Changer d'édition

Le plasma entre dans la bataille anti-covid
Économie 5 4 min. 23.02.2021 Cet article est archivé

Le plasma entre dans la bataille anti-covid

Molecular Plasma Group a pu compter sur des aides d'Etat dans le cadre des soutiens apportés aux start-up innovantes dans la lutte contre l'épidémie covid-19.

Le plasma entre dans la bataille anti-covid

Molecular Plasma Group a pu compter sur des aides d'Etat dans le cadre des soutiens apportés aux start-up innovantes dans la lutte contre l'épidémie covid-19.
Photo : Claude Piscitelli
Économie 5 4 min. 23.02.2021 Cet article est archivé

Le plasma entre dans la bataille anti-covid

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
La start-up Molecular Plasma Group a trouvé le moyen d'intégrer une fine couche de virucide sur des surfaces à usage unique. Le covid déteste, les soignants apprécient par contre...

Deltrian à Fleurus (Belgique) et Family Invest à Niederkorn n'avaient pour l'instant qu'un point commun. Les deux firmes produisaient des masques chirurgicaux. A compter de début mars, une autre similitude les reliera : les deux fabriques disposeront d'une des toutes dernières machines sorties de l'atelier de Molecular Plasma Group (MPG). Idem dans peu de temps pour ECA Med en Flandres. Un nouveau pas pour cette PME luxembourgeoise. Un nouveau pas, surtout, dans la lutte contre le coronavirus.


A researcher at Aalborg University looks at samples from behind a safety screen during the screening and analysis of all positive Danish coronavirus samples for the virus variant cluster B117 from the United Kingdom, in Aalborg, Denmark on January 15, 2021, during the ongoing novel coronavirus (Covid-19) pandemic. - The B117 coronavirus strain, which emerged in Britain late last year, has been shown to be between 40 and 70 percent more contagious than variants which have spread previously. (Photo by Henning Bagger / Ritzau Scanpix / AFP) / Denmark OUT
L'incubateur pour start-up de la santé ouvre à Belval
Le secteur des technologies de la santé emploie déjà près de 1.600 salariés et compte 136 entreprises. Mais l'espoir est que ces activités prennent plus d'ampleur encore. D'où un investissement de 850.000 euros en guise de vitamines.

Pas de doute, la firme a vite réussi son entrée dans le monde des HealthTech. «Ce qui, au départ en 2016, n'était pas vraiment notre ADN, sourit le directeur général Marc Jacobs. Notre milieu, c'était plutôt l'industrie, enfin l'industrie high-tech tout de même.» Il est vrai que tout le monde n'a pas le groupe Ariane Espace, Heineken ou Samsonite dans son portefeuille-clients...  Le ''truc'' de MPG tient en un mot : plasma, cet état physique atteint quand la matière est partiellement ou totalement ionisée.

En clair, les scientifiques et techniciens de MPG rassemblés au Technoport de Foetz ont développé une technologie permettant de greffer des couches extrêmement fines de certaines molécules sur n'importe quel support. «Je dis bien ''greffer'' pas asperger, c'est différent. Nous réussissons à fixer sur des matières des éléments chimiques efficaces qui font quelques dizaines de nanomètres.» Soit approximativement l'épaisseur d'un millième de cheveu humain. Tout cela grâce à un plasma produit à température ambiante, un autre exploit technologique.

Jusqu'alors, ce savoir-faire avait trouvé des applications auprès de fabricants de vitres pour automobiles ou pour un industriel souhaitant coller un film Teflon sans traitement chimique par exemple. Il suffisait juste de passer à l'étape suivante. Plutôt que de concevoir des machines capables d'introduire des molécules sensibles sans les détruire à des substrats, pourquoi ne pas tenter de faire de même avec des anticorps? Les cerveaux de Molecular Plasma Group y ont réfléchi en collaboration avec des chercheurs de l'Université de Louvain, et ont fini par trouver un procédé. Juste au moment où débutait une certaine pandémie mondiale...


(FILES) In this file photo taken on June 16, 2020 Bayern Munich's Dutch forward Joshua Zirkzee (C) and his teammates warm up wearing face masks prior to the German first division Bundesliga football match SV Werder Bremen v FC Bayern Munich in Bremen, northern Germany. - Bayern Munich's young Dutch striker Joshua Zirkzee will be on loan to FC Parma until the end of the season, German club boss Karl-Heinz Rummenigge announced on Febuary 1, 2021. (Photo by Martin MEISSNER / POOL / AFP) / DFL REGULATIONS PROHIBIT ANY USE OF PHOTOGRAPHS AS IMAGE SEQUENCES AND/OR QUASI-VIDEO
De meilleurs masques pour une plus grande protection
Au moment où de nouveaux variants plus contagieux du coronavirus se répandent, il devient nécessaire de porter des masques de meilleure qualité, respectant des normes plus strictes, ou à défaut, un masque chirurgical superposé à un masque en tissu, selon de nombreux experts.

Désormais sur papier, tissu, film plastique ou blouses en Tyvek, la technologie MPG est capable d'intégrer, par exemple, de l'acide citrique. Le plus naturel des virucides, «une chimie simple et sans risque pour laquelle nous avons pu compter avec l'appui du LIST (Luxembourg Institute of health)», note Marc Jacobs. Un CEO qui a donc su convaincre des usines spécialisées dans les masques chirurgicaux de faire appel aux machines made in Foetz.

Car si toutes ces protections faisaient jusque-là barrage à l'intrusion des virus, elles ne les tuaient pas. «Avec le procédé que nous avons mis au point et les machines que nous concevons, il y a la double fonction.» Et voilà qui rassure terriblement les soignants en contact permanent avec l'infection. «D'autant que les produits ne perdent rien de ce qui faisait leur qualité avant comme la respirabilité car la couche greffée est microscopique mais hyper efficace.»

 Et maintenant? «La prochaine étape consistera à concevoir des systèmes de greffe capable d'agir sur de plus grandes surfaces. Passer d'une bande de 40 cm à 1,60m par exemple», pointe Marc Jacobs. L'idée étant notamment de pouvoir équiper des usines sortant des blouses de protection pour infirmiers ou médecins. 


Wi , Firma Fast Track Diagnostics , Siemens Healthineers Company , Esch , Op Sommet , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Ils développent le bon test covid, au bon moment
Fast Track Diagnostics a multiplié son activité par 20 depuis six mois. Il est vrai que la start-up produit des agents de diagnostic y compris pour le covid-19. La voilà qui se retrouve à l'étroit sur son site d'Esch-sur-Alzette.

Pas mal pour une petite société qui, en 2018, prenait son envol grâce au soutien du programme Fit4Start et qui, cette fois, a pu compter sur un financement du ministère de l'Economie dans le cadre de la loi RDI-Covid.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La start-up luxembourgeoise Space Cargo Unlimited compte déjà trois lancements de matériaux vivants dans l'espace à son actif. Y compris des bouteilles de vin dont elle étudie l'évolution loin de la gravité terrestre.
(FILES) This NASA handout image received on March 25, 2008 shows the International Space Station (ISS) on March 24, 2008 as seen from the US space shuttle Endeavour. The Johnson Space Center in Houston, Texas, reported March 12, 2009 that the crew of the ISS was evacuated to the Soyuz escape vehicle as a precautionaery measure after it was discovered that space debris presented a danger to the station. The center later announced an all-clear once the ISS had passed the debris field. On the ISS are NASA’s Expedition 18 Commander Mike Fincke, Russian Flight Engineer Yury Lonchakov, and NASA’s Sandra Magnus.     FILES/AFP PHOTO/NASA PHOTO/HO =GETTY OUT=
La start-up luxembourgeoise a franchi la barre du million de transactions réalisées en station-service via l'appli de paiement qu'elle a développée.
16.10.2018 Luxembourg, ville, Tanken, Tanktourismus, Benzin, Diesel, pollution, Umwelt, Neue Aufkleber, Bezeichnung B7 et E5, Auto, Autos, Schmutz, Verbot   photo Anouk Antony
La start-up développe un système de lunettes capables de détecter toute personne fiévreuse, et donc potentiellement infectée. Une recherche encouragée par le ministère de l'Economie.
La start-up Virtual Rangers s'est spécialisée dans la formation professionnelle assurée via des casques de réalité virtuelle. Le ministère de l'Economie a choisi de soutenir son projet destiné à initier les soignants à la prise en charge des patients covid.
A Foetz, les employés de GCL ont mis leur savoir-faire au service de la protection sanitaire. En développant et en offrant des visières aussi bien à des hôpitaux qu'à des asbl, la société s'est peut-être assuré un marché pour demain.
online.fr, Reportage GCL Technologies, Technoport, plant 2B, the innovation technology center of Guala Closures Group, Piero Cavigliasso, director,   Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort