Changer d'édition

La voix des jeunes artisans au milieu du déconfinement
Économie 5 min. 16.04.2020 Cet article est archivé

La voix des jeunes artisans au milieu du déconfinement

Alexa Ballmann est la première femme à diriger la fédération des jeunes artisans.

La voix des jeunes artisans au milieu du déconfinement

Alexa Ballmann est la première femme à diriger la fédération des jeunes artisans.
Photo: Chris Karaba
Économie 5 min. 16.04.2020 Cet article est archivé

La voix des jeunes artisans au milieu du déconfinement

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Alexa Ballmann sera une des trois femmes à participer au comité chargé par le gouvernement de veiller à ce que le déconfinement se déroule au mieux pour les professionnels. Et la présidente de Jonk Handwierk n'entend pas rester muette.

Décider des premières mesures de déconfinement est une chose. Le Premier ministre, Xavier Bettel (DP) l'a fait mercredi. Mais à l'heure où le Luxembourg est encore fébrile face au covid-19 (68 décès et 205 patients hospitalisés), quels seront les effets secondaires de la reprise des diverses activités? C'est pour suivre ces impacts que le gouvernement a décidé de constituer un groupe de six personnalités au profil varié. Et autour de la table, Alexa Ballmann, présidente de la plateforme Jonk Handwierk ("Jeunes artisans").

L'esthéticienne en a été informée mercredi. Et passée la surprise, elle a pris la mesure de ce qui l'attendait. «Je serai la voix de l'artisanat et, en particulier, de ces jeunes chefs d'entreprise qui ont eu le courage de se lancer dans la reprise ou la création d'une activité et qui se retrouvent pris dans cet ouragan. Car avant que l'un ou l'autre de ces artisans de moins de 40 ans ne relève le rideau de son commerce, ne remette en route ses machines ou s'occupe à nouveau de ses clients en appliquant les fameux gestes barrières, il y a encore des choses à régler.»

D'accord, les chantiers reprennent ce lundi 20 avril. Mais tous les artisans ne seront pas concernés par cette relance de l'activité. Coiffeurs, fleuristes, graphistes... «Et les temps sont durs», rappelle celle qui, du matin au soir, reçoit des appels de ses homologues sans rentrée d'argent depuis des semaines et qui voient les factures tomber. «Ce n'est pas parce qu'un artisan a plus que neuf ou dix salariés qu'il est riche, tacle la jeune femme en écho aux propos polémiques du ministre du Travail, Dan Kersch (LSAP).


Déjà 16,5 millions pour les petits entrepreneurs
Très petites entreprises et indépendants étant plus vulnérables dans la crise économique, la direction des Classes moyennes a décidé de veiller prioritairement sur leurs aides. En huit jours, 3.300 bénéficiaires ont déjà été indemnisés.

Alors oui, avant de parler masques, gants, peur de croiser l'autre, il faut discuter des aides accordées aux PME, TPE et indépendants. «Dans ce que nous avons vu des aides du gouvernement, on a vraiment l'impression d'avoir été -au mieux- oubliés, -au pire- dédaignés.» Car si les salariés bénéficieront du chômage partiel, le chef d'entreprise d'une structure de moins de 10 salariés ne touchera que 5.000 euros en tout et pour tout, quand ce n'est pas 2.500€ seulement pour les indépendants. Une aide malheureusement pas ouverte à tous, déplorent certains.

Les initiatives poussent

«Très difficile», estime Alexa Ballmann. Qui entend donc militer au sein du groupe désigné par le gouvernement pour que celui-ci soutienne un peu plus «ceux qui ont osé, créé des emplois et produit des richesses pour l'ensemble du pays jusqu'à cette crise du covid-19. «Pas un cadeau, mais un soutien à hauteur des enjeux.» Après tout, avec ces quelque 7.500 entreprises et ces 94.000 personnes, l'artisanat ne représente-t-il pas le premier employeur et formateur du pays?

Et pour demain? Bien sûr que Jonk Handwierk et ses membres sont préoccupés par la santé de celles et ceux qui reprendront le travail. Pour les protections (au-delà des 3,5 millions distribués aux habitants), la présidente des jeunes artisans se réjouit de l'action de l'armée et de la Chambre des métiers qui mettent en place une vaste distribution, depuis ce vendredi au Findel, pour le secteur du bâtiment d'abord. Mais d'autres initiatives sont à souligner. Comme ces guides rappelant les attitudes sanitaires à adopter qui sont rédigés ici et là en fonction des missions ou la création, toujours via la Chambre des métiers, d'un groupement d'achats pour passer une commande globale de masques à meilleur tarif, etc.

«Le Jonk Handwierk entretient une bonne collaboration avec le gouvernement, et notamment le ministre des Classes moyennes. Je suis persuadé que cela nous amènera à élaborer ensemble des solutions et pistes de sortie du confinement adéquates et en temps voulu» , veut maintenant positiver celle dont le salon d'esthétique est à l'arrêt depuis près d'un mois.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

180.000 salariés en chômage partiel
Depuis mi-mars, le gouvernement a déjà débloqué 372 millions d'euros pour assurer 80% du salaire brut d'employés privés de travail en raison de la crise sanitaire. Aujourd'hui, 9.933 entreprises sont concernées.
Un soutien financier aussi pour les indépendants
Des aides pour les uns, des soutiens pour les autres mais les milliers de salariés sous statut d'indépendant au Luxembourg semblaient écartés du plan de stabilisation. Ce mercredi le gouvernement leur promet 2.500 euros d'indemnité.
Des aides inédites au secours des PME
Dans le Plan de stabilisation, présenté mercredi soir, un accent tout particulier a été mis sur les plus petites sociétés et les indépendants. Elles aussi auront leur part des 8,8 milliards d'euros de soutiens annoncés.
Lex Delles, le ministre des Classes moyennes, ministre du Tourisme