Changer d'édition

Le Luxembourg, pays le moins vulnérable à la pandémie
Économie 2 min. 30.11.2020 Cet article est archivé

Le Luxembourg, pays le moins vulnérable à la pandémie

Le Luxembourg, pays le moins vulnérable à la pandémie

Photo: Chris Karaba
Économie 2 min. 30.11.2020 Cet article est archivé

Le Luxembourg, pays le moins vulnérable à la pandémie

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Même si la deuxième vague de covid-19 n'épargne pas le Grand-Duché, ses effets à moyen et long terme devraient être minimes, selon les conclusions publiées lundi du Pandemic vulnerability index. Celui-ci compare l'impact de la pandémie sur les structures du pays.

A en croire l'agence de notation allemande Creditreform Rating AG, le Luxembourg décroche le titre de pays le moins vulnérable parmi les États membres de l’UE face à la pandémie. Avec un score de -0,65 au Pandemic vulnerability index, le pays devance l'Allemagne, le Danemark et la Suède. Des pays caractérisés par «un système de santé de haute qualité, un marché du travail favorable avec peu d'emplois précaires et peu de travailleurs indépendants, ainsi qu'une capacité élevée de travail à distance».

Basé sur cinq critères, le Pandemic vulnerability index classe le Luxembourg parmi les bons élèves dans pratiquement tous les domaines étudiés. Seule exception notable, une vulnérabilité relative plus élevée que la moyenne européenne en ce qui concerne sa structure économique. Une «fragilité» que l'Observatoire de la compétitivité met sous le coup de «l'ouverture au commerce international et une forte intégration dans les chaînes de valeur internationales».

A noter que pour évaluer les capacités du pays à surmonter la crise sanitaire, les membres de l'Observatoire de la compétitivité ont combiné cet index avec «la latitude fiscale». Autrement dit, avec le ratio entre les revenus fiscaux et la dette brute des administrations publiques. Une combinaison de deux critères qui fait que «la situation est relativement bénigne au Luxembourg, au Danemark, en Suède et en Estonie». Caractérisant par là même ces pays comme ayant «une vulnérabilité structurelle relativement faible et une marge de manœuvre budgétaire assez élevée».

Sur le plan européen, le Luxembourg se classe en quatrième position en termes de compétitivité, juste derrière le Danemark, la Slovénie et l'Irlande. Un score identique à 2019. Bien loin des pays voisins, puisque l'Allemagne se classe à la 11e place, la Belgique à la 16e et la France à la 17e. «Cela montre que le Luxembourg avait une position de départ solide avant la crise», a assuré lundi Franz Fayot (LSAP) lors de la présentation du rapport sur la concurrence. Et le ministre de l'Economie de se dire «convaincu que le Luxembourg sortira de cette crise plus fort qu'auparavant». 


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'IMD World Competitiveness Yearbook, mesure étalon en termes de compétitivité, a rendu son verdict. Le Grand-Duché, 15e du classement sur 141 pays, perd trois places par rapport à 2019. Un recul qui s’explique par un manque de talents et des retards en termes de digitalisation.
Actuel président de la Chambre de commerce, Luc Frieden occupait les fonctions de ministre des Finances quand est survenue la crise économique de 2008-9. De quoi lui donner un certain recul sur les turbulences actuelles.
6.7. Wi / Banque de Luxembourg / Table Ronde Glocal Histories of Finance / Geschichte des Finanplatzes Luxemburg / Luc Frieden Foto:Guy Jallay