Changer d'édition

Le covid-19 s'est installé dans les médias sociaux
Économie 2 min. 26.03.2020

Le covid-19 s'est installé dans les médias sociaux

La société Talkwalker utilise l'intelligence artificielle pour mener ses analyses.

Le covid-19 s'est installé dans les médias sociaux

La société Talkwalker utilise l'intelligence artificielle pour mener ses analyses.
Photo: Gerry Huberty
Économie 2 min. 26.03.2020

Le covid-19 s'est installé dans les médias sociaux

Textes, chiffres ou encore images, la société Talkwalker suit de près l'activité sur Internet. Sans surprise, la pandémie de coronavirus a changé la donne même si au cours des derniers jours, les analyses ont démontré un certain ralentissement des conversations liées à la propagation du virus.

(ER avec E.D.) - Le covid-19 fait partie intégrante de la population depuis une dizaine de jours. Pour preuve, la mention de la maladie sur les réseaux sociaux dans le monde a baissé de 13% au cours de la semaine dernière, selon Talkwalker. Basée à Luxembourg, la société analyse le flux des conversations sur les réseaux sociaux dans plus de 180 langues.

La semaine dernière a été marquée par une accélération des informations liées à la pandémie du coronavirus. Une situation de crise qui a poussé de nombreux pays à prendre des mesures extrêmes pour réduire les contacts au sein de la population.

Malgré le fait que 142 millions de mentions de la maladie ont été repérées sur les médias sociaux, le PDG de Talkwalker Robert Glaesener a expliqué à nos confrères du Luxembourg Times qu'il avait «constaté une diminution» du flux sur ce thème. 

«Informer au mieux»

Dans le même temps, la couverture de la pandémie dans les organes de presse a augmenté de façon spectaculaire pour atteindre près de 5 millions de personnes la semaine dernière. «Nous constatons que le travail des journalistes sur le phénomène covid-19 (comme par exemple les implications du confinement) génère toujours beaucoup de trafic», estime Robert Glaesener. 

«Le covid-19 reste encore la conversation du jour, de la semaine, et cela risque de continuer encore un certain temps pendant un ou deux mois», estime le responsable de Talkwalker. Cette dernière a commencé à publier cette semaine un tableau de bord quotidien sur la façon dont la maladie et ses conséquences sont présentées dans le monde. «Notre but est d'informer au mieux les gouvernements, les entreprises et le grand public», avance encore Robert Glaesener, qui est devenu le PDG de cette ancienne start-up qui a vu le jour en 2009. 

Pour mener à bien ses études, Talkwalker utilise notamment l'intelligence artificielle pour écouter, analyser et rapporter ce que les gens disent sur les réseaux sociaux. Outre son siège social à Luxembourg, quelque 300 employés de la société sont basés à New York, San Francisco, Francfort, Singapour et Paris.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet