Changer d'édition

Le procès continue mercredi: Première journée devant les juges pour Antoine Deltour
Économie 2 min. 26.04.2016 Cet article est archivé

Le procès continue mercredi: Première journée devant les juges pour Antoine Deltour

Antoine Deltour est l'un des trois lanceurs d'alerte jugés.

Le procès continue mercredi: Première journée devant les juges pour Antoine Deltour

Antoine Deltour est l'un des trois lanceurs d'alerte jugés.
REUTERS
Économie 2 min. 26.04.2016 Cet article est archivé

Le procès continue mercredi: Première journée devant les juges pour Antoine Deltour

Antoine Deltour comparait ce mardi devant la justice pour avoir organisé la fuite de documents fiscaux du cabinet d'audit PricewaterhouseCoopers (PwC), pour lequel il travaillait à Luxembourg. Une première journée où le principal accusé ne s'est pas exprimé.

Arrivé au tribunal sous les applaudissements et aux cris de "Merci Antoine, Merci Antoine!" lancés par une cinquantaine de manifestants, le lanceur d'alerte, Antoine Deltour, 31 ans, est accusé d'avoir organisé la fuite de ces documents fiscaux du cabinet d'audit PricewaterhouseCoopers (PwC), pour lequel il travaillait à Luxembourg.

Pendant cette première journée, il ne s'est pas exprimé, mais est apparu plutôt détendu, souriant devant les photographes à son arrivée.

"C'est un citoyen qu'il faut absolument soutenir dans son courage, dans son désintéressement", a déclaré à l'AFP son oncle, Pierre Deltour.

Le procès a débuté par le témoignage de l'auditeur interne de PwC, Anita Bouvy, qui a raconté comment Antoine Deltour avait pu avoir accès aux milliers de pages de documents confidentiels. Mme Bouvy a mené l'enquête sur plusieurs mois pour savoir qui avait pu accéder aux documents publiés dans les médias.

Dans le dossier personnel de M. Deltour qui a été constitué lors de son départ de PwC en 2010, ce dernier avait fait mention, selon Mme Bouvy, d'une "frustration" car il avait une grande charge de travail. Il y critiquait le fonctionnement de PwC, a témoigné Mme Bouvy.

A la sortie de l'audience, l'avocat d'Antoine Deltour, William Bourdon, a estimé que "la première journée s'était bien passée. Progressivement le puzzle, le grand débat s'écrit sous nos yeux".

Le procès, qui a démarré dans une effervescence peu commune pour la "cité judiciaire" luxembourgeoise - le parvis où sont établis les tribunaux -, doit reprendre mercredi à 13H00 avec l'audition du policier qui a conduit l'enquête.

Il est suivi de près par de nombreuses ONG, alors que le Luxembourg peine à se départir de son image de havre pour les entreprises cherchant à minimiser leur fiscalité, sur fond de forte sensibilisation de l'opinion à ces sujets.

Soutien de la France

Le ministre des Finances, Michel Sapin, a exprimé mardi sa solidarité avec le lanceur d'alerte Antoine Deltour, qui comparaît avec deux autres Français au Luxembourg dans le cadre du procès des LuxLeaks, et lui a proposé l'aide de la France.

"J'ai demandé ce matin à l'ambassadeur de France au Luxembourg et au consulat général de bien vouloir (...) l'aider si nécessaire, dans cette période difficile où il défend l'intérêt général et où pourtant il doit répondre devant une juridiction pénale au Luxembourg", a-t-il ajouté, sous les applaudissements des députés.

M. Sapin a rendu un hommage appuyé à M. Deltour: "C'est grâce à lui que nous avons pu mettre fin à cette opacité qui empêchait les pays européens de connaître la situation fiscale exacte d'un certain nombre de grandes entreprises au Luxembourg", a-t-il rappelé.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Procès LuxLeaks : «Merci Antoine !»
La trentaine de personnes venue ce matin soutenir les prévenus au procès LuxLeaks a accueilli chaleureusement Antoine Deltour à son arrivée vers 8h30 à la cité judiciaire. Mais la forte mobilisation annoncée n’est pas là.
Le comité de soutien devant la cite judiciaire ce mardi matin