Deux jours après l'annonce de la hausse des taxes sur les carburants, l'ACL monte au créneau pour stigmatiser le manque de clarté des mesures annoncées et souhaite obtenir des réponses à ses nombreuses questions.
L'ACL s'inquiète su surcoût qu'engendreront pour ses adhérents les mesures taxatoires prises récemment par le gouvernement
Le parc automobile «branché» comme jamais
Les frémissements de l'ère électrique se font ressentir sur le marché automobile. En neuf mois, 2,5 fois plus de voitures électriques ont été immatriculées au Luxembourg qu'un an auparavant. Prime incitative, achat plus propre, offre élargie... le phénomène s'explique.
Autofestival 2018: Faut-il encore acheter des voitures diesel?
L'Autofestival démarre ce samedi 27 janvier au Luxembourg. Mais une question hante cette année les automobilistes: faut-il encore acheter des moteurs diesel? Nous avons posé la question au président de l'ADAL - l'Association des Distributeurs Automobiles Luxembourgeois -, Benji Kontz, et au ministre des Infrastructures, François Bausch. Et ils ne sont pas du même avis...
Nach dem Dieselskandal gibt es jetzt strengere Regeln und schärfere Kontrollen.