Changer d'édition

Le plan social sérieusement réduit à Guardian
Économie 2 min. 29.09.2020 Cet article est archivé

Le plan social sérieusement réduit à Guardian

Jusqu'à présent, Guardian employait 450 personnes sur ses deux sites de Bascharage et Dudelange.

Le plan social sérieusement réduit à Guardian

Jusqu'à présent, Guardian employait 450 personnes sur ses deux sites de Bascharage et Dudelange.
Photo : Guy Jallay
Économie 2 min. 29.09.2020 Cet article est archivé

Le plan social sérieusement réduit à Guardian

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Le fabricant de verre ne prévoirait plus 201 suppressions d'emplois mais 62 au terme d'un mois de négociations. Mais si l'OGBL réclame encore un délai de concertation, la direction veut maintenant déclencher le plan social.

Le 24 août dernier, le ministre de l'Economie en personne recevait une délégation du personnel de Guardian. Une rencontre à l'issue de laquelle, Franz Fayot (LSAP) n'avait pas caché sa volonté de peser sur les dirigeants de la société pour qu'ils revoient leur stratégie de réduction du personnel. Il était alors question de supprimer 201 postes des effectifs du spécialiste du verre installé jusqu'alors sur deux installations: Dudelange et Bascharage.

Le coup de pression gouvernementale a-t-il bien porté ses fruits? Pas si sûr, mais toujours est-il que lundi, selon Le Quotidien, la discussion entre la direction et le syndicat OGBL ne portait plus que sur le licenciement de 62 salariés sur les 450 qu'emploie la firme au Luxembourg. Les négociations, ouvertes depuis le 2 septembre, ne portent pas semble-t-il sur la proposition faite par le ministre de Fayot de voir Guardian réorienter sa production sur le territoire national, plutôt que d'envisager la fermeture pure et simple d'un de ses sites (Dudelange).


Wirtschaft, FEDIL Präsidentin Michèle Detaille Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
«Il faut enfin mettre en place des règles claires»
A la suite de l'échec du projet Fage, Michèle Detaille tire les leçons et souhaite éviter de nouveaux dysfonctionnements. La présidente de la Fedil demande «une politique industrielle ambitieuse portée par tous les acteurs».

Impliqué dans les négociations, Alain Rolling n'est pourtant guère satisfait du tour de table avec les représentants de l'entreprise. Car si la réduction de personnels a été revue à la baisse c'est, selon le secrétaire central adjoint de l'OGBL principalement dû au travail du syndicat. Celui-ci multipliant les pistes pour éviter toute casse sociale. La direction s'est montrée visiblement beaucoup moins réactive et ouverte au dialogue. 

D'ailleurs, pour l'heure, elle a repoussé la demande de l'OGBL de prolonger le dispositif de plan de maintien dans l'emploi (signé dans le cadre du plan social) jusqu'en 2025. Une solution qui permettrait pourtant de placer 50 salariés en préretraite et donc d'éviter de gonfler d'autant le nombre de licenciements. Même refus à la proposition de prolonger d'un mois les négociations autour des impacts des choix économiques de Guardian. 

Aussi, Alain Rolling a d'ores et déjà fait savoir qu'il comptait se rapprocher des ministres de l'Economie et du Travail (Dan Kersch - LSAP) pour faire entendre raison au groupe industriel implanté au Luxembourg depuis 39 ans.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Depuis mi-octobre, et l'annonce d'un possible plan social avec 70 emplois menacés, direction de Guardian et OGBL ont mené un bras de fer. Ce lundi, accord a été trouvé pour un plan de maintien dans l'emploi.
21.3. Wi/ITV Guardian , Guus Boekhoudt / et nouv siege Bertrange Foto:Guy Jallay
L'OGBL et la délégation du personnel de Luxguard II ont été informés ce mardi que la direction de l’entreprise comptait finalement procéder à un licenciement collectif. 49 personnes sont concernées par cette mesure.
Der Glashersteller will bis zu einem Sechstel der Arbeitsplätze streichen.
Jean-Paul Olinger, directeur de l'Union des entreprises luxembourgeoises (UEL), estime que le chômage partiel devrait se poursuivre pendant une bonne partie de 2021 et devrait constituer une réponse aux conséquences de la crise. A l'image de ce qui se passe ailleurs en Europe.
Wirtschaft, Interview mit Jean-Paul Olinger, UEL, Unions des Entreprises Luxembourgeoise, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Impactée de plein fouet par les conséquences de la pandémie de covid-19, la compagnie aérienne luxembourgeoise multiplie les destinations pour tenter de répondre au plus près aux attentes de sa clientèle. Une «politique commerciale très agressive» qui aurait permis «d'éviter la catastrophe».
Lokales, Illustration, Luxair Flieger wurde künstlerisch bemalt von SUMO, Flugzeug Boeing 737-8C9, Fluggerät B738 LX-LGU, Ankunft aus Kos  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Des coupes sombres parmi les personnels des deux sites luxembourgeois seraient envisagées. Le syndicat OGBL vient de tirer la sonnette d'alarme alors que des négociations devraient débuter le 2 septembre.
illustration  hight tech hightech guardian ,   arbeit, industrie, arbeiter, , photo: Marc Wilwert