Changer d'édition

Le front syndical sur la Place vole en éclats
Économie 3 min. 19.11.2020

Le front syndical sur la Place vole en éclats

Entre l'Aleba de Laurent Mertz et l'OGBL de Véronique Eischen, associé au LCGB, le torchon brûle.

Le front syndical sur la Place vole en éclats

Entre l'Aleba de Laurent Mertz et l'OGBL de Véronique Eischen, associé au LCGB, le torchon brûle.
Photo: Chris Karaba/archive
Économie 3 min. 19.11.2020

Le front syndical sur la Place vole en éclats

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Dix jours après l'annonce d'un accord de principe entre l'Aleba et les représentants patronaux des banques et des assurances, l'OGBL et le LCGB dénoncent «un cavalier seul» inédit. Le tout, sur fond de remise en question de la représentativité sectorielle.

Habituellement, Véronique Eischen utilise sa verve contre les représentants de l'ABBL ou de l'ACA, pour tenter d'infléchir le cours des négociations. Jeudi, le membre du bureau exécutif de l'OGBL a dirigé sa colère contre l'Aleba, pourtant jusqu'à présent considéré comme un allié. Ou du moins comme un partenaire face aux directions des acteurs de la Place. 


Nouvelle convention collective à venir pour la Place
L'Association luxembourgeoise des banques et banquiers Luxembourg (ABBL) et l'Association des compagnies d'assurance et de réassurance (ACA) ont annoncé lundi soir avoir trouvé un accord de principe avec l'Aleba pour une convention collective pour les années 2021-2023.

Mais depuis qu'un accord de principe autour de la prochaine convention collective sur la Place a été trouvé entre les représentants patronaux et le syndicat ayant conservé de peu la représentativité sectorielle, le torchon brûle. «L'Aleba sont les idiots utiles de l'ABBL», assène sèchement la syndicaliste lors d'une conférence de presse commune avec le LCGB. Comprenez un acteur «qui fait cavalier seul» et qui «ne joue pas dans le sens des intérêts des salariés du secteur financier». 

Plus modéré, Gabriel Di Letizia, président du LCGB-SESF, fait état d'«une situation inédite et incompréhensible» qui rendrait impossible tout front syndical dans le cadre des négociations à venir. Car, depuis quelques jours, la convention collective dans le secteur bancaire a été dénoncée par l'ABBL, amenant de fait le déclenchement de pourparlers entre partenaires sociaux. Pour la convention collective en vigueur, la discussion s'était étalée sur plus de 18 mois avec un compromis signé à contrecœur par l'OGBL et le LCGB.


WI. Classement des banques . Banken,Finanzplatz Luxemburg , Arendt,.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
2019 marque la fin d'un cycle pour la Place
A l'heure des bilans annuels, le «Luxemburger Wort» s'est prêté au jeu de la compilation de données des acteurs du secteur bancaire. Un classement des banques qui démontre les transformations en cours au sein du principal pilier de l'économie luxembourgeoise, avant même l'impact du covid-19.

«Nous constatons que des ajustements doivent être réalisés pour le bien des salariés de la Place», assure Gabriel Di Letizia en référence «à la mise en place très tardive des nouveaux groupes» ou des pratiques «à la tête du client» réalisées au sein des établissements bancaires. Autant de situations dénoncées dans «le catalogue commun de revendications pour l'OGBL/LCGB». A savoir l'intégration de la thématique des faux cadres dans le futur texte, la mise en place de garanties d'emploi ou bien encore des mesures permettant un meilleur équilibre entre vie professionnelle et personnelle. Sans oublier un droit à la déconnexion «d'autant plus important en cette période de télétravail où aucun contrôle n'existe», assure Véronique Eischen qui souhaite évoquer avec le ministère du Travail la question de la représentativité sectorielle de l'Aleba.

Contacté jeudi, Laurent Mertz, secrétaire général de l'Aleba, assure «ne pas vouloir répondre à ces attaques au rabais» et voit dans cette prise de position des deux syndicats nationaux «une tentative de faire glisser le débat sur le terrain politique et non plus social». Autrement dit, de remettre en question la possibilité du syndicat de signer seul une convention collective. «Ce que nous ne souhaitons pas faire», précise le secrétaire général qui assure qu'en cas de perte de la représentativité sectorielle, «l'Aleba jouera le jeu».


L'Aleba garde la représentativité sectorielle
Le syndicat de l'avenue Monterey a eu une entrevue avec le ministre du Travail ce matin à ce sujet.

Le ministère du Travail, contacté jeudi, indique que cette question s'avère «très complexe» puisque les syndicats dotés d'une représentativité nationale «ont le droit d'assister à des négociations sectorielles» et qu'ils peuvent «demander le retrait de la représentativité sectorielle s'ils estiment que les procédures n'ont pas été respectées». Et ce, sans aucun délai par rapport à la tenue des élections sociales. A ce stade, Dan Kersch (LSAP), ministre du Travail, n'envisage pas de se prononcer dans ce dossier.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Des syndicats de la Place en pleine «manœuvre politique»
Une semaine après la charge de l'OGBL et du LCGB sur l'accord de principe trouvé avec le patronat sur le renouvellement des conventions collectives sur la Place, le président de l'Aleba dénonce la «désinformation» de ses homologues. Avec en toile de fond la représentativité sectorielle.
Wort.fr, interview de  Roberto Mendolia, Aleba Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Au tour de l'Aleba de monter au créneau
La sortie commune de l'OGBL et du LCGB remettant en cause l'accord de principe trouvé sur le renouvellement des conventions collectives de secteur des banques et des assurances n'est pas du goût du principal syndicat de la Place. Qui dénonce, vendredi, «un déballage médiatique».
Les syndicats de la Place «déterminés» sur les congés
Quelques jours après la sortie de l'ABBL et de l'ACA dénonçant la mise en oeuvre d'un 26e jour de repos légal «dans des secteurs régis par une convention collective de travail ayant plus de 25 jours», Aleba, OGBL et LCGB veulent «faire entendre raison» aux organisations patronales.
Illu - Finanzplatz - Place financiere - Luxembourg - Photo : Pierre Matge
Aleba et OGBL: le duel que tout oppose
L'OGBL veut devenir le syndicat numéro 1 dans le secteur financier tandis que l'Aleba souhaite conserver sa majorité dans le groupe des services et intermédiation financiers.
Wirtschaft- Face à Face Véronique Eischen (OGBL) et Laurent Mertz (Aleba) foto: Chris Karaba
"S'adapter aux nouvelles réalités"
Quel rôle pour les syndicats dans un monde du travail en pleine mutation? Quels défis pour le premier syndicat de la place financière? Dans le cadre du 100e anniversaire de l'Aleba, son président Roberto Scolati évoque les enjeux passés et à venir.
L'Aleba compte plus de 10.000 membres et dispose de 700 délégués du personnel.