Changer d'édition

Le «bout du tunnel» approcherait à grands pas
Économie 2 min. 28.04.2021

Le «bout du tunnel» approcherait à grands pas

«Contrairement à la crise financière de 2008, la Place est un avantage pour le pays et fait partie de la solution», a rappelé mardi Pierre Gramegna devant les députés.

Le «bout du tunnel» approcherait à grands pas

«Contrairement à la crise financière de 2008, la Place est un avantage pour le pays et fait partie de la solution», a rappelé mardi Pierre Gramegna devant les députés.
Photo: Anouk Antony
Économie 2 min. 28.04.2021

Le «bout du tunnel» approcherait à grands pas

Lors de sa présentation de la situation économique du Luxembourg, mardi à la Chambre, le ministre des Finances n'a pas caché un certain optimisme. Avec comme principale raison le maintien des performances de la Place.

(Jmh avec Morgan Kunzmann) - Après avoir indiqué lundi que les finances du pays allaient «sur la voie du redressement», Pierre Gramegna (DP) a détaillé mardi son raisonnement à la Chambre. Assurant que «l'économie se porte bien» et que «nous voyons la lumière au bout du tunnel», le ministre des Finances justifie cette situation par «les effets du programme de stabilité et de croissance de l'année dernière». Autrement dit, selon lui, par «l'action rapide et précise» du gouvernement.


Ministere des Finances - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Des finances «sur la voie du redressement»
Présent lundi en commission des Finances et du Budget, le ministre des Finances assure que les caisses de l'Etat se remplissent à nouveau en lien notamment avec le recul du chômage. A noter toutefois que le télétravail impacte négativement les recettes, avec une baisse des ventes de carburant.

Alors que les prévisions pour l'année 2020 tablaient sur un recul de 6% du PIB, ce dernier n'aura finalement atteint «que 1,3%» a détaillé mardi Pierre Gramegna qui n'a pas caché sa satisfaction quant au niveau d'investissement réalisé l'an passé, fixé à 4.928 euros par habitant. Ce qui place le Luxembourg «en numéro un au sein de l'UE», a clamé le ministre des Finances en rappelant que le gouvernement a soutenu l'économie à hauteur «d'environ onze milliards d'euros, soit 18,6% du PIB estimé».

Outre le maintien des recettes fiscales, la principale explication à cette situation tient dans l'impact réduit de la crise sur la Place. «Le secteur des services et le secteur financier ont bien pu continuer à fonctionner grâce à nos bonnes infrastructures» n'a pas manqué de souligner le ministre libéral, en référence aux connexions internet haut débit qui ont permis la mise en place rapide du télétravail. Et ce dernier de rappeler l'une de ses phrases favorites: «Contrairement à la crise financière de 2008, la Place est un avantage pour le pays et fait partie de la solution».


Les signes de la relance se dessinent
Le ministre des Finances a fait le point, lundi, sur la situation financière de l'Etat. Si la prudence reste de mise, le bilan permet d'entrevoir une lueur d'optimisme.

Ce qui pousse le locataire de la rue de la Congrégation à estimer que le Luxembourg sera en capacité de respecter son engagement de ne pas franchir le seuil des 30% de la dette publique d'ici 2025. Et ce, «malgré les incertitudes sur l'évolution de la pandémie». Selon les données dévoilées mardi, la dette a atteint 24,9% en 2020 (+2,8%) et devrait grimper jusqu'à 28,7% en 2021 «avant de retomber à 27,6% en 2025», selon les prévisions de Pierre Gramegna. A noter que le gouvernement espère percevoir une aide européenne de 93,5 millions d'euros dans le cadre de la lutte contre la pandémie qui devrait venir s'ajouter aux 2,9 milliards d'euros d'investissements prévus en 2021.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Présent lundi en commission des Finances et du Budget, le ministre des Finances assure que les caisses de l'Etat se remplissent à nouveau en lien notamment avec le recul du chômage. A noter toutefois que le télétravail impacte négativement les recettes, avec une baisse des ventes de carburant.
Ministere des Finances - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
En discussion depuis 2017 au sein de l'OCDE, la mesure est revenue la semaine dernière sur le devant de la scène avec le soutien officiel de l'administration Biden. Si le Grand-Duché assure que cela va «dans le bon sens», la mise en oeuvre concrète de la mesure s'annonce ardue.
Lupe Tax Taxes
Le ministre des Finances a fait le point, lundi, sur la situation financière de l'Etat. Si la prudence reste de mise, le bilan permet d'entrevoir une lueur d'optimisme.
Déjà en lice à la fin de l'année 2017, Pierre Gramegna brigue à nouveau la présidence de l'Eurogroupe alors que l'Europe va devoir gérer une récession historique. Rencontre avec le ministre des Finances qui évoque aussi l'impact du covid-19 sur le secteur bancaire et les scénarios de l'après-crise.
Wi,Classement des banques -ITV Pierre Gramegna.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
L'effort des mesures anti-crise par rapport à la richesse produite au Grand-Duché est important. Il devrait atteindre près de 19% du PIB national. Un ratio qui classe le pays parmi les cinq Etats les plus engagés à soutenir son économie par rapport à sa capacité économique.
Actuel président de la Chambre de commerce, Luc Frieden occupait les fonctions de ministre des Finances quand est survenue la crise économique de 2008-9. De quoi lui donner un certain recul sur les turbulences actuelles.
6.7. Wi / Banque de Luxembourg / Table Ronde Glocal Histories of Finance / Geschichte des Finanplatzes Luxemburg / Luc Frieden Foto:Guy Jallay