Changer d'édition

La vague de faillites pas encore en vue
Économie 4 min. 18.01.2022
Economie

La vague de faillites pas encore en vue

Les entrepreneurs ont puisé dans leurs économies pour maintenir leur activité à flot.
Economie

La vague de faillites pas encore en vue

Les entrepreneurs ont puisé dans leurs économies pour maintenir leur activité à flot.
Photo: Pierre Matgé
Économie 4 min. 18.01.2022
Economie

La vague de faillites pas encore en vue

Mélodie MOUZON
Mélodie MOUZON
1.199 entreprises ont mis la clé sous la porte en 2021. Un nombre quasiment identique à celui de 2020, grâce aux aides mises en place suite à la crise sanitaire.

Le tsunami tant redouté n'est pas (encore) en vue. Malgré les nombreux remous engendrés par la crise, les entreprises luxembourgeoises se maintiennent à flot. Preuve que les plans d'aide et les «béquilles» financières mis en place depuis le début de la pandémie dans tous les secteurs d'activités ont permis aux entreprises de garder la tête hors de l'eau. 


Wort.fr, Chantier pont CFL devant traverser l’autoroute A3, Croix Gasperich, CFL, Pont, Brücke, Arbeiter, Schweißen, Soudure, Ouvrier, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
L'économie luxembourgeoise retrouve le moral
L'éclaircie se confirmerait-elle pour les entreprises du pays? En tout cas, les conclusions du dernier sondage réalisé par la Chambre de commerce s'avèrent optimistes sur la reprise.

Avec 1.199 faillites prononcées par les tribunaux l'année dernière, la situation reste stable par rapport à 2020, qui avait vu 1.206 entrepreneurs mettre la clé sous le paillasson. Ils étaient 1.239 en 2019. « Effectivement, les chiffres n'ont pas encore explosé. Cela prouve que les aides ont rempli leur rôle à ce niveau-là. Beaucoup d'entrepreneurs ont réussi aussi à garder leur entreprise à flot grâce à ce qu'ils avaient épargné et aux précédents bénéfices engrangés avant la crise», analyse Emilie Pirlot, project coordinator à la House of Entrepreneurship.

Le secteur des services le plus impacté

Le secteur des services reste le plus impacté, avec 836 faillites déclarées en 2021 contre 882 en 2020. Soit une légère baisse de 5,22%, selon les chiffres fournis par les tribunaux et analysés par Creditreform Luxembourg, une société spécialisée en recouvrement de créances et en informations économiques . Un léger recul est également constaté dans le secteur Horesca, avec 116 faillites contre 128 l'an dernier et 171 en 2019. On est donc loin pour le moment de l'hémorragie annoncée.

Certains secteurs ressentent cependant plus fortement l'impact de la crise. Ainsi, les faillites dans le secteur du commerce sont en hausse de 14,02% et atteignent presque le niveau d'avant la pandémie. Ce sont d'ailleurs les entreprises de ce secteur, et celles des services, qui contactent le plus fréquemment la Chambre de Commerce pour se faire aider et accompagner. 

L'augmentation la plus importante se marque dans le secteur de la construction. Malgré une bonne conjoncture, les faillites ont nettement augmenté au niveau des entreprises spécialisées dans le bâtiment. 112 sociétés ont mis la clé sous la porte en 2021, contre 92 l'an dernier. Soit une augmentation de 21,74%. Il s'agit essentiellement de petites entreprises.

2021 a aussi été marquée par d'importantes pertes d'emploi. Plusieurs entreprises de renom ont en effet déposé le bilan, comme la société Socoma Construction Luxembourg à Bridel, où 40 personnes se sont retrouvées sans travail.

Mais près de deux ans après le début de la crise, les entrepreneurs sont, pour certains, à bout de souffle. «Certains n'ont pas fait faillite car ils se disaient que cela irait mieux. Ils sont aujourd'hui à court de ressources personnelles», explique Emilie Pirlot. Il faut donc s'attendre à une vague de déconvenues une fois les aides terminées et la crise passée. «Cela risque d'être dramatique...».

Au sein de la House of Entrepreneurship, on se prépare donc déjà à l'après-covid, pour soutenir la création de nouvelles entreprises. «Une fois que la vague de faillites va arriver, il faudra réagir très vite et accompagner au mieux les entreprises. Il faudra que le gouvernement mette en place des mesures concrètes qui puissent être appliquées tout de suite si on veut que l'économie se relance rapidement.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Démotivation, fatigue, envie de changements professionnels : la crise covid se traduit chez les salariés par de nombreuses remises en question. Après la houle virale, l'économie luxembourgeoise doit-elle craindre une vague de départs?
ILLUSTRATION - Zum Themendienst-Bericht vom 12. November 2020: Alles gleichgültig: Haben Mitarbeiter innerlich gekündigt, braucht es oft ein klärendes Gespräch mit der Führungskraft, um den Ursachen auf die Spur zu kommen. Foto: Klaus-Dietmar Gabbert/dpa-tmn - Honorarfrei nur für Bezieher des dpa-Themendienstes +++ dpa-Themendienst +++
L'éclaircie se confirmerait-elle pour les entreprises du pays? En tout cas, les conclusions du dernier sondage réalisé par la Chambre de commerce s'avèrent optimistes sur la reprise.
Wort.fr, Chantier pont CFL devant traverser l’autoroute A3, Croix Gasperich, CFL, Pont, Brücke, Arbeiter, Schweißen, Soudure, Ouvrier, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Le nombre de sociétés mises en liquidation a augmenté de près de 6% en 2019. Sur les 1263 cas recensés par Creditreform Luxembourg, ce sont les petites entreprises qui forment le plus gros contingent.
Le nombre de défaillances d'entreprise au Luxembourg cumulées sur les six premiers mois de l'année ne progresse que très légèrement par rapport à l'année dernière, a annoncé ce matin Creditreform Luxembourg. Au cours des six premiers mois, 410 déconfitures ont été recensées, soit 3,02 % de plus qu'un an auparavant.
Le nombre de faillites a particulièrement augmenté dans le secteur du bâtiment avec 55 défaillances contre 33 l’année précédente. (Photo: Tania Fellers)