Changer d'édition

Le coronavirus bouscule la production automobile
Économie 2 min. 07.02.2020

Le coronavirus bouscule la production automobile

Faute d'approvisionnement en pièces détachées, de nombreux constructeurs ont interrompu leur production.

Le coronavirus bouscule la production automobile

Faute d'approvisionnement en pièces détachées, de nombreux constructeurs ont interrompu leur production.
Photo : Guy Wolff
Économie 2 min. 07.02.2020

Le coronavirus bouscule la production automobile

Une partie de l'industrie en Asie, en particulier la Chine, se retrouve paralysée par les mesures de confinement limitant aussi bien le transport des marchandises que le fonctionnement des usines.

(AFP) - En Corée du Sud, le plus grand centre de production automobile du monde est à l'arrêt. Hyundai y a cessé ses opérations, victime de l'épidémie du coronavirus qui paralyse les usines chinoises au risque de déstabiliser des chaînes de production à travers tout le globe. 

Hyundai peut produire 1,4 million de véhicules par an sur son complexe géant d'Ulsan, situé sur la côte pour faciliter les importations de pièces détachées et l'exportation de voitures. Mais ce ballet industriel s'est grippé lorsque l'épidémie de pneumonie virale a conduit la Chine à prolonger la fermeture de ses usines au-delà des congés du Nouvel An. Beaucoup ne rouvriront pas avant le 10 février. Résultat: Hyundai a vu se tarir son approvisionnement en composants de câblage électronique, principalement produits en Chine.


Cargolux Cargo,  Boeing 747-8F, LX-VCH, Aéroport du Findel, Luxembourg, le 11 Octobre 2018. Photo: Chris Karaba
Aéroport, Frachtflugzeug, Avion, Cargo, Cargolux, Boeing, 747, Aéroport, Frachtflugzeug, Flugzeug,
Cargolux réduit ses liaisons régulières avec la Chine
Si la compagnie n'exclut pas d'assurer des vols pour distribuer du matériel médical, elle vient de signifier la nette diminution de ses vols vers la Chine. En cause, le prolongement des festivités du Nouvel An chinois (en lien avec l'épidémie de coronavirus).

Le cinquième constructeur mondial a donc annoncé suspendre toute sa production dans ses usines en Corée du Sud, mettant au chômage technique quelque 25.000 employés. C'est le premier exemple de grande ampleur de l'impact de l'épidémie sur l'industrie hors de Chine. Une interruption de production en Corée du Sud pendant cinq jours pourrait coûter à Hyundai l'équivalent de 450 millions d'euros, selon des estimations.

Hyundai n'est pas seul concerné dans le pays: sa filiale Kia a suspendu l'activité de trois usines lundi, et la branche sud-coréenne du français Renault envisage d'arrêter la semaine prochaine son usine de Pusan. «Les entreprises sud-coréennes dépendent cruellement de la Chine pour leurs pièces détachées. Problème: il suffit d'une pièce manquante pour ne plus rien pouvoir faire», observe Cheong In-kyo, économiste à l'université sud-coréenne d'Inha.

Faute d'autorisation de pouvoir circuler en dehors du pays (ici Corée), des milliers de véhicules attendent de pouvoir embarquer vers les différents marchés mondiaux.
Faute d'autorisation de pouvoir circuler en dehors du pays (ici Corée), des milliers de véhicules attendent de pouvoir embarquer vers les différents marchés mondiaux.
Photo : AFP

Loin de l'Asie, des répercussions sont aussi attendues. L'italo-américain Fiat Chrysler pourrait stopper la production d'une de ses usines européennes faute de composants venant de Chine, a déclaré son patron Mike Manley. «L'industrie manufacturière chinoise est cruciale pour les chaînes de production automobiles. Tout ralentissement ou interruption dans la fabrication d'un composant peut provoquer des engorgements et arrêts d'usines dans des pays comme la Corée, le Japon, l'Iran ou la Tanzanie», observent les analystes de Fitch Solutions.

Aux Etats-Unis, les répercussions seront retardées mais il pourrait y avoir un impact indirect sur les pièces détachées venant d'autres pays et comportant des composants chinois, redoute Kristin Dziczek, du Centre de recherche sur l'automobile d'Ann Arbor. Constructeurs et équipementiers «réfléchissent à la manière de s'adapter. Mais il n'y a pas de capacités de production de la taille de celles de la Chine qui seraient inemployées quelque part pour combler les pénuries», observe-t-elle.


Pedestrians wear face masks in Hong Kong on February 3, 2020, as a preventative measure following a virus outbreak which began in the Chinese city of Wuhan. - Hundreds of Hong Kong medical workers walked off their jobs on February 3, demanding the city close its border with China to reduce the coronavirus spreading -- with frontline staff threatening to follow suit in the coming days. (Photo by Anthony WALLACE / AFP)
Six choses connues sur le coronavirus
Taux de mortalité, niveau de transmission, moment où un malade devient contagieux, période d'incubation: des inconnues empêchent encore de déterminer l'impact mondial de l'épidémie partie de Chine.

Un précédent existe: l'industrie automobile mondiale avait souffert en 2011, après l'arrêt -suite à la catastrophe de Fukushima- de l'unique usine de Renesas Electronics, un groupe japonais dominant alors 50% du marché planétaire des systèmes électroniques de contrôle des freins et moteurs.


Sur le même sujet

«Un vaccin contre le coronavirus dans les six mois»
Alors que l’épidémie de pneumonie virale se répand à travers le monde, le spécialiste du département infection et immunologie du Luxembourg Institute of Health conserve un optimisme mesuré. Le professeur Claude P. Muller répond aux questions que tout le monde se pose.
Un décès à Hong Kong, un premier cas en Belgique
Un Hongkongais est devenu mardi la première personne décédée de l'épidémie virale dans la mégapole et la seconde hors de Chine continentale où le bilan monte à 425 morts. Par ailleurs, la ministre de la Santé belge Maggie De Block fait état d’un premier contaminé en Belgique.
Le coronavirus a fait à ce jour 425 victimes en Chine, plus une aux Philippines et une à Hong Kong
Cargolux réduit ses liaisons régulières avec la Chine
Si la compagnie n'exclut pas d'assurer des vols pour distribuer du matériel médical, elle vient de signifier la nette diminution de ses vols vers la Chine. En cause, le prolongement des festivités du Nouvel An chinois (en lien avec l'épidémie de coronavirus).
Cargolux Cargo,  Boeing 747-8F, LX-VCH, Aéroport du Findel, Luxembourg, le 11 Octobre 2018. Photo: Chris Karaba
Aéroport, Frachtflugzeug, Avion, Cargo, Cargolux, Boeing, 747, Aéroport, Frachtflugzeug, Flugzeug,
Urgence internationale déclarée face au coronavirus
Alors que de nombreux pays durcissaient leurs mesures de précaution face à l'épidémie, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré vendredi que cette propagation constituait «une urgence de santé publique de portée internationale».
This photo taken on January 30, 2020 shows staff members of a funeral parlour wearing protective suits disinfecting a colleague after they transferred a body at a hospital in Wuhan in China's central Hubei province, during the virus outbreak in the city. - The World Health Organization declared a global emergency over the new coronavirus, as China reported January 31 the death toll had climbed to 213 with nearly 10,000 infections. (Photo by STR / AFP) / China OUT