Changer d'édition

Le Luxembourg occupe le cœur du «système Amazon»
Économie 2 min. 14.05.2021

Le Luxembourg occupe le cœur du «système Amazon»

Selon les conclusions de l'étude de la City University of London, le Grand-Duché occupe une place de premier plan dans la stratégie mondiale d'évitement fiscal du groupe américain.

Le Luxembourg occupe le cœur du «système Amazon»

Selon les conclusions de l'étude de la City University of London, le Grand-Duché occupe une place de premier plan dans la stratégie mondiale d'évitement fiscal du groupe américain.
Photo: Pierre Matgé/archive
Économie 2 min. 14.05.2021

Le Luxembourg occupe le cœur du «système Amazon»

Une étude de chercheurs de la City University of London, publiée ce vendredi, démontre que le Grand-Duché sert d'épicentre au modèle d'optimisation fiscale à l'échelle de la planète du géant américain.

(Jmh avec Thomas Klein) - Si Amazon occupe le devant de la scène depuis les années 1990 pour avoir révolutionné la vente en ligne et avoir été un pionnier dans le streaming ou le recours au cloud, le géant américain a également innové du point de vue fiscal en tirant profit des différences de législation au niveau international. Une face cachée au sein de laquelle le Luxembourg joue un rôle névralgique, selon les conclusions de l'étude publiée vendredi par des chercheurs de la City University of London.


Amazon gagne contre Bruxelles sur ses rabais fiscaux
La justice européenne a validé mercredi les tax rulings obtenus par le géant américain au Luxembourg, désavouant la Commission qui y voyait des aides d'Etat illégales pour un montant de 250 millions d'euros dont elle avait exigé le remboursement.

Réalisée pour le compte du groupe de la gauche au Parlement européen, l'analyse démontre que «le Luxembourg est au centre du système de pertes coordonnées au niveau mondial d'Amazon, qui génère en même temps des bénéfices non rapatriés». En clair, les filiales du groupe implantées au Grand-Duché serviraient de plateforme de répartition des revenus et des pertes générées au niveau international. Le but étant de ne taxer que les bénéfices réalisés aux Etats-Unis, conformément à la législation américaine. 

Une technique efficace puisque selon les calculs des chercheurs, en 2020, Amazon a pu revendiquer 13,4 milliards de dollars (11 milliards d'euros) de pertes après du fisc de l'Oncle Sam, alors que ces filiales internationales engrangeaient la même année 17,2 milliards de dollars (14,1 milliards d'euros) de bénéfices jamais rapatriés aux Etats-Unis. Et donc imposés. Dans ce schéma, les succursales luxembourgeoises «représentent inexplicablement environ 75% de toutes les ventes internationales d'Amazon», constate l'étude.

«Les pertes qu'Amazon produit intentionnellement dans le monde entier sont mises en commun au Luxembourg pour être réclamées pour des crédits d'impôt aux États-Unis», assure Martin Schirdewan, coprésident du groupe de la gauche au Parlement, qui juge que «ce que fait Amazon est à la limite de la légalité». Une affirmation que dément la firme de Jeff Bezos qui justifie de tels montages fiscaux par le fait qu'«il est coûteux de mettre en place, de développer et de maintenir des opérations et des activités internationales (...), ces dernières risquent de ne pas devenir durablement rentables».

Sollicité par nos confrères du Luxemburger Wort, le groupe n'a pas donné suite aux demandes de commentaires quant à cette étude. Pour Martin Schirdewan en revanche, la conclusion de cette étude doit accélérer la mise en place d'une harmonisation au niveau mondial en matière de fiscalité et de transparence. Un processus qui devrait se traduire notamment par l'introduction d'un impôt minimal mondial, à hauteur de 21%. Une idée pour laquelle le Luxembourg s'est officiellement prononcé favorablement.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La justice européenne a validé mercredi les tax rulings obtenus par le géant américain au Luxembourg, désavouant la Commission qui y voyait des aides d'Etat illégales pour un montant de 250 millions d'euros dont elle avait exigé le remboursement.
Le géant de l'e-commerce vient de confirmer son implantation à Metz. Un investissement de près de 300 millions pour mettre en service ce huitième entrepôt français qui pourrait entraîner près de 1.000 embauches. Mais il n'y a pas que des vivats après cette annonce.
(FILES) In this file photo taken on February 02, 2021, an Amazon delivery driver carries boxes into a van outside of a distribution facility in Hawthorne, California. - A week of blockbuster earnings reports from Big Tech culminates Thursday with Amazon revealing profits from pandemic-revved online shopping and growing reliance on internet-hosted services. The e-commerce colossus is among the internet giants whose businesses thrived as precautions against Covid-19 led people around the world to go online for work, school, shopping and socializing. (Photo by Patrick T. FALLON / AFP)
En discussion depuis 2017 au sein de l'OCDE, la mesure est revenue la semaine dernière sur le devant de la scène avec le soutien officiel de l'administration Biden. Si le Grand-Duché assure que cela va «dans le bon sens», la mise en oeuvre concrète de la mesure s'annonce ardue.
Lupe Tax Taxes
Opération communication
Le géant du e-commerce a surpris son monde ce week-end en manifestant sa volonté de déclarer ses revenus dans les pays où il en génère. Il a anticipé de la sorte une initiative de la Commission européenne contre l'optimisation fiscale abusive des sociétés. Celle-ci lance aujourd'hui son plan d'action
Les locaux d'Amazon sur les rives de Clausen.
LuxLeaks: trois cartes pour mieux comprendre
A quelques heures de la publication de nouvelles révélations dans l’affaire LuxLeaks, zoom sur les schémas complexes mis en place par les multinationales. Un système où le Luxembourg joue un rôle actif…