Changer d'édition

Le rêve hôtelier de Batipart se heurte au covid
Économie 3 min. 10.09.2020

Le rêve hôtelier de Batipart se heurte au covid

Claude Amar , Mme Carole Faucher , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort

Le rêve hôtelier de Batipart se heurte au covid

Claude Amar , Mme Carole Faucher , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Photo : Guy Jallay
Économie 3 min. 10.09.2020

Le rêve hôtelier de Batipart se heurte au covid

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
A l'été 2019, la société mettait la main sur six établissements de la capitale. Une «première pierre» en vue de l'établissement d'un groupe hôtelier européen. La crise sanitaire est venue freiner les projets.

Des hôtels, Batipart en possédait déjà en 2019. Quinze précisément. Mais jusqu'à l'été dernier, le groupe n'avait diversifié son activité de bâtisseur en gestionnaire hôtelier qu'en Afrique. Mais, en juillet 2019, la société fondée par le Lorrain Charles Ruggieri allait réaliser une opération d'envergure sur un nouveau continent. En une seule fois, l'investisseur prenait la main, sur cinq hôtels luxembourgeois du groupe Accor et le futur (et désormais ouvert) Mama Shelter. 

Motus sur le montant du rachat de ce portefeuille à l'époque comme aujourd'hui. «Mais cela ne s'est pas joué sur un coup de dés, commente Carole Faucher, cogérante des établissements luxembourgeois. Il s'agit là d'une première pierre en vue de l'établissement du groupe hôtelier bien au-delà du seul Luxembourg. L'idée était de former un ensemble européen.» Pour cela, un véhicule financier dédié avait d'ailleurs été constitué. Détenu pour moitié par la famille Ruggieri elle-même, pour moitié par des partenaires comme Crédit Mutuel Equity ou la famille Dassault.


Les deux Sofitel de la capitale passent entre les mains de Batipart.
Batipart possédera 20% des chambres d'hôtel
Le groupe de gestion immobilière a annoncé, ce jeudi, qu'il avait fait l'acquisition des deux Sofitel, des trois Novotel du Luxembourg et du futur hôtel «Mama Shelter» prévu pour 2020. De quoi lui assurer la main sur un millier de chambres d'hôtel. Et ce n'est pas tout.

Reste qu'aujourd'hui, covid oblige, le Luxembourg est bien «resté base de lancement» du projet, comme le souligne Claude Amar, cogérant du parc hôtelier national : Sofitel Luxembourg Le Grand-Ducal, Novotel Centre, Novotel Kirchberg, Novotel Suites et Sofitel Luxembourg Europe. Seulement le panier de 900 chambres n'a pas grandi au-delà des frontières. «Pas d'inquiétude pour l'heure, tempère Carole Faucher. Une telle stratégie se joue sur le long terme, pas dans la précipitation de coups rapprochés.»

D'ailleurs, les représentants luxembourgeois du groupe Batipart disent jouer la montre. «Les prix du marché étaient sans doute trop élevés avant la crise; là, cela remet les choses à leur place. Mais il n'y a pas encore de casse dans ce secteur  d'activité qui reste, ici comme ailleurs, sous perfusion avec des aides publiques qui masquent encore la réalité économique», analyse Claude Amar. Les opportunités de rachat viendront donc, mais un peu plus tard.

En juillet 2019, Batipart a également fait l'acquisition de deux immeubles de bureaux. Pour 24.000 m2 au total. Un secteur qui a, lui aussi, traversé ces derniers mois avec certaines incertitudes. Les m2 en cours de construction allaient-ils trouver preneurs? Les entreprises auraient-elles toujours besoin d'autant d'espaces? La récente étude semestrielle de JLL a montré que le secteur est finalement passé entre les gouttes pour les six premiers mois de l'année. 

BEI et Pictet ont déjà investi les 14.000 m2 à disposition sur un bâtiment, tandis que le second édifice de 10.000 m2 accolé au Mama Shelter est déjà occupé à  près de 60% par un établissement bancaire. «Mais dans le monde d'après, on pourrait aussi connaître un scénario où les entreprises voudraient offrir plus de confort à leurs collaborateurs plutôt que de les entasser», croise les doigts Claude Amar.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

«Réfléchir à de nouvelles mesures» pour l'horeca
Près de trois mois et demi après la réouverture des bars et restaurants, le secrétaire général de la fédération des hôteliers, restaurateurs et cafetiers revient sur la stratégie du gouvernement et fait le point de la situation à la veille de la rentrée.
Le déconfinement donne des ailes au camping-car
Les mesures adoptées par le gouvernement pour un retour à la normale ont donné des envies de liberté et de grands espaces. Le motorhome en a profité à plein. Les vendeurs se frottent les mains, les usagers aussi.
Des logements plutôt que l'Hôtel des Postes
Les élus déi Lenk de la capitale n'en démordent pas: le projet de rénovation de l'ancien siège du groupe Post en hôtel n'a rien de cohérent alors que l'habitat devient inaccessible à Luxembourg. L'opposition à Lydie Polfer en appelle au ministre de l'Economie
Lokales, Pressekonferenz Post Hotel, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Batipart possédera 20% des chambres d'hôtel
Le groupe de gestion immobilière a annoncé, ce jeudi, qu'il avait fait l'acquisition des deux Sofitel, des trois Novotel du Luxembourg et du futur hôtel «Mama Shelter» prévu pour 2020. De quoi lui assurer la main sur un millier de chambres d'hôtel. Et ce n'est pas tout.
Les deux Sofitel de la capitale passent entre les mains de Batipart.
Une légère hausse des faillites au Luxembourg
Le nombre de défaillances d'entreprise au Luxembourg cumulées sur les six premiers mois de l'année ne progresse que très légèrement par rapport à l'année dernière, a annoncé ce matin Creditreform Luxembourg. Au cours des six premiers mois, 410 déconfitures ont été recensées, soit 3,02 % de plus qu'un an auparavant.
Le nombre de faillites a particulièrement augmenté dans le secteur du bâtiment avec 55 défaillances contre 33 l’année précédente. (Photo: Tania Fellers)