Changer d'édition

La ville de demain passera par la planification durable
Économie 4 min. 08.02.2021 Cet article est archivé

La ville de demain passera par la planification durable

Le bâtiment du centre commercial de Gasperich a déjà été développé «avec un triple impact positif à l'esprit», assure Matteo Perino, directeur de Nhood.

La ville de demain passera par la planification durable

Le bâtiment du centre commercial de Gasperich a déjà été développé «avec un triple impact positif à l'esprit», assure Matteo Perino, directeur de Nhood.
Photo: Anouk Antony
Économie 4 min. 08.02.2021 Cet article est archivé

La ville de demain passera par la planification durable

Le prestataire de services immobiliers Nhood ambitionne contribuer au développement de quartiers urbains durables. Son idée, concevoir un environnement bâti qui se développe en fonction de l'habitat naturel environnant, en se concentrant sur les impacts écologiques, climatiques et sociaux.

(ASdN avec Nadia Di Pillo) - Urbanisation, changement climatique et mobilité se trouvent aujourd'hui au cœur des préoccupations des promoteurs immobiliers. Désormais, il ne s'agit pas de construire plus, mais de construire différemment. Autrement dit, en se tournant vers la construction dite «régénérative», avec l'idée de concevoir l'environnement bâti de manière à ce qu'il se développe en même temps que l'habitat naturel environnant.

C'est du moins ce que l'Association familiale Mulliez (AFM) a entrepris de faire. Originaire du nord de la France, la société implantée dans toute l'Europe s'est en effet fixé pour objectif de contribuer de manière importante au développement d'écosystèmes urbains attrayants. A cette fin, elle a créé une nouvelle société baptisée «Nhood», forme abrégée de «neighborhood» qui signifie «quartier» en anglais. Son but : «créer des valeurs utiles et durables pour et avec les habitants de la ville et du pays».

Concrètement, il s'agit en réalité d'une nouvelle réorganisation interne. Autrement dit, la séparation des actifs de la Foncière Ceetrus - qui s'occupe notamment des centres commerciaux du Kirchberg et de la Cloche d'Or - et de la société Nodi d'une part, et la fusion des employés de Ceetrus et de Nodi au sein de la nouvelle société Nhood d'autre part.

Nhood Luxembourg vise ainsi à «animer, co-créer, transformer et régénérer» des sites en de nouveaux espaces de vie capables de «résister au changement climatique et à la crise sanitaire», précise son directeur Matteo Perino à nos confrères du Luxemburger Wort. «Il s'agit de créer des espaces mixtes qui ont un triple impact positif sur l'environnement, les personnes et l'économie», détaille-t-il encore.

L'exemple de la Cloche d'Or

De son côté, le président de la société Antoine Grolin voit plus loin. Avec la volonté de devenir «des gardiens de quartiers entiers», ambitionne-t-il. A l'en croire, l'enjeu est multiple et se jouera sur plusieurs fronts. Il s'étendra ainsi tant aux logements, aux bureaux qu'aux installations médicales, culturelles et sportives. L'équipe souhaiterait également «désartificialiser» des quartiers entiers.  

Verte, compacte et mixte - voilà donc à quoi devrait ressembler la ville de demain. En Europe, une quarantaine de zones ou quartiers basés sur ce modèle devraient ainsi être développés, notamment en France, en Espagne ou en Roumanie. Mais le Grand-Duché n'est pas en reste. Le centre commercial de la Cloche d'Or, au cœur de la capitale, est en effet considéré comme un exemple «parfait» de développement de sites durables et axés sur la communauté. 

Un fort potentiel de développement

Et le Luxembourg aurait même «une longueur d'avance», assure Matteo Perino. Le bâtiment du centre commercial aurait en effet déjà été développé «avec un triple impact positif à l'esprit». En 2019, le projet a ainsi reçu le certificat de durabilité BREEAM. Mais pour le directeur de Nhood, le potentiel du Grand-Duché ne s'arrête pas là, disposant d'atouts de taille concernant le «renouvellement ou de revitalisation des sites».

Si 23 projets sont déjà en phase de développement à travers l'Europe, l'entreprise de la famille Mulliez voit les choses en grand, beaucoup plus grand. Avec notamment un portefeuille d'environ 300 sites de vente au détail et un potentiel de 30.000 unités résidentielles. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'échevin en charge de la Mobilité de la Ville de Luxembourg répond aux vives critiques de l'opposition communale. Des accusations concernant le traitement des piétons qu'il considère tout bonnement injustifiées.
Ein Verkehrsaudit hatte der Hauptstadt im Jahr 2015 zahlreiche Mängel bescheinigt.
La publication, mercredi, des conclusions d'un audit ignoré alors qu'il pointait du doigt la situation compliquée des piétons dans la capitale n'a pas manqué de faire réagir l'opposition municipale. Dans un communiqué, déi Lénk dénonce «une inaction délibérée» de la part de Lydie Polfer.
Lokales, Zebrastreifen, Fussgängersicherheit, boulevard Royal, Porte Neuve Foto: Luxemburger Wort/Anouk Antony
Si les autorités communales de la capitale pointent du doigt la crise sanitaire, les retards du chantier - qui devait initialement se terminer fin 2021 - seraient également liés à l'appel d'offres en cours.
In die Fassade vom 50 Meter hohen Turm werden unter anderem Vogelnester und Nistplätze für Fledermäuse integriert.
D'ici à l'horizon 2040, le Grand-Duché pourrait être habité par quelque 900.000 résidents, dont une partie devrait venir s'implanter à Luxembourg-ville et sa périphérie. Pour y faire face, de nouvelles infrastructures verront le jour, organisées autour de «l'épine dorsale» des transports en commun.
Newsdesk, Illustration Tram, Luxtram, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Le projet de développement urbain de l’ancien site d’Esch-Schifflange a été officiellement acté vendredi. Le concept retenu, mené par Agora, mettra notamment l'accent sur la mobilité douce et le logement abordable.
Ehemaliges Stahlwerksgeländes Esch/Schifflange - ARBED - Esch-Schifflange - Foto : Pierre Matgé/Luxemburger Wort