Changer d'édition

Le logement, nouveau levier d'attractivité des artisans
Économie 3 06.02.2020

Le logement, nouveau levier d'attractivité des artisans

Tom Wirion, directeur général de la Chambre des métiers sait que mobilité et prix du logement sont les deux barrières principales pour attirer de nouveaux salariés sur un marché artisanal pourtant en plein boom.

Le logement, nouveau levier d'attractivité des artisans

Tom Wirion, directeur général de la Chambre des métiers sait que mobilité et prix du logement sont les deux barrières principales pour attirer de nouveaux salariés sur un marché artisanal pourtant en plein boom.
Photo: Anouk Antony
Économie 3 06.02.2020

Le logement, nouveau levier d'attractivité des artisans

Maurice FICK
Maurice FICK
Avec plus de 9.400 emplois ouverts dans l'électricité, la pose de carrelages ou le jardinage, le secteur peine toujours à attirer de nouveaux talents. «Ce ne sont ni les postes, ni les salaires qui posent problème» mais bien d'autres freins, décrypte Tom Wirion, le directeur général de la Chambre des métiers, qui planche sur des réponses pour attirer mais aussi garder les salariés.

Qualifiés ou prêts à être requalifiés, une centaine de demandeurs d'emploi triés sur le volet par l'Adem seront ce jeudi après-midi face à 35 patrons artisans en recherche active non pas de «la» pépite mais tout simplement de mains. Et le «jobday artisanat» organisé à la Chambre des métiers pourrait «matcher» pour les trois quarts des candidats à en croire les retours des deux précédentes éditions annuelles. 

Mais ce ne sera qu'une bouffée d'oxygène pour les patrons des secteurs ciblés cette fois - menuiserie, jardinage, électricité et peinture en bâtiment, pose de carrelages - et l'artisanat luxembourgeois en général qui étouffe sous les demandes. Il manque 9.400 salariés pour relever leurs manches et répondre au développement des infrastructures au Luxembourg. 

Parmi les 88.100 salariés qui travaillent dans les nombreux secteurs de l'artisanat, la moitié vivent hors des frontières du pays. Mais nombreux sont ceux qui «se plaignent d'une qualité de vie moindre», affirme Tom Wirion. Le problème majeur des frontaliers étant leur «immobilité» sur les autoroutes et routes qui les mènent avec grandes difficultés tous les matins vers le Luxembourg. 

La piste sur laquelle planchent actuellement Chambre des métiers et Adem consiste à aller chercher des travailleurs dans des viviers plus éloignés, comme cela a été le cas en 2019, au Maroc par exemple. Mais surgit alors aussitôt le souci premier du logement.

Petits et grands patrons d'entreprise ne sont pas logés à la même enseigne mais pourraient bien trouver une issue à ce problème crucial pour mettre un argument de poids dans la balance du recrutement. 

«Nous sommes en train de réfléchir à des modèles de financement pour permettre à toutes les entreprises qui trouveraient des profils intéressants qui devraient venir habiter au Luxembourg de pouvoir offrir, en plus d'un salaire, un logement», assure Tom Wirion.



Sur le même sujet

De nouveaux maîtres artisans à la Chambre des métiers
C'est un des temps forts de l'année pour le petit monde de l'artisanat. La traditionnelle remise des Brevets de Maîtrise et de la Promotion du Travail s'est tenue dimanche au Grand Théâtre de la Ville de Luxembourg en présence du grand-duc héritier Guillaume.
Wirtchaft, Chambre des métiers, remise diplômes de Maîtrise, Le Grand-Duc héritier Son Altesse Royale le Prince Guillaume, Claude Meisch, Dan Kersch, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Un budget 2020 mitigé pour la Chambre des métiers
Dans son analyse publiée vendredi, l'organe représentant les artisans plaide pour un soutien plus franc au développement des zones artisanales et au comblement des besoins en main-d'œuvre. En revanche, les efforts en matière de digitalisation et d'éducation sont salués.
La Chambre des Métiers plaide pour un soutien plus franc au développement des zones artisanales et au comblement des besoins en main d'œuvre
L'artisanat en manque de 9.400 salariés
La pénurie de main-d'œuvre se fait cruellement sentir depuis plusieurs années dans le secteur artisanal du Luxembourg. Compte tenu de perspectives d'avenir guère réjouissantes, la Chambre des métiers tire la sonnette d'alarme.
Près de 5.000 personnes sont recherchées dans le domaine de la construction
Marc Spautz: «On a l'impression que le français n'intéresse plus beaucoup de jeunes»
Membre du CSV depuis 1981, président national du parti depuis 2014, Marc Spautz n'a qu'un objectif pour le mois d'octobre prochain: le retour du parti chrétien-social. Ancien secrétaire général du LCGB, il estime que la politique sociale manque de gens de terrain. Il nous livre son point de vue sur le plurilinguisme, le chômage des frontaliers, et sa vision des législatives à venir.
Face aux députés, Interview Marc Spautz CSV, le 25 Juin 2018. Photo: Chris Karaba
Emploi des plus précaires: «ezbeez», l'abeille cool pour un job
Une start-up luxembourgeoise qui a développé «ezbeez», une application capable de faciliter les contrats de travail courts et souvent pour salariés précaires, tente de boucler un nouveau tour de table financier pour développer sa solution qui intéresse l'Adem mais aussi l'URSSAF en France.
Ugo Loustalet entend bien faciliter la tâche de tous ces petits patrons qui veulent embaucher, parfois pour des durées courtes (Photo: Pierre Matge)