Changer d'édition

Le Luxembourg ne suit pas l'«Airbus des batteries»
Économie 2 min. 15.07.2019 Cet article est archivé

Le Luxembourg ne suit pas l'«Airbus des batteries»

D'ici 2040, les ventes mondiales de véhicules à batterie électrique pourrait atteindre les 54% de part de marché.

Le Luxembourg ne suit pas l'«Airbus des batteries»

D'ici 2040, les ventes mondiales de véhicules à batterie électrique pourrait atteindre les 54% de part de marché.
Économie 2 min. 15.07.2019 Cet article est archivé

Le Luxembourg ne suit pas l'«Airbus des batteries»

Si Chinois et Américains avancent à grands pas sur les batteries électriques, l'UE est à la peine. Aussi, depuis quelques mois, l'idée de créer un consortium pour développer et produire un modèle 100% européen est dans l'air. À l'exemple de ce qui avait donné naissance au projet Airbus.

L’Allemagne et la France viennent de lancer le projet dit «Airbus des batteries». Voilà qui permettrait à terme de bâtir une filière européenne de la batterie électrique. Déjà, l’Italie, la Belgique, l’Autriche, la Finlande et la Pologne ont manifesté leur intérêt à participer à ce regroupement et la Commission européenne vient de donner son feu vert à des aides publiques au projet. 


(From L) German Economy and Energy Minister Peter Altmaier, European Commission Vice-President Maros Sefcovic and French Economy and Finance Minister Bruno Le Maire arrive for a joint press conference after a meeting on May 2, 2019 in Paris. (Photo by ALAIN JOCARD / AFP)
Coup d'accélérateur pour l'«Airbus des batteries»
Bruxelles a donné jeudi son accord de principe concernant le projet de consortium européen de batteries de voitures électriques, jugeant urgent de combler le retard de l'Europe face à la Chine.

Le projet répond à une réelle demande de la part des constructeurs automobiles européens de ne pas dépendre uniquement de fournisseurs non européens. Car dans le domaine, les industriels chinois et américains ont une longueur d'avance.

Une activité porteuse

Comme à la fin des années 60, l'initiative franco-allemande avait permis de créer un leader de l'aéronautique, Airbus, il est maintenant question de s'attaquer au monde de la batterie électrique.


Coup de pouce ministériel pour l'électrique
Afin de favoriser davantage l’électromobilité et de promouvoir la mobilité douce, le gouvernement a décidé de mettre en place des subventions pour l'achat de véhicules électriques. Deux primes distinctes sont donc désormais en vigueur.

Et s'il apparaît aussi important pour l'Europe de se positionner sur ce secteur, c'est que l'activité apparaît comme porteuse. En effet, d'après un rapport de la branche conseil de Bloomberg, d'ici 2040 54% des ventes mondiales automobiles seront dédiées à des modèles électriques ou hybrides. 

Possédant un «ensemble intéressant d'équipementiers du secteur automobile», pour reprendre les mots du ministre de l'Économie Etienne Schneider (LSAP), le Luxembourg pourrait bien avoir sa place parmi les pilotes de cet «Airbus des batteries». Pour l'heure, il n'en sera rien.

L'électromobilité soutenue

«Nous ne disposons ni d'une masse critique d'entreprises, ni des ressources financières et humaines requises pour assumer un rôle proactif dans le cadre d'un projet d'une envergure», a signifié dernièrement le ministre dans une réponse à une question parlementaire adressée par le député Mars Di Batoloméo (LSAP)  


Wirtschaft, Luxembourg-France-Germany Cross Border Digital Tested, Project Day, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
La mobilité autonome en démonstration à Schengen
La voiture autonome existe déjà. Des laboratoires, elle est passée sur les routes de France, d'Allemagne et du Luxembourg. Pour la rendre commercialisable d'ici 2030, les ministres des trois pays ont lancé mercredi à Schengen le premier «site expérimental transfrontalier» européen.

L'interrogation se devait d'être posée sachant que le Luxembourg compte plusieurs producteurs de composants pour batteries - tels que boîtiers et feuilles de cuivre électrodéposées -  à destination du marché des voitures électriques. De plus, le programme gouvernemental porte un regard sur les actions d'électromobilité. «Il suffit de rappeler les initiatives récentes telles que la réalisation du Campus Automobile à Bissen, la participation du Luxembourg au projet transfrontalier de conduite autonome et l'implémentation de plusieurs projets industriels en lien», souligne le ministre de l'Économie.


Sur le même sujet

Le Luxembourg fait un pas de plus vers la mobilité autonome. Après l'expérience de voiture autonome lancée à Schengen, des experts internationaux ont découvert une navette roulant sans chauffeur sur le site de Sales-Lentz à Bascharage.
Selon une étude mondiale, le marché de la voiture connectée génère 82,9 milliards de dollars et 13 % de taux de croissance annuel. De quoi susciter les appétits du Grand-Duché, quelques jours après le lancement du site expérimental transfrontalier sur la conduite autonome.
Transformation du nom, changement de plan de l'entreprise Goodyear: l'élaboration du projet Luxembourg Automotive Campus, annoncée en 2016, prend du retard. Les entreprises du secteur ne se bousculent pas au portillon.
Sur le site du campus, seule la construction du bâtiment de l'entreprise IEE avance à grands pas.