Changer d'édition

Le gendarme de la Place sanctionne la BIL
Économie 10.08.2020 Cet article est archivé

Le gendarme de la Place sanctionne la BIL

Le gendarme de la Place sanctionne la BIL

Photo: Gerry Huberty
Économie 10.08.2020 Cet article est archivé

Le gendarme de la Place sanctionne la BIL

La crise sanitaire n'entame en rien la vigilance de la Commission de surveillance du secteur financier (CSSF), ni sa capacité à sanctionner. Cette fois-ci, c'est la Banque Internationale à Luxembourg qui a été rattrapée par la patrouille. A la clé, une amende de 4,6 millions d'euros.

(DH) - Régulateur de la Place financière, la CSSF poursuit ses missions de  surveillance prudentielle. Dans la foulée de l'affaire des Panama Papers, à la fin de l'année 2017, la commission a sanctionné quatre banques et cinq sociétés de gestion avant d'épingler Havilland, un an plus tard. Cette fois-ci, c'est au tour de la BIL de se retrouver dans le collimateur du gendarme financier qui vient de lui infliger une sanction administrative de 4,6 millions d'euros.  


Les cadres de la lutte contre les crimes fiscaux aimeraient «agrandir» leurs équipes.
La justice financière manque de soldats
Cinq ans après les révélations des LuxLeaks, la lutte contre la criminalité en col blanc ne parvient pas à décoller, d'après les magistrats aux commandes. En cause, le manque de personnel qualifié et des affaires de plus en plus sophistiquées.

La CSSF a prononcé cette sanction en raison de «certaines faiblesses constatées dans son dispositif de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme (LBC/FT)», indique un communiqué de la banque. Ces contrôles portaient sur un échantillon de clients des pays de la Communauté des Etats indépendants (entité intergouvernementale composée de 10 des 15 anciennes républiques soviétiques de l'URSS), «représentant ainsi un nombre limité de clients dont le risque inhérent est généralement considéré comme élevé». 

Par ailleurs, aucune activité de blanchiment de capitaux ou de financement du terrorisme n'a été identifiée. «Nous avons pris les mesures correctives appropriées par rapport aux faiblesses identifiées par la CSSF», assure Marcel Leyers, le CEO de la BIL, dans le communiqué transmis ce lundi.  

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le gendarme financier luxembourgeois formule cette recommandation aux établissements de crédit jusqu'au 1er octobre, suivant en cela l'exemple de la BCE. Objectif: maintenir un niveau de liquidités suffisant et permettre de créditer leurs clients.
Luxembourg Times, Wirtschaft, neues CssF Gebäude, Claude Marx, neuer Generaldirektor,   Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Cinq ans après les révélations des LuxLeaks, la lutte contre la criminalité en col blanc ne parvient pas à décoller, d'après les magistrats aux commandes. En cause, le manque de personnel qualifié et des affaires de plus en plus sophistiquées.
Les cadres de la lutte contre les crimes fiscaux aimeraient «agrandir» leurs équipes.
Malgré le renforcement des contrôles et les nombreuses sanctions prononcées par les autorités du pays, certains acteurs impliqués dans le scandale au Grand-Duché continuent de faire des affaires. Grâce à des clients fidèles parfois dans le viseur de la justice française.
Les habitudes révélées par les Panama Papers persistent chez certaines entreprises du Grand-Duché.