Changer d'édition

Le Luxembourg bloque plus de 87 millions d'euros
Économie 3 min. 18.10.2019 Cet article est archivé

Le Luxembourg bloque plus de 87 millions d'euros

La Cellule de renseignement financier a bloqué plus de 87 millions d'euros l'année dernière.

Le Luxembourg bloque plus de 87 millions d'euros

La Cellule de renseignement financier a bloqué plus de 87 millions d'euros l'année dernière.
Photo: Shutterstock
Économie 3 min. 18.10.2019 Cet article est archivé

Le Luxembourg bloque plus de 87 millions d'euros

Alors qu'en 2017, la Cellule de renseignement financier avait gelé 12,5 millions d'euros, le rapport d'activités de 2018 fait état d'une hausse de près de 75 millions d'euros. Un phénomène qui s'explique par une augmentation de 44% des déclarations envoyées à l'institution.

(DH) - Jamais la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme n'avait été aussi efficace à en croire le rapport d'activités de la Cellule de renseignement financier (CER), mis en lumière par nos confrères de Luxtimes. L'émanation du ministère de la Justice a bloqué plus de 87 millions d'euros, en 2018, contre seulement 12,5 millions d'euros en 2017.

Cette hausse vertigineuse est à mettre en relation directe avec le nombre de 55.948 déclarations envoyées à la CRF sur l'ensemble de l'année 2018, soit 44% de plus qu'en 2017. Toujours à titre de comparaison, la cellule n'avait été saisie que de 1332 déclarations en 2009. Cette très nette augmentation est aussi à mettre en relation avec l'application des mesures BEPS menée par l'OCDE à partir de 2016. 

Pour rappel, le terme de «déclarations» utilisé par la cellule correspond en fait à des  «dénonciations» ou «alertes» qui émanent des différents acteurs de la place financière. 

Sans surprise, le blanchiment arrive très largement en tête des déclarations reçues par la cellule du ministère de la Justice. Au sens de la loi de 2004, «il désigne tout acte concernant la vente de substances médicamenteuses et la lutte contre la toxicomanie», en d'autres termes le trafic de drogue. 

Il est utile de préciser ici que pour près de la moitié des cas recensés, le déclarant n'a pas pu «identifier de transaction suspecte». Il a, selon le rapport,  «identifié d'autres éléments troublants», comme par exemple la mention du client «sur une liste de sanctions ou dans des articles de presse».

Derrière le blanchiment, le nombre de déclarations en rapport avec le financement du terrorisme continue aussi à progresser nettement depuis 2016. Selon la CER, cette augmentation s'explique «essentiellement par la croissance de l'activité économique des acteurs du commerce électronique qui ont leur siège social au Luxembourg». L'analyse des transactions des clients et la vérification des bases de données clients génèrent des soupçons de financement du terrorisme que l'institution se doit de vérifier.

Toujours selon le rapport de la CRF 2018, la corruption représente deux tiers des blocages effectués (64 millions d'euros pour onze opérations).

L'agence luxembourgeoise de lutte contre la criminalité financière a ainsi gelé un nombre record de transactions l'année dernière. Elle a démontré sa volonté d'intensifier ses efforts de lutte contre le blanchiment d'argent avant d'être passée au crible l'année prochaine.

En effet, le Luxembourg est au devant d'un test majeur puisque ces efforts seront analysés, en 2020, par le Groupe d'action financière (GAFI). Ce dernier surveille les progrès réalisés par ses membres dans la mise en œuvre des mesures requises et examine les techniques appliquées en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme. Lors de la dernière inspection de cette autorité, en 2010, le Luxembourg avait été placé sous surveillance renforcée pendant quatre ans.



Sur le même sujet

Parfum de scandale financier sur la Place
85 institutions bancaires luxembourgeoises sont soupçonnées de laxisme dans la déclaration de transactions suspectes pour un montant total de plusieurs milliards d'euros. Une information révélée par le Consortium international des journalistes d'investigation.
Wirtschaft, Fällige Rückzahlung der Bankkredite, Banken, Boulevard Royal, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Le financement du terrorisme en ligne de mire
Un projet de loi examiné ce lundi en commission des Finances vise à optimiser au Luxembourg la lutte contre le blanchiment de capitaux. Surveillance intérieure et coopération internationale en sont les deux axes.
Le Luxembourg entend renforcer ses moyens en matière de traque du blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme
Pas de restriction autour du paiement en cash
Sur la même ligne que la Commission européenne, le ministre des Finances Pierre Gramegna (DP) a indiqué que l'instauration de nouvelles limites aux transactions en argent liquide n'était pas à l'ordre du jour au Luxembourg.
Fraude: le rapport qui inquiète
Comme tous les deux ans, le rapport mondial d'EY sur la fraude comprend des données luxembourgeoises. Ces chiffres inquiètent et justifieraient une actualisation des dispositifs contre la corruption, analyse celui qui dirige l'enquête au pays, Gérard Zolt.