Changer d'édition

Le secteur automobile prédit une année noire
Économie 2 min. 03.07.2020

Le secteur automobile prédit une année noire

Si le nombre de nouvelles immatriculations repart en juin, ce chiffre serait en trompe-l'oeil selon la Fedamo qui table sur une perte de chiffre d'affaires de plus de 500 millions d'euros pour l'ensemble de l'année 2020.

Le secteur automobile prédit une année noire

Si le nombre de nouvelles immatriculations repart en juin, ce chiffre serait en trompe-l'oeil selon la Fedamo qui table sur une perte de chiffre d'affaires de plus de 500 millions d'euros pour l'ensemble de l'année 2020.
Photo: Lex Kleren
Économie 2 min. 03.07.2020

Le secteur automobile prédit une année noire

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Si le nombre d'immatriculations au mois de juin a atteint son meilleur score depuis le mois de février, avec une baisse de «seulement» 10,6% par rapport à 2019, la Fedamo estime que ce regain d'activité constitue un trompe-l’œil et se prépare à une baisse du chiffre d'affaires de 500 millions d'euros sur 2020.

Six semaines après la réouverture des concessions, les clients tardent encore à revenir. Bien que les chiffres de la SNCA fassent état, pour le mois de juin, d'une reprise du nombre d'immatriculations, la situation reste bien loin du niveau enregistré en 2019. Si 4.648 véhicules neufs ont été enregistrés le mois passé, soit un niveau proche de celui d'avant le confinement, ce chiffre apparaît éloigné du niveau de juin 2019 (-10,6%).

Pour la Fédération des distributeurs automobiles et de la mobilité (Fedamo), cette reprise de l'activité dans les concessions s'explique surtout et avant tout par les livraisons des véhicules commandés notamment pendant l'Autofestival, des véhicules qui s'étaient retrouvés dans «des goulots d'étranglement» en raison de la crise sanitaire. Nouvelles immatriculations ne riment donc pas avec ventes, estime la Fedamo qui martèle que la fermeture des showrooms entre le 16 mars et le 11 mai aura eu pour conséquence un «effondrement complet des ventes», puisque «rares ont été les véhicules livrés et enregistrés».

Avec des mois de mars, avril et mai enregistrant un recul de 50,2%, 78,9% et 43,8% des immatriculations, les représentants du secteur tablent sur une année noire en termes de chiffre d'affaires. «Si la tendance reste inchangée, il manquera environ 18.000 voitures d'ici la fin de l'année» , affirme vendredi la Fedamo qui avance un manque à gagner «de plus d'un demi-milliard d'euros». Conséquence directe de cette estimation, une menace directe sur les quelque 5.000 emplois actifs dans le secteur automobile dans le pays. Raison pour laquelle la fédération plaide une nouvelle fois pour «une aide et un soutien cohérents tout au long de l'année».

Pour rappel, l'année 2019 avait été une année record avec le franchissement du seuil symbolique des 55.000 nouvelles immatriculations. Un engouement qui avait surtout profité aux marques allemandes puisque Volkswagen, Mercedes et BMW avaient écoulé le plus de véhicules. Selon un rapport de l'Agence européenne pour l'environnement publié en avril 2019, les consommateurs luxembourgeois privilégient les voitures lourdes et puissantes, comme les SUV ou les véhicules tout-terrain. Conséquence logique, avec 127 g/km, les véhicules immatriculés au Luxembourg sont également dans le haut du tableau en termes d'émission moyenne de CO2.  


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'ACL favorable à une prime à la casse
L'Automobile Club Luxembourg dénonce le manque de concertation entre le gouvernement et le secteur de l'automobile. L'association suggère une prime dont le montant serait adapté à la catégorie et la gamme des voitures électriques, mais pas seulement.
De l'électricité entre Turmes et le secteur auto
L'annonce du ministre de l'Energie de ne reconduire l'avantage fiscal lié aux véhicules de société seulement pour des modèles électriques n'est pas du goût des professionnels de l'automobile. Et de klaxonner vivement sur le cavalier seul de Claude Turmes
la voix du luxembourg
Le redémarrage «prudent» des concessions
Avec la deuxième phase du déconfinement, effective depuis le 11 mai, les showrooms reprennent doucement vie. Mais la crise du covid-19 ne s’effacera pas sans laisser des pertes qui sont pour l’heure difficilement quantifiables selon les professionnels du secteur.
Le secteur de l'automobile à la croisée des chemins
Dans un marché en pleine mutation, marqué par les innovations et le renforcement des normes antipollution, le comportement des consommateurs luxembourgeois reste au beau fixe. Etat des lieux à cinq jours de l'ouverture de l'Autofestival.
Le secteur automobile fête un nouveau record
Plus de 55.000 nouveaux véhicules ont été enregistrés au Luxembourg en 2019. Soit quatre pourcents de plus que l'année précédente, confirmant la bonne santé du marché grand-ducal.
Les nouveaux véhicules luxembourgeois sont plus polluants que la moyenne européenne.