Changer d'édition

Le secteur automobile ronge son frein
Économie 2 min. 23.04.2020 Cet article est archivé

Le secteur automobile ronge son frein

Voilà plus d'un mois qu'aucun acheteur n'a poussé la porte d'une concession luxembourgeoise.

Le secteur automobile ronge son frein

Voilà plus d'un mois qu'aucun acheteur n'a poussé la porte d'une concession luxembourgeoise.
Photo: Chris Karaba
Économie 2 min. 23.04.2020 Cet article est archivé

Le secteur automobile ronge son frein

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Alors qu'en Allemagne, les concessions ont pu redémarrer dès le 20 avril, aucune date n'est avancée au Grand-Duché. Certains représentants de la corporation commencent à s'impatienter.

Les chiffres parlent d'eux-mêmes. En mars, le nombre d'immatriculations enregistrées au Luxembourg a chuté de moitié d'un mois à l'autre. Jamais depuis 1981, la Société Nationale de Circulation Automobile n'avait affiché pareil bilan : 2.798 nouvelles plaques jaunes émises seulement. Il est vrai que, à l'instar des autres domaines d'activité, le secteur automobile a dû couper le moteur voilà cinq semaines. «Le gouvernement avait limité notre activité aux seules opérations de dépannage et réparations d'urgence. Et depuis le 7 avril, le champ s'est un peu élargi», indique Guido Savi, de la Febiac Luxembourg.

Désormais, liste la voix de la Fédération européenne des constructeurs et importateurs de voitures, les activités possibles intègrent en plus «le remplacement des pneus, les entretiens et les travaux de carrosserie nécessaires aux remises en circulation». Sans oublier la livraison de leur véhicule aux clients. Pas de quoi faire tourner à plein régime les quelque 180 garages et concessions du Grand-Duché. Mais les instances professionnelles discutent avec le gouvernement pour accélérer le mouvement.


Les nouveaux véhicules luxembourgeois sont plus polluants que la moyenne européenne.
Le secteur automobile fête un nouveau record
Plus de 55.000 nouveaux véhicules ont été enregistrés au Luxembourg en 2019. Soit quatre pourcents de plus que l'année précédente, confirmant la bonne santé du marché grand-ducal.

Pour l'instant, pas plus le ministre de l'Economie que celui du Travail n'a annoncé la réouverture des showrooms. Une mesure plus qu'attendue dans un pays qui, en année normale, assure la vente de plus de 55.000 modèles. Et qui permettrait aux commerciaux de ne plus être en chômage partiel et aux enseignes de retrouver le chemin des rentrées financières.

Côté allemand, les vendeurs auto sont autorisés à reprendre les affaires en début de semaine. Un sort qu'envie la Febiac pour les marchands luxembourgeois. «D'autant que faute de ventes, les garages du Luxembourg ont accumulé des stocks de véhicules qui auraient dû trouver preneurs.» Et chez certains constructeurs, il faudra vite s'en débarrasser sitôt la reprise d'activité.

Des stocks à écouler

Car si le marché est au point mort, le calendrier de certaines législations et normes obligatoires lui continue à filer. Des quantités de voitures dites "en fin de série" devront donc être vendues au plus vite, pour respecter les exigences européennes. «Une tolérance peut être accordée aux concessions, mais elle ne concernera que 10% du volume immatriculé dans l'année du modèle en question. C'est peu» , indique la Febiac.

Aussi, en bonne lobbyiste, la Fédération presse le gouvernement luxembourgeois, en tant qu'Etat membre, à faire pression auprès de l'Union européenne pour obtenir une dérogation à ces règlements. «Mais que ce soit sur le calendrier de reprise comme sur ces questions de loi, nous faisons confiance à l'Etat pour nous entendre», plaide Guido Savi. Bien loin des tensions du début d'année sur les taxes sur les émissions polluantes. Mais ça c'était avant le covid-19...

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Même «non essentiels», les garages restent ouverts
Si les concessions automobiles devront rester fermées du 26 décembre au 1 janvier (en raison des nouvelles mesures anticovid), les mécaniciens pourront toujours dépanner ou entretenir les véhicules qui leur seront confiés.
Le secteur automobile adopte le «mode urgence»
Les garages n'effectuent plus que les réparations liées à la sécurité, alors que les ventes de voitures ont cessé depuis deux semaines et que le contrôle technique ne fonctionne plus que dans un cadre bien précis. Avec ses 5.000 salariés, le secteur subit de plein fouet la crise du covid-19.
AUTOFESTIVAL 2019: Citroen, Etoile Garage, foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
La taxe sur les véhicules cale au démarrage
Elle devait entrer en vigueur au 1er mars, mais les députés ont mis un sérieux coup de frein à l'application de cette taxe basée sur de nouveaux critères de pollution. Le ministre de la Mobilité doit ronger son frein, et surtout repréciser son projet.
L'an passé, plus de 55.000 voitures neuves ont été immatriculées au Luxembourg.
Ces pétroliers qui «vivent sur une autre planète»
Le torchon brûle entre le Groupement pétrolier luxembourgeois et le gouvernement Bettel à cause de sa nouvelle politique climatique, officiellement sur papier. Le ministre de l'Energie, Claude Turmes répond sans mâcher ses mots.
Tanktourismus,Tanken,Tankstelle,Aire de Berchem. Foto:Gerry Huberty
L'essence tire son épingle du jeu dans un climat morose
Même si tous les chiffres ne sont pas encore connus, l'édition 2020 de l'Autofestival a confirmé une nouvelle hausse des ventes de voitures essence. Autre tendance: l'électrique suscite la curiosité même si peu d'acheteurs osent franchir le pas.
Lokales, Autofestival 2020, Fiat, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort