Changer d'édition

Le 26e jour de congé sur la Place fait toujours débat

Le 26e jour de congé sur la Place fait toujours débat

Photo: Guy Wolff
Économie 2 min. 08.05.2019

Le 26e jour de congé sur la Place fait toujours débat

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Le conflit qui oppose syndicats du secteur bancaire et représentants du patronat sur l'application d'un nouveau jour de congé reste d'actualité malgré la tenue, mardi, d'une réunion spécifique. Les syndicats prévoient d'ores et déjà «une série de mesures».

La réunion de la commission paritaire qui s'est tenue mardi après-midi entre syndicats et  ABBL n'aura pas permis de débloquer la situation sur l'implémentation d'un 26e jour de congé dans tous les établissements de la Place. Idem pour celle qui s'est tenue ce mercredi matin entre syndicats et l'ACA dans le secteur des assurances. 

Au coeur du conflit, le refus des organisations patronales de systématiser pour tous les salariés la mesure, votée à la Chambre à l'unanimité fin mars. Pour l'ABBL et l'ACA, l'octroi de ce jour de congé supplémentaire pour les plus de 50 ans ne saurait être acceptable vu que ces salariés bénéficient de dispositions spécifiques, prévues dans les conventions collectives sectorielles. Des dispositions qui leur permettraient de disposer, selon les organisations patronales, d'«entre 36,5 et 38,5 jours de congé» chaque année.

Nous avons appliqué la nouvelle loi  

Un calcul que dénoncent unanimement l'Aleba, l'OGBL-SAB et le LCGB-SESF qui n'hésitent pas à parler de «calcul mensonger». Mercredi, les syndicats ne cachent pas leur «déception», voyant dans le maintien de cette position non seulement «un refus d'appliquer la loi» mais aussi «une atteinte à l'esprit des conventions collectives». Laurent Mertz, secrétaire général de l'Aleba, indique ainsi qu'«une série de mesures sont d'ores et déjà prévues». 

Et le représentant du principal syndicat de la Place, fort de la représentativité sectorielle malgré un score aux dernières élections sociales sous la barre des 50%, d'indiquer que ces dernières «seront détaillées ultérieurement». Contacté mercredi, Marc Hengen, administrateur-délégué de l'ACA indique que «tout comme l'ABBL, nous avons appliqué la nouvelle loi, à savoir que les personnes qui n'avaient pas plus de 25 jours de congé dans notre convention collective les ont désormais et ceux qui en avaient plus n'en bénéficient pas».

Pour le représentant du secteur des assurances, tout comme pour son homologue de l'ABBL, Serge De Cillia, les échanges tenus avec les syndicats «ne sont pas des négociations» car cet aspect «n'a pas été discuté ni entre le gouvernement et le patronat, ni entre le patronat et les syndicats». À ce jour, aucune nouvelle réunion entre les deux parties n'est programmée.


Sur le même sujet

Les syndicats de la Place «déterminés» sur les congés
Quelques jours après la sortie de l'ABBL et de l'ACA dénonçant la mise en oeuvre d'un 26e jour de repos légal «dans des secteurs régis par une convention collective de travail ayant plus de 25 jours», Aleba, OGBL et LCGB entendent «faire entendre raison» aux organisations patronales.
Illu - Finanzplatz - Place financiere - Luxembourg - Photo : Pierre Matge
Débat autour des congés légaux sur la Place
Une semaine après l'adoption à la Chambre d'un jour de repos légal supplémentaire, la question de l'application de la mesure pose question. Notamment dans le secteur financier où l'ABBL et l'ACA regrettent que «la politique de l'arrosoir soit une nouvelle fois utilisée».
Place financière Luxembourg - photo : Pierre Matgé
Aleba et OGBL: le duel que tout oppose
L'OGBL veut devenir le syndicat numéro 1 dans le secteur financier tandis que l'Aleba souhaite conserver sa majorité dans le groupe des services et intermédiation financiers.
Wirtschaft- Face à Face Véronique Eischen (OGBL) et Laurent Mertz (Aleba) foto: Chris Karaba
Secteur bancaire: La convention collective à l'arrêt
En même temps mais dans deux endroits différents, l'OGBL et le LCGB ont réclamé au ministre du Travail l'introduction d'un droit à la déconnection. Dans le secteur bancaire et financier, les atteintes au droit sur le temps de travail bloquent les avancées pour la nouvelle convention collective.
Bereits am Montag hatten die Verbraucherschützer der ULC luxemburgische Mobilfunkanbieter gewarnt, sie sollten nicht versuchen die EU-Roaming-Kostenregelung zu umgehen.