Changer d'édition

Le FMI inquiet pour la croissance mondiale
Économie 4 min. 09.07.2015 Cet article est archivé
Prévisions

Le FMI inquiet pour la croissance mondiale

Le FMI s'attend toujours en 2016 à une embellie de l'activité mondiale. (Photo: AFP)
Prévisions

Le FMI inquiet pour la croissance mondiale

Le FMI s'attend toujours en 2016 à une embellie de l'activité mondiale. (Photo: AFP)
AFP
Économie 4 min. 09.07.2015 Cet article est archivé
Prévisions

Le FMI inquiet pour la croissance mondiale

La croissance économique mondiale devrait retomber cette année à son plus faible niveau depuis la récession de 2009 et reste sous la menace lointaine de la crise grecque, a indiqué le FMI jeudi.

(AFP).- La croissance économique mondiale devrait retomber cette année à son plus faible niveau depuis la récession de 2009 et reste sous la menace lointaine de la crise grecque, a indiqué le FMI jeudi.

Le produit intérieur brut mondial ne devrait plus progresser cette année que de 3,3%, marquant une baisse de 0,2 point par rapport aux prévisions d'avril et un léger ralentissement par rapport aux 3,4% engrangés en 2014, indiquent les nouvelles projections du Fonds monétaire international.

La crise grecque et le risque d'un "Grexit" n'ont pour l'heure pesé qu'à la marge sur la bonne marche de l'économie mondiale, assure l'institution qui maintient d'ailleurs à l'identique sa prévision de croissance pour la zone euro (+1,5%), la France (+1,2%) ou l'Allemagne (+1,6%).

"Les évènements en Grèce ne se sont, jusqu'à présent, pas traduits par une contagion significative. Des mesures appropriées devraient permettre de faire face aux risques s'ils se matérialisaient", assure le FMI.

Mais la récente hausse des taux d'intérêts sur la dette de "certains pays de la zone euro" pourrait annoncer des troubles plus importants. "Certains risques d'un retour de tensions financières demeurent", prévient l'institution.

Ecrasée par la dette et à court d'argent, la Grèce met la dernière main à un nouveau programme de réformes afin de convaincre ses partenaires européens de la garder dans la zone euro.

Le chef économiste du FMI, Olivier Blanchard, a toutefois tenu à relativiser la portée de la crise grecque et son possible impact sur le reste du globe.

"Il n'y a aucun doute que la Grèce a souffert, souffre et souffrira en cas de sortie de la zone euro. Mais l'impact sur le reste du monde devrait rester limité", a déclaré M. Blanchard lors d'une conférence de presse, rappelant que la Grèce ne pesait que "moins de 0,5%" du PIB mondial.

"L'économie mondiale a résisté aux tests de résistance" imposés ces dernières semaines par les évènements en Grèce, a martelé l'expert qui quittera très prochainement ses fonctions et s'est dit "prêt" à faire son autocritique sur l'échec des plans d'aide au pays.

 "Bulle" chinoise

Selon le FMI, l'abaissement de sa prévision mondiale tient en réalité à un facteur déjà relativement ancien et "exceptionnel": le coup de froid subi par l'économie américaine au premier trimestre sur fond d'hiver rigoureux.

"La faiblesse inattendue en Amérique du Nord, qui est la principale responsable de la révision dans les économies avancées, devrait n'être que temporaire", indique le FMI, qui abaisse toutefois nettement sa projection pour les Etats-Unis (-0,6 point à 2,5%) et le Canada (-0,7, à 1,5%).

D'autres risques pourraient à présent se matérialiser dans la seconde partie de l'année et provenant, cette fois, des pays émergents dont la croissance devrait légèrement se tasser cette année.

La Chine, dont le marché boursier traverse une forte turbulence, pourrait connaître de "plus grandes difficultés" à assurer sa transition vers plus de consommation intérieure et moins d'investissements, met en garde le FMI, qui maintient pour l'heure inchangée sa prévision pour le pays (+6,8%).

"L'éclatement de ce qui est clairement devenu une bulle du marché boursier (...) est inquiétant", a pointé M. Blanchard, tout en estimant que le ralentissement de l'activité dans le pays était "sain" afin d'éviter une surchauffe.

Le Brésil et la Russie dans la récession

Autres grands pays émergents, le Brésil et la Russie devraient s'enfoncer cette année encore plus profondément dans la récession avec des contractions respectives de -1,5% et de -3,4%.

Selon le Fonds, le prochain relèvement des taux d'intérêts américains pourrait lui aussi faire tanguer certaines économies en alimentant une volatilité des flux financiers.

"Cela va clairement produire de l'incertitude", a estimé M. Blanchard, prédisant des "perturbations" limitées sur les marchés financiers.

Face à ces incertitudes, le FMI s'attend toujours en 2016 à une embellie de l'activité mondiale (+3,8% de croissance) mais fait preuve de la plus grande prudence.


Sur le même sujet

Après un premier semestre marqué par les confinements, puis «un rebond vigoureux» avec la levée progressive des mesures sanitaires, l'économie de la zone euro affronte ce que la Commission nomme «des perturbations». Au Luxembourg, l'année devrait s'achever avec un recul de 4,5% du PIB.
Paolo Gentiloni
La signature de l'accord commercial sino-américain est une bouffée d'oxygène pour l'économie mondiale, dont la croissance va rebondir cette année. Mais la reprise pourrait être fragilisée par la persistance de risques géopolitiques, a prévenu le Fonds monétaire international (FMI).
(FILES) In this file photo taken on June 30, 2015 a logo is seen outside the headquarters of the International Monetary Fund  in Washington, DC. - Improving US-China trade tensions have eased uncertainty and the world economy may have hit bottom but a sharp slowdown in India is creating a drag worldwide, the International Monetary Fund said on January 20, 2020. However, while the risks to the global economy have lessened, the Washington-based global lending institution cautioned that outcomes "depend to an important extent on avoiding further escalation" between Washington and Beijing. (Photo by Brendan SMIALOWSKI / AFP)
Le gouvernement allemand a relevé mercredi sa prévision de croissance économique pour le pays à 1,8% pour 2015, et s'attend aussi à une croissance de 1,8% en 2016, a annoncé mercredi le ministre de l'Economie Sigmar Gabriel.
Le ministre allemand de l'Economie Sigmar Gabriel. (Photo: AFP)