Changer d'édition

Le chômage partiel, un outil de plus en plus utilisé
Économie 3 min. 30.04.2020 Cet article est archivé

Le chômage partiel, un outil de plus en plus utilisé

Plus de 14.000 entreprises ont fait appel au chômage partiel depuis le début de la crise.

Le chômage partiel, un outil de plus en plus utilisé

Plus de 14.000 entreprises ont fait appel au chômage partiel depuis le début de la crise.
Photo: Guy Wolff
Économie 3 min. 30.04.2020 Cet article est archivé

Le chômage partiel, un outil de plus en plus utilisé

Eddy RENAULD
Eddy RENAULD
Depuis la mi-avril, le nombre des sociétés qui ont eu recours à ce dispositif est passé de près de 10.000 à environ 15.000. La réduction des activités, due à la crise du coronavirus, a eu pour effet le déblocage de fonds supplémentaires du gouvernement.

Fin avril, 14.690 entreprises ont eu recours au chômage partiel pour faire face à la crise économique causée par la pandémie de covid-19, ce qui représente l'équivalent de 254.551 salaires versés selon la dernière communication du Comité de conjoncture

Des chiffres en hausse par rapport à ceux avancés par Dan Kersch (LSAP) à la mi-avril. A cette époque, le ministre du Travail évoquait 9.933 entreprises concernées et 180.000 personnes en chômage partiel. Une augmentation de près de 75.000 personnes en l'espace de 15 jours. 


180.000 salariés en chômage partiel
Depuis mi-mars, le gouvernement a déjà débloqué 372 millions d'euros pour assurer 80% du salaire brut d'employés privés de travail en raison de la crise sanitaire. Aujourd'hui, 9.933 entreprises sont concernées.

De nombreux secteurs ont été frappés de plein fouet par le ralentissement de l'économie comme la construction, le commerce, le secteur automobile, l'industrie manufacturière ou encore l'horeca. Et cette tendance à la hausse devrait se poursuivre. Une société pouvant introduire des demandes à tout moment.   

Sur l'enveloppe globale de 989 millions d'euros prévus à ce titre, environ 550 millions ont déjà été versés aux bénéficiaires, soit plus de la moitié de la réserve que le ministère du Travail avait notamment prévue pour tenir deux mois. Ces aides directes non remboursables représentent donc une perte sèche pour les comptes de l'Etat. 

Pierre Gramegna (DP) l'a d'ailleurs rappelé ce mercredi lors de la présentation de son Programme de stabilité et de croissance devant les députés. «L'effort requis pour rétablir la confiance aura un effet sur l'équilibre budgétaire et sur la dette publique sur les années à venir», estimait le ministre des Finances. 


Premier Xavier Bettel: Die erste Etappe raus dem Stillstand beginnt am 20. April.
Le coronavirus créera un déficit de «plusieurs milliards»
Mercredi prochain le gouvernement disposera du recul nécessaire pour annoncer de nouvelles mesures de déconfinement le 11 mai. Mais on «ne changera pas le calendrier scolaire», assure le Premier ministre qui a aussi parlé des effets de la crise sur le budget de l'Etat.

Le chômage partiel pris en charge par l'Etat et couvrant 80% du salaire (100% du salaire social minimum) aura donc un impact sur les finances publiques. En 2020, la dette publique pourrait même atteindre 17 milliards d'euros, soit 28,7% du PIB.

Pour mémoire, le gouvernement s'était engagé au début de la crise à mettre en place des aides directes destinées aux entreprises et aux salariés. «C'est la plus grande action d'assistance au secteur privé jamais entreprise. Dans d'autres pays, on laisse mourir les entreprises les plus faibles pour assurer la survie des plus grandes. Pas au Luxembourg», avait lancé Dan Kersch il y a une quinzaine de jours.   

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'Etat luxembourgeois a déjà dépensé 725 millions d'euros pour accompagner les mesures de chômage partiel depuis la mi-mars. Mais le dispositif sera maintenu «jusqu'au 31 décembre, au moins» a annoncé le ministre du Travail.
Plus de 10,4 milliards d'euros ont été investis par l'Etat pour faire face aux conséquences économiques de la pandémie de covid-19. Un engagement qui aura des conséquences sur les finances de l'Etat avance Pierre Gramegna (DP).
Lok , Coronavirus , Baustellene wieder offen , Post Gare Jallay/Luxemburger Wort
Trois semaines après la présentation du programme gouvernemental de 8,8 milliards d'euros voué à soutenir le fonctionnement des entreprises, l'impact négatif du covid-19 sur le Luxembourg reste encore flou, estime mardi la Fondation Idea qui envisage des effets jusqu'en 2023.
Coronavirus - Leere Plätze - Luxemburg - Lost City - Drone  - bvd Royal -  Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Dans le Plan de stabilisation, présenté mercredi soir, un accent tout particulier a été mis sur les plus petites sociétés et les indépendants. Elles aussi auront leur part des 8,8 milliards d'euros de soutiens annoncés.
Lex Delles, le ministre des Classes moyennes, ministre du Tourisme
Les ministres des Finances, de l'Economie et des Classes moyennes ont présenté, mercredi soir, leur plan pour aider les entreprises du pays à passer la crise. Soit 8,8 milliards d'euros répartis entre dépenses d'urgence, report de paiement et aides au crédit.