Changer d'édition

Le Luxembourg et le spectre d’un Brexit sans accord
Économie 4 min. 05.09.2019

Le Luxembourg et le spectre d’un Brexit sans accord

Selon les experts, le secteur financier luxembourgeois ne devrait pas trop subir le contrecoup d'un Brexit dur.

Le Luxembourg et le spectre d’un Brexit sans accord

Selon les experts, le secteur financier luxembourgeois ne devrait pas trop subir le contrecoup d'un Brexit dur.
Photo: Pierre Matgé
Économie 4 min. 05.09.2019

Le Luxembourg et le spectre d’un Brexit sans accord

Les experts s'interrogent et échafaudent divers scénarios quant aux conséquences économiques d’un retrait brutal du Royaume-Uni de l’UE. Les perspectives pour le Luxembourg divisent.

(DH avec Thomas Klein) - Les amateurs de thrillers politiques peuvent annuler leur abonnement chez les géants de l’audiovisuel. Aucune série de fiction ne rivalise à l’heure actuelle avec le scénario à rebondissements du Brexit. Toutes les options sont encore possibles et les réponses apportées à la question des conséquences économiques du retrait du Royaume-Uni de l'UE sont toutes aussi incertaines. 

 Quel serait alors l'impact d'un «no deal» sur l'économie? Selon une étude réalisée par le cabinet de conseil en management PricewaterhouseCoopers, un Brexit dur, à lui seul, coûterait à l'industrie financière britannique 6 à 8% de croissance et environ 30.000 emplois à court terme.

14,5 milliards d'exportation

Les conséquences étant extrêmement difficiles à quantifier, d'autres instituts, à l’image d’Oxford Economics, envisagent des répercussions beaucoup plus faibles pour les partenaires économiques du Royaume-Uni. Le Luxembourg  entretient des liens très étroits avec la City et, selon le Statec, le Royaume-Uni est le cinquième partenaire du pays en termes d’exportations. Les deux économies échangeant beaucoup dans le secteur des services.

En 2015, le Luxembourg a exporté pour 14,5 milliards d'euros de services vers la Grande-Bretagne, un chiffre sept fois supérieur aux exportations de biens. Cela signifie en d’autres termes que 16% des exportations luxembourgeoises de services ont pris la direction des îles britanniques et qu’elles représentent le partenaire le plus important après l'Allemagne.


L'Europe aidera le Luxembourg en cas de «no deal»
L’UE se prépare à soutenir financièrement les États membres les plus touchés par les retombées économiques d’un éventuel Brexit sans accord. Tout comme ses voisins économiquement très liés au Royaume-Uni, le Grand-Duché est concerné.

Etant donné qu’environ la moitié des flux étaient des services financiers, l’interaction avec le Royaume-Uni engendre une vulnérabilité certaine. L'agence de notation Standard & Poor's a d'ailleurs établi un «indice de sensibilité» indiquant dans quelle mesure les différentes économies seraient sensibles aux effets d’un Brexit dur.

Après l'Irlande, en raison de sa proximité géographique, le Luxembourg est classé en deuxième position sur une liste de 21 pays comme le montre le graphique ci-dessous.

 

Source: Standard Poor's Financial Services

Des calculs très aléatoires

Marina Steininger (économiste de l'institut allemand IFO) admet que ses calculs n'incluent pas les mesures d'ajustement et les mouvements de capitaux après le référendum concernant le Brexit. Frank Gill, analyste chez Standard & Poor's, souligne également combien il est difficile de calculer les conséquences d'un «no deal». 

«C'était un défi de réaliser une analyse pour le Royaume-Uni. C'est encore plus difficile d’évaluer les effets sur les autres économies. Et cela est particulièrement vrai pour le Luxembourg, avec une concentration inhabituelle dans le domaine de la finance.» «Il faut considérer non seulement les interactions directes entre les deux pays, mais aussi l'effet d'un Brexit sur les autres partenaires commerciaux du Grand-Duché ou les effets sur le climat des affaires», ajoute Ferdy Adam du Comité de direction du Statec.

Un secteur financier bien préparé

De son côté, Nicolas Mackel, CEO de Luxembourg for finance, estime que le secteur financier est bien préparé. «Dans les accords négociés entre l'UE et la Grande-Bretagne, il n'y a rien sur les services financiers. Cela signifie que le secteur financier s’est, dès le début, préparé à un scénario de no deal», assure-t-il. «Toutes les sociétés actives sur les deux places ont mis en place des structures opérationnelles alternatives depuis 2016.» 

C’est ainsi que les institutions financières britanniques ont commencé très tôt à délocaliser leurs activités vers des sites européens afin de garantir le bon fonctionnement de leurs activités. Selon le Statec, 66 entreprises se sont installées au Luxembourg depuis le référendum, dont huit banques, 35 fonds et 14 compagnies d'assurance

D'après Standard & Poor's, 45 milliards d'euros d'actifs de fonds ont migré du Royaume-Uni vers le Luxembourg, cela rien que depuis le début de cette année. Cet afflux engendrera entre 500 et 1.000 nouveaux emplois sur la place luxembourgeoise sans compter les emplois indirects dans d'autres secteurs.

Les statisticiens luxembourgeois concluent donc que les scénarios catastrophe sont injustifiés. «Dans l'ensemble, nous prévoyons de légers effets positifs d'une rupture brutale sur le PIB luxembourgeois pour 2019, puis des effets légèrement négatifs pour 2020 et 2021, mais les conséquences sont de l'ordre du dixième de point de pourcentage», conclut Ferdy Adam.  


Wirtschaft, Finanzministerium,ministère des finances, Pierre Gramegna ,classement des banques    Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
«Nous avons toujours su anticiper»
Finance verte, fintech et AIIB. Le ministre des Finances Pierre Gramegna fait le tour des problématiques qui concernent la place financière.



Sur le même sujet

Boris Johnson capitule
Après avoir perdu sa majorité à la Chambre des Communes et échoué à convoquer des élections anticipées mercredi, le Premier ministre britannique a accepté jeudi matin de ne pas faire d'obstruction au texte législatif demandant un nouveau report du Brexit.
A video grab from footage broadcast by the UK Parliament's Parliamentary Recording Unit (PRU) shows Britain's Prime Minister Boris Johnson as he  speaks to move a motion to hold an early parliamentary general election, in the House of Commons in London on September 4, 2019. - British Prime Minister Boris Johnson on Wednesday called for parliament to vote in favour of holding early elections after MPs dealt a major blow against his Brexit strategy. (Photo by - / PRU / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT " AFP PHOTO / PRU " - NO USE FOR ENTERTAINMENT, SATIRICAL, MARKETING OR ADVERTISING CAMPAIGNS - EDITORS NOTE THE IMAGE HAS BEEN DIGITALLY ALTERED AT SOURCE TO OBSCURE VISIBLE DOCUMENTS
L'Europe aidera le Luxembourg en cas de «no deal»
L’UE se prépare à soutenir financièrement les États membres les plus touchés par les retombées économiques d’un éventuel Brexit sans accord. Tout comme ses voisins économiquement très liés au Royaume-Uni, le Grand-Duché est concerné.
Ces Britanniques qui changent de passeport
L'an dernier, 435 citoyens originaires du Royaume-Uni ont choisi d'opter pour la nationalité luxembourgeoise. Craignant les conséquences du Brexit, ils sont aussi nombreux à avoir choisi de devenir belges, français ou allemands.
(FILES) In this file photo taken on June 28, 2016 A man waves both a Union flag and a European flag together on College Green outside The Houses of Parliament at an anti-Brexit protest in central London on June 28, 2016. - British Prime Minister Boris Johnson announced Wednesday that the suspension of parliament would be extended until October 14 -- just two weeks before the UK is set to leave the EU -- enraging anti-Brexit MPs. (Photo by JUSTIN TALLIS / AFP)
Brexit: l'exode des salariés des banques américaines a commencé
A deux mois du Brexit, l'exode des salariés des grandes banques américaines de Londres vers le continent a commencé, selon des sources proches du dossier qui affirment que les fleurons de Wall Street se préparent également à un divorce acrimonieux entre le Royaume-Uni et l'Union européenne.
A handout photograph released by the UK Parliament shows Britain's Prime Minister Theresa May listening to a question during Prime Minister's Questions (PMQs) in the House of Commons in London on January 30, 2019. - British Prime Minister Theresa May on Tuesday won a mandate from UK lawmakers to try to renegotiate her Brexit deal with Brussels. She is now hoping to unlock the impasse despite Brussels insisting that it will not budge. (Photo by MARK DUFFY / various sources / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - NO USE FOR ENTERTAINMENT, SATIRICAL, ADVERTISING PURPOSES - MANDATORY CREDIT " AFP PHOTO / MARK DUFFY / UK Parliament"