Changer d'édition

Le Luxembourg reste attractif pour les investisseurs étrangers
Économie 4 min. 29.06.2022
Etude

Le Luxembourg reste attractif pour les investisseurs étrangers

Le Luxembourg pourrait devenir l'un des pionniers de l'industrie 4.0, estiment les experts d'EY.
Etude

Le Luxembourg reste attractif pour les investisseurs étrangers

Le Luxembourg pourrait devenir l'un des pionniers de l'industrie 4.0, estiment les experts d'EY.
Photo: Shutterstock
Économie 4 min. 29.06.2022
Etude

Le Luxembourg reste attractif pour les investisseurs étrangers

Thomas KLEIN
Thomas KLEIN
En Europe, c'est le Grand-Duché qui a su attirer le plus de projets d'investissement en 2021 par rapport au nombre d'habitants.

Après avoir chuté pendant la pandémie, l'appétit des entreprises pour les investissements est revenu en 2021, du moins en partie. Ainsi, le cabinet de conseil EY a recensé l'an dernier 5.877 projets d'expansion dans toute l'Europe. Une augmentation de 5% par rapport à 2020, mais toujours loin du niveau d'avant la crise. 


Satispay, electronic finance. Luxembourg, Luxembourg - 23. 04. 2019 photo: Matic Zorman / Luxemburger Wort
La technologie financière, un secteur en plein essor
La Luxembourg House of Financial Technologies offre une base aux jeunes prestataires de services financiers innovants du monde entier.

Ainsi, en 2021, les investissements étaient encore inférieurs de 8 % à ceux de 2019 et même de 12 % à ceux de l'année record 2017. En tête du classement EY European Investment Monitor de cette année, publié mardi, se trouvait la France avec 1.222 projets d'investissement, soit une augmentation de 24 %, ce qui est également une conséquence des réformes du gouvernement Macron, comme le font remarquer les experts. La deuxième place est revenue à la Grande-Bretagne avec 993 projets individuels. En revanche, l'Allemagne, avec 841 projets d'investissement, a perdu 10% et se retrouve à la troisième place. 

Pour la première fois, un rapport séparé a été publié pour le Luxembourg, qui s'est très bien comporté en comparaison avec ses voisins européens. Avec 25 projets d'investissement, le Grand-Duché se classe 26e en Europe et aucun autre pays n'a enregistré autant de projets individuels par habitant. C'est nettement plus qu'avant la crise et cela représente une croissance de 39% par rapport à 2020. Mais même au plus fort de la pandémie, le nombre de projets avait augmenté de 28,5 % entre 2019 et 2020. 

Les investissements dans le secteur financier diminuent

Au Luxembourg, c'est toujours le secteur financier qui se taille la part du lion en matière d'investissements, puisqu'il représente un cinquième de tous les projets. En moyenne en Europe, ce chiffre n'est que de 5 %. L'année dernière, le secteur financier était encore responsable de 44 % des projets d'investissement. Cela s'explique d'une part par le fait que l'effet du Brexit s'estompe et que moins de sociétés financières transfèrent leurs activités du Royaume-Uni vers le Luxembourg, et d'autre part par l'augmentation du «travail hybride» pendant la pandémie, ce qui a nécessité moins de surfaces de bureaux.

Les auteurs de l'étude soulignent que seuls les projets qui représentent de nouveaux investissements et qui ont créé des emplois ont été comptabilisés. Les rachats d'entreprises ou l'augmentation de la fortune gérée par des fonds, par exemple, n'apparaissent donc pas dans les statistiques. 

Des opportunités

EY a constaté une augmentation des investissements dans le secteur de la production industrielle, qui représente 28 % des projets. Les auteurs voient dans ce secteur des possibilités de croissance particulières pour le Grand-Duché dans les années à venir. 

Sous l'influence des chaînes d'approvisionnement perturbées lors de la crise sanitaire et de la guerre en Ukraine, de nombreuses entreprises prévoient de raccourcir leurs chaînes d'approvisionnement et de produire à nouveau davantage de composants à proximité de leurs débouchés en Europe. Ainsi, plus de la moitié des décideurs interrogés dans le cadre du rapport ont indiqué qu'ils prévoyaient de rapprocher à nouveau la production des clients. 

Dans ce contexte, l'évolution attendue vers ce que l'on appelle l'industrie 4.0, dans laquelle des installations de production en réseau avec un haut degré d'automatisation permettent des processus de fabrication efficaces, jouera également un rôle. Le Luxembourg a ici la chance de s'établir comme laboratoire d'essai pour les Smart Factories et ce nouveau type de production. Avec sa bonne infrastructure et sa position centrale en Europe pour la logistique, le pays a toutes les cartes en main pour y parvenir, explique Brice Lecoustey, associé chez EY Luxembourg. 

Une fiscalité moins avantageuse

Pour l'année en cours, 43 % des managers interrogés ont déclaré vouloir investir au Grand-Duché. À la question de savoir quel serait le pays le plus attractif en Europe pour les investissements directs étrangers en 2022, le Luxembourg s'est classé neuvième, entre la Suisse et la Suède. 

Parmi les risques pour l'attractivité du pays, la plupart ont identifié la capacité d'attirer et de retenir les professionnels. En outre, le coût élevé de la main-d'œuvre est considéré comme un facteur dissuasif pour les investisseurs. 

La fiscalité, qui était dans le passé une raison importante de choisir le Luxembourg, perd clairement de sa force d'attraction, selon le rapport. Ainsi, 10 % des 500 managers interrogés dans toute l'Europe ont déclaré que le Luxembourg avait perdu beaucoup de son attrait en raison de sa législation fiscale actuelle ou prévue. 42 % ont estimé que le pays était devenu un peu moins attractif. 


Wirtschaft, Yuriko Backes, Partei, DP, Politik, Finanzministerin Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
«La Place financière a beaucoup changé»
La ministre des Finances Yuriko Backes évoque les défis auxquels est confrontée la Place financière et l'impact des crises actuelles sur le budget.

Par conséquent, 44 % des personnes interrogées indiquent que le pays doit réduire la charge fiscale pour rester compétitif. Mais pour les managers, la numérisation de l'administration fiscale est encore plus importante que le taux d'imposition. «Pourquoi en est-il ainsi ? Les investisseurs veulent avant tout s'occuper de leur activité principale. Cela ne comprend pas les relations avec les autorités fiscales», explique Bart van Droogenbroek, responsable de la fiscalité chez EY Luxembourg. 

Si les relations avec les autorités sont numériques autant que possible, les entreprises auront moins à se préoccuper de la conformité et pourront se concentrer sur leur cœur de métier. 

Cet article a été publié pour la première fois sur www.wort.lu/de

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Même si le Luxembourg est l'un des pays européens les moins concernés par la hausse des prix, l'inflation continue de se propager à tous les secteurs de l'économie, dont les activités récréatives.
Pour le président de la Fedil, la pandémie n'a finalement fait qu'accélérer les restructurations. Mais si pour René Winkin, l'horeca et le commerce de détail seront touchés de plein fouet, l'industrie ne devrait pas non plus échapper au phénomène. Explications.
4.3. Wi / PK Fedil nach GV /  Rene Winkin Foto:Guy Jallay
Les banquiers traditionnels obligés d'anticiper le mouvement
«FinTech». Il n'y a pas si longtemps, la contraction de «Finances» et «Technologie» pouvait effrayer dans un pays largement tiré par l'industrie bancaire et financière. La révolution va beaucoup plus vite que prévu et les banquiers traditionnels ont bien compris l'intérêt qu'ils pourraient avoir à ne pas se laisser déborder: les initiatives viennent de tous les côtés et les autres places financières ne chôment pas.
15.11.12 lancement officiel de "Digicash", solution de paiement mobile, photo : Marc Wilwert