Changer d'édition

Le dossier Fage suscite toujours des inquiétudes
Économie 2 min. 17.09.2020 Cet article est archivé

Le dossier Fage suscite toujours des inquiétudes

Cela fait déjà quatre ans que la société Fage a émis le souhait de s'implanter entre Dudelange et Bettembourg.

Le dossier Fage suscite toujours des inquiétudes

Cela fait déjà quatre ans que la société Fage a émis le souhait de s'implanter entre Dudelange et Bettembourg.
Photo: Lex Kleren
Économie 2 min. 17.09.2020 Cet article est archivé

Le dossier Fage suscite toujours des inquiétudes

La possible arrivée du fabriquant de yaourts grecs dans la zone Wolser entre Dudelange et Bettembourg est loin d'être actée. Les ministres de l'Economie et de l'Environnement se sont expliqués ce jeudi devant les députés.

(ER) - Quelle consommation d'eau? L'Etat peut-il refuser l'implantation de l'usine? Est-il possible de racheter le terrain? Le projet d'implantation de l'usine de yaourt à Bettembourg pose de nombreuses questions et les politiques n'échappent pas à ces interrogations. 

Les ministres Carole Dieschbourg (Déi Gréng, Environnement) et Franz Fayot (LSAP, Economie) ont évoqué ce dossier «bouillant» ce jeudi devant les députés. «Il s'agit d'un projet d'une envergure énorme et d'ancienne génération», a lancé d'emblée la ministre de l'Environnement. Pour l'élue des Verts, «la consommation des ressources naturelles n'était pas encore analysée comme c'est le cas aujourd'hui» au moment de l'élaboration du projet. 


Ministre Carole Dieschbourg - Foto : Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Le dossier Fage sur le bureau de Carole Dieschbourg
Après que communes et particuliers ont participé à l'enquête commodo/incommodo sur la possible implantation de l'usine de yaourts grecs à Bettembourg, la ministre de l'Environnement reprend la main.

Après l'enquête commodo-incommodo à laquelle ont pris part les communes et les citoyens, le dossier va à nouveau être traité par les ministères de l'Environnement et de l'Economie. Carole Dieschbourg a rassuré les députés que le dossier sera suivi au sein de son administration de manière très intense. Au cours des prochaines semaines, les services des deux ministères vérifieront que l'entreprise grecque respecte la réglementation luxembourgeoise et remplit tous les critères de faisabilité.

«Réduire le niveau de nuisance»

Du côté de l'opposition, les députés CSV ont souhaité aborder les conséquences environnementales de l'arrivée de Fage au Grand-Duché. La production annuelle de 80.000 tonnes de yaourts grecs nécessitera une consommation d'eau importante. Et les députés de craindre une dégradation de la qualité de l'eau potable et un approvisionnement limité de la région.

«Ma priorité est de garder un niveau élevé de la qualité de l'eau et d'assurer qu'il n'y aura pas d'incidences sur les eaux. Le but étant de réduire au minimum le niveau de nuisance», a encore précisé Carole Dieschbourg.


Contacto, ITV Wirtschaftsminister (Fränz Fayot), Foto: Lex Kleren/Contacto
L'Etat prêt à investir 1,2 million pour la venue de Fage
Si l'usine de yaourts venait à s'implanter sur la zone d'activité Wolser, à Bettembourg, le ministère de l'Economie financerait le canal de rejet des eaux usées de l'usine. Une dépense logique aux yeux de Franz Fayot mais qui intervient dans un drôle de climat.

Alors que l'Etat a cédé pour 30 millions d'euros le terrain sur lequel devrait être construite l'usine, les députés ont évoqué la possibilité de racheter le site au cas où Fage ne s'implanterait pas pour une raison ou une autre au pays. Selon l'ancien ministre de l'Economie, Etienne Schneider, les autorités pourraient racheter le terrain au prix de vente (tout en y ajoutant l'index). Une éventualité balayée par Franz Fayot. 

Alors que la Cour des comptes enquête actuellement sur les conditions de cession des 30 hectares de la zone Wolser au groupe grec, les zones d'ombre demeurent importantes dans ce dossier. Pour rappel, le groupe Fage a fait part de son intention de s'implanter au Luxembourg en... 2016. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Fage renonce à s'implanter au Luxembourg
Le fabricant de yaourts grecs ne s'établira pas dans la zone Wolser entre Dudelange et Bettembourg, le projet a été abandonné, confirme mardi le ministère de l'Economie. Les 15 hectares acquis seront rétrocédés à l'Etat au prix de l'acquisition.
A elle seule, l'usine Fage pourrait absorber près de la moitié de la production annuelle des fermes du Luxembourg.
Le projet Fage s'attire les critiques
L'implantation d'une usine de yaourts grecs est loin de faire l'unanimité. A commencer à Bettembourg et parmi les communes rassemblées autour de la préservation de l'Alzette. Tout juste l'industriel peut-il compter sur le soutien (timide) du bourgmestre de Dudelange
Desk, Industriegebiet, Gewerbezone, Corona Virus, Z.I. Wolser, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Le dossier Fage «reste problématique»
La ministre de l'Environnement, Carole Dieschbourg (Déi Gréng), ne cache toujours pas ses doutes sur la pertinence de l'installation de l'usine de yaourts grecs à Bettembourg. La partie publique de l'enquête commodo-incommodo vient, elle, de s'achever.
Carole Dieschbourg, ministre de l’Environnement, du Climat et du Développement durable
Fage, une consultation au goût de polémique
Quatre ans qu'a été dévoilé le projet du fabricant de yaourts grecs de s'installer à Bettembourg. Le dossier arrive, enfin, à l'étape de la consultation publique. A chacun de se faire un avis sur les gages avancés par cette usine dont l'impact sur l'environnement est redouté.
Dieschbourg apporte de l'eau au moulin de Fage
Pour la ministre de l'Environnement, la future usine de yaourts grecs à Bettembourg sera alimentée en eau via une usine de traitement et une station d'épuration. Un ensemble qui entrera en service en 2021.