Changer d'édition

Le chômage partiel sort du mode «crise covid»
Économie 3 min. 21.05.2021

Le chômage partiel sort du mode «crise covid»

Le secteur de la restauration, notamment, entre dans la "saison de tous les dangers" avec une reprise bien incertaine et des mesures de chômage partiel qui changent de modalités.

Le chômage partiel sort du mode «crise covid»

Le secteur de la restauration, notamment, entre dans la "saison de tous les dangers" avec une reprise bien incertaine et des mesures de chômage partiel qui changent de modalités.
Photo : dpa
Économie 3 min. 21.05.2021

Le chômage partiel sort du mode «crise covid»

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
C'en est maintenant fini des «conditions simplifiées» d'accès aux mesures de chômage partiel. Les dossiers déposés seront désormais soumis aux mêmes règles qu'avant la pandémie après avoir bénéficié à près de 15.000 entreprises luxembourgeoises.

Pour les partenaires sociaux réunis, jeudi, au sein du Comité de conjoncture, les 3.676 demandes approuvées de recours au chômage partiel pour juin ont une saveur particulière. Un parfum de crise qui s'estompe. En effet, les sociétés qui désormais déposeront un dossier pour bénéficier de la couverture de 80% des rémunérations de leurs salariés devront se référer aux mêmes modalités que début 2020. Du temps où le covid n'était pas encore venu bouleverser l'économie du pays.


Wirtschaft, Jugendarbeitslosigkeit in der Corona-Krise, Adem, Arbeitslos, Arbeitsamt, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Le chômage poursuit son lent recul
Si la décrue n'est pas aussi spectaculaire qu'en mars, le nombre de personnes sans emploi a encore diminué au Luxembourg au mois d'avril, indique jeudi l'Adem. Les postes vacants, eux, sont en hausse.

Il en est ainsi fini, à compter du 30 juin, du régime d'exception qui avait été mis en place dès mars 2020, puis modifié en juillet. Le «chômage partiel structurel, simplifié» a vécu. Désormais, l'Etat estime que les entreprises ont eu tout le temps nécessaire pour s'organiser et envisager la reprise d'une activité adaptée au nouveau visage de leurs marchés respectifs. Ce qui semble être le cas au vu du nombre décroissant des demandes d'aides soumises au Comité de conjoncture ces derniers mois. Rien qu'entre mai et juin, ce chiffre a diminué de près de 300 cas. Passant de 4.061 à 3.709 entreprises requérantes, et de fait de 31.342 salariés couverts à 27.030.

Ainsi, pour bénéficier du paiement par l'Etat de 80% de la rémunération des salariés en activité réduite, les entreprises devront justifier d'une des quatre circonstances de base. A savoir : structurelles, conjoncturelles, lien de dépendance et cas de force majeur. C'est d'ailleurs ce dernier mode qui a permis à plusieurs sociétés du secteur de la construction de bénéficier du chômage partiel de la mi-mai à fin juin. En effet, malgré un carnet de commandes conséquent, certaines font face à de telles pénuries d'approvisionnement en matières premières qu'il leur est impossible de travailler. 

Avec ce «retour à la normale» annoncé pour le chômage partiel, les entreprises ne vont-elles pas perdre une béquille qui leur était encore nécessaire pour ne pas tomber? Côté syndical, la réponse est non. Ainsi, pour le LCGB, il est «évident que personne n'a d'intérêt à voir des sociétés fermer. Donc si l'on sent que l'heure n'est finalement pas à la reprise, on adaptera le dispositif d'aide comme cela s'est passé au fil des mois de cette période si particulière», (r)assure le président du LCGB, Patrick Dury.

Même tonalité du côté de Stefano Araujo, représentant OGBL au sein du comité de conjoncture : «Le chômage partiel est un instrument pour que les entreprises puissent continuer à disposer de leur main-d'oeuvre, des qualifications qui leur sont indispensables pour redémarrer. Evidemment qu'il n'y aura pas de miracle au 1er juillet et que soudainement toute l'économie va redémarrer comme avant; il faudra donc bien toujours accompagner les structures encore en difficulté».

Et syndicats, patronat et ministères s'accordent sur un point : il faut maintenir une «phase de vigilance accrue» notamment vis-à-vis des secteurs fragiles comme l'hôtellerie-restauration ou l'événementiel. «Pour ces domaines, comme d'autres, il est plus que temps de réfléchir avec les fédérations ou au niveau des entreprises elles-mêmes à la signature de plan de maintien dans l'emploi», estime Robert Fornieri du LCGB qui craint «de la casse sans cela». 


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Pour atteindre cet objectif, l'Etat s'est doté d'un Fonds spécial de développement. En un an, cette cagnotte a déjà permis de financer 300 projets pour voir se réaliser 3.125 appartements ou maisons accessibles au plus grand nombre. Mais le ministre du Logement a conscience que le rythme doit s'accélérer.
La générosité a ses limites, et d'abord celle de la vérité. Ainsi, le ministère du Travail continue à récupérer les éventuels trop-perçus en matière de chômage partiel mais aussi poursuivre les entreprises indélicates.
A worker pushes crates in Palma de Mallorca on May 11, 2020 as Spain moved towards easing its strict lockdown in certain regions. - One of the worst-hit countries, Spain plans a phased transition through to end-June, with around half of the 47 million population being allowed out to socialise to a limited degree from Monday and restaurants offering some outdoor service. (Photo by JAIME REINA / AFP)
Si le chiffre est relativement stable par rapport au mois dernier, le Comité de conjoncture demande au gouvernement d'autoriser certaines entreprises du secteur de la construction à pouvoir bénéficier du régime actuel pour fin mai-début juin.
23.04.2021, Thüringen, Gera: Ein Mann arbeitet in der Metallabteilung der Lebenshilfe Gera e.V. und bohrt dort ein Gewindestück. Werkstätten für Menschen mit Behinderung hoffen auf bessere Unterstützung. Foto: Bodo Schackow/dpa-Zentralbild/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Si, en février, le Conseil de conjoncture a validé autant de demandes d'entreprises à bénéficier de la prise en charge par l'Etat de 80% des revenus des salariés qu'en janvier, le nombre de bénéficiaires a, lui, bien augmenté.
WDR Fernsehen MENSCHEN HAUTNAH, "Veränderungen - oder die Kunst, es anders zu machen", Ein Film von Ute Hilgefort, am Donnerstag (12.09.13) um 22:30 Uhr.
Der Film begleitet vier Menschen anderthalb Jahre lang auf ihrem Weg zum "anders". Die Dokumentation zeigt, wie schwer es fällt, alte Muster los zu werden und wie beflügelnd es sein kann, wenn das "anders" gelingt! 
- Tim, Ende 30, beginnt nach einem Burnout eine Schreinerlehre.
© WDR, honorarfrei - Verwendung gemäß der AGB im engen inhaltlichen, redaktionellen Zusammenhang mit genannter WDR-Sendung bei Nennung "Bild: WDR" (S2). WDR Presse und Information/Bildkommunikation, Köln, Tel: 0221/220 -7132 oder -7133, Fax: -777132, bildkommunikation@wdr.de