Changer d'édition

Le Luxembourg veut s'allier aux grandes puissances pour conquérir l'espace
Économie 3 min. 29.05.2016 Cet article est archivé
Ambitieux projet spatial

Le Luxembourg veut s'allier aux grandes puissances pour conquérir l'espace

Les différentes matières récupérées sur les astéroïdes, comme des métaux, des hydrocarbures ou même de l'eau, seraient exploitées sur place et serviraient à construire des bases desquelles partirait une exploration spatiale plus lointaine.
Ambitieux projet spatial

Le Luxembourg veut s'allier aux grandes puissances pour conquérir l'espace

Les différentes matières récupérées sur les astéroïdes, comme des métaux, des hydrocarbures ou même de l'eau, seraient exploitées sur place et serviraient à construire des bases desquelles partirait une exploration spatiale plus lointaine.
Photo: Shutterstock
Économie 3 min. 29.05.2016 Cet article est archivé
Ambitieux projet spatial

Le Luxembourg veut s'allier aux grandes puissances pour conquérir l'espace

Maurice FICK
Maurice FICK
Des experts internationaux ont rendez-vous pour la première fois le 3 juin au Luxembourg autour de l'ambitieux projet spatial du Grand-Duché, bien décidé à devenir un pionnier de l'exploitation des ressources minières des astéroïdes.

(AFP) - Des experts internationaux ont rendez-vous pour la première fois le 3 juin au Luxembourg autour de l'ambitieux projet spatial du Grand-Duché, bien décidé à devenir un pionnier de l'exploitation des ressources minières des astéroïdes en fédérant des grandes puissances économiques.

Pour réussir son pari fou d'exploiter les richesses naturelles présentes sur ces blocs de roche, de métaux et de glace, le ministre de l'Économie du Luxembourg, Étienne Schneider, effectue un véritable tour du monde.

Son but: associer d'anciennes gloires de la conquête spatiale à son projet et rallier du même coup à sa cause les gouvernements des Etats dont elles sont originaires.

Pour s'assurer de la possibilité d'exploiter les ressources de l'espace, il faudra, selon toute vraisemblance, adapter le Traité de l'espace de 1967, qui consacre le principe de "non-appropriation de l'espace et des corps célestes".

Schneider: «Je ne veux pas perdre de temps»

"Nous voudrions inviter ces pays à nous soutenir dans notre approche", confie à l'AFP le ministre luxembourgeois, qui a déjà convaincu Jean-Jacques Dordain, ancien directeur de l'Agence spatiale européenne (ESA) et Simon Pete Worden, ancien directeur du centre de recherche Ames de la Nasa.

Les deux hommes ont rejoint le comité consultatif visant à créer au Luxembourg un cadre propice pour faire de ce petit pays la base européenne de l'exploitation minière des astéroïdes, un projet annoncé en février devant la presse internationale.

Etioenne Schneider: «Nous sommes sur le point de finaliser notre collaboration avec (la société spatiale américaine) Planetary Resources» financée par le cofondateur de Google, Larry Page.
Etioenne Schneider: «Nous sommes sur le point de finaliser notre collaboration avec (la société spatiale américaine) Planetary Resources» financée par le cofondateur de Google, Larry Page.
Photo: Anouk Antony

Le gouvernement luxembourgeois recherche maintenant un Asiatique pour rejoindre l'alliance et, du 16 au 18 juin, M. Schneider prospectera au Forum économique de Saint-Petersbourg, pour associer la Russie à l'initiative.

Les États-Unis, eux, ne devraient pas se faire prier pour rejoindre le camp des réformateurs du droit international de l'espace, le Congrès américain ayant déjà pris les choses en main en votant en 2015 son Space Act, qui autorise tout ressortissant américain à prendre possession d'une ressource extraite d'un astéroïde.

Le Luxembourg réfléchit toujours à son cadre légal. "Mon idée consiste à déposer tout ça le plus vite possible. Je ne veux pas perdre de temps, mais profiter de cet élan", explique Etienne Schneider, qui prévoit un dépôt du texte législatif à l'automne.

«Expansion de l'humanité»

Le Luxembourg veut ainsi devenir le premier en Europe à développer un cadre légal et des infrastructures pour faire commerce d'une ressource considérée jusque-là comme appartenant au domaine public.

Le gouvernement luxembourgeois envisage aussi des partenariats publics-privés. Il participe, via sa banque publique SNCI (Société nationale de crédit et d'investissement) au développement d'un vaisseau prototype pour l'exploration future d'astéroïdes, conçu par l'un des précurseurs du marché, Deep Space Industries.

Basée dans la Silicon Valley, cette entreprise américaine a déjà installé en 2015 son siège européen au Luxembourg, où des activités de recherche et des capacités technologiques seront développées dans le cadre de ce projet.

"Nous sommes sur le point de finaliser notre collaboration avec (la société spatiale américaine) Planetary Resources", un autre acteur majeur du marché, précise Etienne Schneider.

Planetary Resources, financée par le cofondateur de Google, Larry Page, vient tout juste d'enregistrer une société au Grand-Duché.

11.000 astéroïdes intéressants économiquement

Elle vise à envoyer des engins dans l'espace pour extraire de la matière sur les astéroïdes, et d'abord sur ceux qui gravitent en orbite autour de la Terre.

Quelque 11.000 astéroïdes représentant un intérêt commercial ont été recensés.

Les différentes matières récupérées, comme des métaux, des hydrocarbures ou même de l'eau, seraient exploitées sur place et serviraient à construire des bases desquelles partirait une exploration spatiale plus lointaine.

D'autres, comme le platine, une matière rare (et donc chère), pourraient en être extraites puis ramenées sur Terre.

A long terme, "cette utilisation innovante de ressources spatiales pourrait mener à une florissante économie de l'espace et offrir un chemin à l'expansion de l'humanité dans le système solaire", s'enthousiasme un site internet dédié, créé par le gouvernement luxembourgeois.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

En pointe dans l'exploitation des ressources minières spatiales, le Luxembourg organise vendredi une «conversation mondiale» de 24 heures entre astronautes et scientifiques, une première, afin de comprendre le rôle des astéroïdes et leur menace.
(FILES) This file computer generated handout image taken on May 15, 2015 and released by the European Space Agency (ESA) on May 15, 2015 shows the impact of the DART (Double Asteroid Redirection Test) projectile on the binary asteroid system (65803) Didymos observed by the AIM (Asteroid Impact Mission) satellite. 

The Asteroid Impact Mission (AIM) is a European Space Agency�s mission, scheduled to be launched in 2020. AIM will travel to a binary asteroid system � the paired Didymos asteroids, which will come a comparatively close 11 million km to Earth in 2022. For a successful joint mission, one spacecraft, DART would impact the secondary of the Didymos binary system in October 2022 while AIM would first characterize the target asteroid (surface and internal properties), observe the impact event and measure any change in the relative orbit. / AFP PHOTO / EUROPEAN SPACE AGENCY / Handout / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / EUROPEAN SPACE AGENCY " - NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS
Le Luxembourg est un modèle à suivre dans l'actualisation de la politique spatiale de la France, dit l'ancienne ministre de la Recherche dans un rapport commandé par le Premier ministre français, Manuel Valls.